Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

La BAD, meilleure institution financière multilatérale

Un Trophée remis par le magazine Global Finance permet à la Banque africaine de développement de se féliciter de sa réactivité et de son action, face à la crise sanitaire. L’institution peut compter sur le soutien de ses actionnaires.

 Par Paule Fax

Le magazine américain Global Finance a désigné la BAD (Banque africaine de développement) « Meilleure institution financière multilatérale pour 2021 ». « Alors qu’on s’attend en général à des fusions dans de nombreux secteurs partout dans le monde, les banques d’investissement joueront un rôle de premier plan dans la refonte de l’économie mondiale après la pandémie », a commenté Joseph Giarraputo, directeur de la publication du magazine américain, à l’annonce de la liste des lauréats. « Les entreprises ont plus que jamais besoin de comprendre les spécialités et les savoir-faire qu’apportent les banques d’investissement. Les prix remis par Global Finance sont pour cela un guide précieux. »

« Je m’en voudrais de ne pas mentionner l’aide de notre fantastique conseil d’administration, qui a fait d’un processus d’approbation accéléré une caractéristique de nos mesures d’intervention face à la pandémie. »

En ce qui concerne les banques privées en Afrique, Global Finance a également distingué la Standard Bank pour ses activités de banque d’investissement, EFG Hermes, pour ses activités dans les marchés actions, Nedbank pour celles dans les marchés obligataires, Absa pour ses opérations de Fusion & Acquisitions. Tandis qu’Afreximbank a reçu une distinction spéciale pour avoir trouvé des solutions financières en temps de crise. 

Ce prix constitue « une reconnaissance mondiale des efforts constants que la Banque a déployés pour devenir une banque de solutions pour l’Afrique à travers une combinaison d’opérations, prestations de connaissance et choix d’investissement appuyant l’accélération du développement du continent », énonce un communiqué de la BAD, peu avare d’éloges à son endroit.

En 2020, la BAD « a été largement saluée pour avoir su répondre avec rapidité aux besoins du continent africain face à la pandémie de Covid-19 et pour le rôle précurseur qu’elle a joué en matière de cohésion sociale ».

Il est vrai que l’institution a très tôt réorienté son programme de prêts et mis en action un appui budgétaire face à la crise, grâce à un processus d’approbation accéléré et à des décaissements rapides destinés à apporter aux pays une marge de manœuvre budgétaire appropriée.

Ces actions ont permis aux pays africains de réagir de toute urgence face aux impacts économiques les plus graves de la crise sanitaire et leur a facilité l’achat de produits d’importation et de fournitures médicales.

Un solide travail

La Banque a également axé ses efforts sur la collaboration et les partenariats en vue d’optimiser sa réponse à la crise par un travail commun avec des partenaires de développement majeurs, dont la Banque mondiale et le FMI. « Malgré les problèmes affectant son portefeuille, elle a pu maintenir des pratiques de gestion des risques très robustes », se félicite la BAD. Laquelle a également été saluée pour sa méga obligation à impact social « Combattre le Covid-19 », de 3 milliards de dollars.

Ladite émission a reçu un fort soutien de la part des investisseurs ; elle est cotée en Bourse de Luxembourg, de Londres, et référencée au Nasdaq. Le produit de l’obligation, dont l’échéance est de trois ans, permettra d’atténuer les répercussions de la pandémie sur les moyens de subsistance et les économies des pays africains.  « Je suis ravi de cette désignation par Global Finance de meilleure institution financière multilatérale pour 2021, a commenté le président de la BAD, Akinwumi Adesina. C’est un insigne honneur, que je considère comme une marque de confiance dans mes fonctions à la tête de la première institution financière multilatérale d’Afrique. »

Le président Adesina attribue le succès de ce prix « dûment mérité » au « solide travail » d’équipe du personnel dans l’ensemble des pays où elle est présente. « Je m’en voudrais de ne pas mentionner l’aide de notre fantastique conseil d’administration, qui a fait d’un processus d’approbation accéléré une caractéristique de nos mesures d’intervention face à la pandémie. »

En février 2021, S&P Global Ratings a confirmé la note de crédit des émetteurs en devises « AAA/A-1 + » de la BAD, avec perspective « stable ». Entre autres arguments, l’agence américaine considère que « le soutien exceptionnel que les actionnaires ont apporté à la Banque restera inchangé ». Un avis précieux tandis que l’augmentation de capital décidée fin 2020 a quelque peu tardé à prendre forme concrète.

PF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts