Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Hausse des bénéfices pour Afreximbank

Afreximbank affiche des résultats « satisfaisants » au premier semestre 2020, pour reprendre les termes de son président, Benedict Oramah. Le grand financier du commerce extérieur africain a fait front face à l’épidémie de Covid-19.

Par Laurent Soucaille

La Banque africaine d’import-export (Afreximbank) fait état de « solides résultats », au titre du premier semestre 2020, achevé le 30 juin. Malgré l’impact de la pandémie de Covid-19 sur les conditions sociales et

Au 30 juin 2020, Afreximbank avait décaissé plus de 3,5 milliards $ au titre de Patimfa. En outre, la Banque a accordé une subvention de 3 millions $ au Fonds spécial Covid-19 mis en œuvre par l’Union africaine ainsi qu’au Centre africain de contrôle des maladies et à d’autres agences.

économiques de l’Afrique et du monde, son bénéfice net a augmenté de 10%, à 150,75 millions de dollars, contre 137,63 millions $ un an plus tôt. La banque a principalement bénéficié de la forte croissance des revenus nets de commissions, qui ont plus que doublé (+134%).

Le revenu net d’intérêts pour la période a augmenté de 17% pour atteindre 285,71 millions $. La marge d’intérêt nette ressort à 3,7%, contre 3,3% grâce à la baisse des coûts des fonds, dans un contexte de baisse mondiale des taux d’intérêt.

Les revenus de l’activité ont fait preuve de résistance ; ils s’inscrivent en hausse de 4,4% à 519,8 millions $. Les frais et commissions ont soutenu la croissance du chiffre d’affaires, reflétant « les progrès continus vers la réalisation de l’objectif de la banque de diversifier ses sources de revenus ».

Le total des actifs a augmenté de 34%, passant de 14,44 milliards $ au 31 décembre 2019 à 19,35 milliards $ au 30 juin 2020. Ce, en grande partie grâce à une augmentation de 26% des prêts à 15,20 milliards $ et à une augmentation de 76% de la trésorerie et des équivalents de trésorerie.

Le niveau de liquidité élevé a permis de répondre aux incertitudes causées par la pandémie de Covid-19. Les sources de liquidité demeurent, considère Afreximbank, « bien diversifiées » selon la géographie et les produits. Les sources africaines représentent près de 40% de l’ensemble, signe des progrès réalisés dans le cadre de l’Initiative de mobilisation des ressources en Afrique.

Malgré la croissance du total des actifs, le ratio d’adéquation des fonds propres de la banque est resté au solide niveau de 23%, conformément aux objectifs de la politique de gestion des fonds propres.

Le niveau de capitalisation a été soutenu par l’injection de capitaux propres, la génération de capital interne et la nature de la garantie de certains des actifs de prêt financés au cours de la période.

Création de valeur actionnariale

Benedict Oramah, président d’Afreximbank, a qualifié de « satisfaisantes » les performances financières de son établissement au cours du premier semestre.

« Elles ont démontré que nous restions concentrés sur la création de valeur pour les actionnaires alors même que nous avons poursuivi le programme de développement de la banque. » Cela, tout en intensifiant le soutien à l’Afrique « dans ses efforts pour contenir la propagation du nouveau coronavirus et ses conséquences économiques dévastatrices ».

Le résultat observé reflète « la sagesse » des mesures de réponse à la Covid-19 lancées par la banque à la mi-mars. Elles donnaient la priorité à la santé de son personnel, au soutien aux pays membres de la banque pour gérer l’impact de la pandémie et à la nécessité de fournir une performance avec des pertes de crédit minimales.

Sur la période, Afreximbank a lancé un outil d’intervention clé de plusieurs milliards de dollars, Pandemic Trade Impact Mitigation Facility (Patimfa), qui vise à aider les fonds souverains, les institutions financières et les entreprises à faire face aux impacts économiques et sanitaires de la pandémie.

Malgré les effets néfastes de la pandémie, Afreximbank reste « bien préparée pour continuer à soutenir le continent tout en poursuivant son développement et en apportant une valeur aux actionnaires ».

Un fonds de financement des facilités a été mis à disposition pour assurer un accès continu au commerce international, à l’achat de matériel durant le confinement, aux intrants alimentaires et agricoles ainsi que pour la promotion de la fabrication de produits médicaux et de soins de santé en Afrique.

Au 30 juin 2020, Afreximbank avait décaissé plus de 3,5 milliards $ au titre de Patimfa. En outre, la Banque a accordé une subvention de 3 millions $ au Fonds spécial Covid-19 mis en œuvre par l’Union africaine ainsi qu’au Centre africain de contrôle des maladies et à d’autres agences.

Malgré les effets néfastes de la pandémie, la banque reste « bien préparée pour continuer à soutenir le continent tout en poursuivant son développement et en apportant une valeur aux actionnaires », conclut un communiqué d’Afreximbank.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This