Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Groupe BCP absorbe les chocs

Le marocain Groupe BCP affiche une croissance de son activité pour le premier semestre. Ce, y compris pour ses filiales d’Afrique subsaharienne, qui gagnent en importance. D’importantes provisions permettent lui permettent d’aborder la fin de l’année avec sérénité.

Par Paule Fax

Un premier semestre 2020 de croissance de l’activité et de résistance des résultats, pour Groupe Banque centrale populaire au premier semestre. La période est marquée par une croissance des dépôts (+4,7%) et du produit net bancaire (+13,9%), et d’un recul de 38% du résultat net part du groupe, en raison d’éléments exceptionnels et de provisions.

Au premier semestre, le groupe a renforcé sa position au Maroc, avec 259 milliards de dirhams (23,8 milliards d’euros) de dépôts (+11,7 milliards de dirhams). « Ces réalisations confirment l’engagement citoyen et solidaire de la Banque Populaire qui continue à soutenir ses clients au Maroc pour surmonter la situation de crise », commente le communiqué du groupe, coté en Bourse de Casablanca.

« La Banque Populaire réaffirme son engagement pour le financement de l’économie nationale, et porte son total encours de crédits à l’économie à près de 225 milliards de dirhams (2,07 milliards d’euros). »

Groupe BCP fait état d’une « bonne résilience » des filiales, en dépit de l’impact des mesures de confinement des populations pour endiguer la propagation de la Covid-19.

Le pnb a atteint 10 milliards de dirhams (919 millions d’euros), tiré par l’effet combiné du changement de périmètre suite à l’intégration des nouvelles filiales africaines acquises au quatrième trimestre 2019, et du redressement des activités du marché obligataire. Hors effet périmètre, la croissance du PNB s’établit à 6%.

Sur la période, les frais généraux ont progressé de 23% à 5,4 milliards de dirhams. Cette somme inclut une charge exceptionnelle de 500 millions en faveur du don Covid-19. À données comparables, les charges n’augmentent que de 3%.

Le conseil d’administration a joué la prudence, face à l’incertitude économique, augmentant ses provisions pour risques de 3 milliards de dirhams, conformément aux nouvelles normes IFRS adoptées par les banques marocaines. De plus le coût du risque a été partiellement aggravé par la faiblesse du recouvrement, attribuable au confinement de la population dans les différents pays d’implantation.

Agilité et robustesse

C’est pourquoi le résultat net consolidé recule de 48%, à 1,034 milliard de dirhams (95 millions d’euros), tandis que le résultat net part du groupe baisse de 38% à 1,015 milliard.

Au premier semestre, l’activité bancaire a été centrée sur la gestion de la crise sanitaire et l’amorçage de la relance. Le groupe a capitalisé sur la densité de son réseau de distribution (6 000 agences), « son agilité et la robustesse de ses procédures et plateformes ».

Quelque 85 000 clients de la banque (particuliers, Marocains du monde, entreprises) ont bénéficié de reports de crédit. Le réseau a traité plus de 18 000 demandes de crédit « Damane Oxygène », le dispositif de soutien marocain aux petites et très petites entreprises. Il a également contribué à l’opération « Tadamon » de soutien aux ménages opérant dans le secteur informel.

Plus spécifiquement, Groupe BCP a mobilisé ses équipes pour la commercialisation de produits dédiés à la relance, et notamment « Damane Relance ». « La Banque Populaire réaffirme ainsi son engagement pour le financement de l’économie nationale, et porte son total encours de crédits à l’économie à près de 225 milliards de dirhams (2,07 milliards d’euros). »

En dépit de l’impact des mesures de confinement décidées dans les différents pays d’implantation, les filiales à l’international du Groupe BCP maintiennent leur dynamique de croissance. Leur pnb (+52%, y compris les acquisitions) représente désormais 25% du pnb consolidé.

À périmètre constant, la croissance à l’international ressort à 8,5%. Les filiales internationales ont également vu leur rentabilité financière s’améliorer, « en ligne avec l’évolution de leurs indicateurs d’activité et la maîtrise des charges malgré un contexte international difficile ».  

Sérénité

Au Maroc, les filiales spécialisées ont été impactées par la crise sanitaire durant ce premier semestre. Elles continuent, toutefois, à contribuer fortement au pnb du groupe (22%).  L’Assemblée générale ordinaire avait entériné l’affectation d’un milliard de dirhams supplémentaire au fonds de soutien, dont l’encours s’établit désormais à 4,4 milliards.

« Cette enveloppe renforce davantage la solidité financière et permet au groupe d’aborder l’avenir avec sérénité. » Enfin, Groupe BCP affiche un total de bilan consolidé de 448,4 milliards de dirhams (41,2 milliards d’euros), pour des fonds propres de 46,6 milliards.

Par ailleurs, Groupe BCP ne commente pas les informations de la presse marocaine faisant état de nouvelles rumeurs concernant un rapprochement – fusion ou création d’une coentreprise –, avec CIH Bank, une banque marocaine particulièrement active dans le crédit immobilier. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This