Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Fort rebond des résultats de Ecobank

Le groupe bancaire Ecobank affiche un très net rebond de ses résultats financiers, au titre des neuf premiers mois de l’année. Période marquée par de nouveaux gains de productivité et par une réduction globale des actifs douteux, donc du coût du risque.

Par Paule Fax

Ecobank affiche un bénéfice avant impôts et amortissements de 352 millions de dollars, soit 102 millions $ de mieux qu’au cours des neuf premiers mois de 2020 (+41%), grâce à une amélioration des postes d’exploitation et des gains d’efficacités permis par l’amélioration de la qualité du crédit.

Le quasi quadruplement du bénéfice imposable, à 352 millions $, s’explique par des reprises d’amortissements. L’activité d’exploitation ressort à 1,265 milliard $ (+4%).

Les revenus ont bénéficié de l’augmentation des revenus nets d’intérêts et des revenus autres que d’intérêts, qui ont tous deux augmenté de 26 millions $ par rapport à l’année précédente, avec « une solide croissance » des revenus de Commercial and Consumer Bank, constate le communiqué financier du groupe. Le bénéfice par action ressort à 74 cents, contre une perte de 13 cents un an plus tôt.

Évoquant le renforcement récent d’Arise BV au capital, Ade Ayeyemi y voit comme conséquence « une amélioration de la solidité financière du groupe » ; les ratios prudentiels s’améliorent et l’opération « démontre la confiance des parties prenantes dans notre stratégie et nos perspectives commerciales ».

Le montant des actifs non performants ressort à 653 millions $, contre 749 millions $ au 31 décembre 2020 et 906 millions $ au 30 septembre 2020.

Dans la région francophone de l’Uemoa, toutefois, le groupe a légèrement augmenté ses provisions pour risques de défauts, à 41 millions $, contre 39 millions $ un an auparavant, afin de refléter la hausse des actifs non performants.

Pour autant, l’ensemble des régions d’implantation du groupe constate une forte amélioration de son résultat d’exploitation, avec une hausse moins prononcée au Nigeria (+26%), exprimée en dollars.

Le directeur général se félicite de ces « solides résultats » trimestriels. « Ils reflètent la diligence continue des « Ecobankers » à donner la priorité à nos clients et veiller à ce que nous répondions à leurs besoins respectifs. »

Une solidité financière renforcée

Ces résultats démontrent également « le travail acharné » dans la conduite de l’efficacité, « conformément à notre volonté délibérée de réduire nos coûts de gestion, de maintenir l’amélioration de la qualité de notre portefeuille de crédit, et renforcer les liquidités et les volants de fonds propres ».

Ade Ayeyemi juge que son groupe a « dynamisé le profil de liquidité, grâce à la croissance des dépôts de la clientèle alimentée par une accélération dans l’adoption des canaux numériques, les partenariats avec les Fintechs, les Telcos et les entreprises dans l’écosystème des paiements ».

Évoquant le renforcement récent d’Arise BV au capital, le dirigeant y voit comme conséquence « une amélioration de la solidité financière du groupe » ; les ratios prudentiels s’améliorent et l’opération « démontre la confiance des parties prenantes dans notre stratégie et nos perspectives commerciales ». Par exemple, les réserves de crédit, actuellement à 91,2 % des créances douteuses, sont à un niveau proche de l’objectif à court terme de 100 %.

Ecobank « continue d’investir dans de nouvelles capacités numériques et mobiles pour améliorer l’expérience client, parallèlement aux investissements réalisés dans la formation des collaborateurs, des processus et des contrôles, pour assurer la résilience continue de notre entreprise et prestation de services à nos clients », conclut le directeur général.

@PF

EN BREF

Transition en douceur au Nigeria

Ecobank Nigeria n’attend pas la retraite de Patrick Akinwutan pour annoncer le nom de son successeur. Jubril Mobolaji Lawal a été nommé directeur exécutif régional et directeur général de la filiale, sous réserve de l’approbation de la Banque centrale du Nigeria. Patrick Akinwuntan fera valoir ses droits à la retraite en janvier 2022.

Jubril Mobolaji Lawal

Mobolaji Lawal rejoint Ecobank après avoir été un cadre bancaire senior polyvalent et spécialiste de la transformation numérique pendant plus de 28 ans chez Guaranty Trust Bank.

Il possède une implication et une expérience approfondies dans les domaines de la banque numérique et de détail, de la banque d’entreprise et commerciale, de la gestion du risque de crédit et de la finance d’entreprise.

Par exemple, le futur responsable a dirigé l’équipe qui a imaginé et mis en œuvre la stratégie de banque de détail et de banque numérique de GTBank, qui a permis à cette dernière d’atteindre le leadership de l’industrie durant dix ans

Il a introduit de nouveaux produits et solutions qui ont contribué à approfondir les paiements et l’accès aux services financiers numériques au Nigeria. Voilà pourquoi sa candidature a été retenue, au détriment des cadres de la maison.

« Le Nigeria est un marché clé pour nous, dans lequel nous avons constaté une amélioration significative au cours des trois dernières années », commente Akinwumi Adesina.

« Ce, alors que nous nous repositionnons et tirons parti de nos forces panafricaines dans les produits et services numériques, les paiements et en tant que banque de référence pour les entreprises cherchant à saisir les opportunités de croissance créées par la ZLECAf, sur tous nos marchés du continent. »

Conformément aux procédures de leadership et de continuité des activités d’Ecobank, Patrick Akinwuntan continuera à gérer Ecobank Nigeria et assurera une passation et une transition en douceur vers son successeur.

@PF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts

  • Bizao affiche ses ambitions

    La Fintech française Bizao, basée en Côte d’Ivoire, lève 8 millions d’euros afin de s’étendre à de nouveaux pays et à proposer de nouveaux services.

  • Sunu reprend la BICIS

    L’assureur panafricain Sunu prend le contrôle de la banque sénégalaise Bicis, confirmant ses ambitions dans la bancassurance.

  • Deuxième souscription pour Anava

    Anava, le fonds de fonds géré par Smart Capital, en Tunisie, a réalisé en juillet 2022 sa deuxième souscription d’envergure, au sein du fonds BIF2.

  • Un nouveau réseau de GAB

    Outsource Monetic Group a trouvé les fonds pour déployer en Afrique de l’Ouest et du Centre le premier réseau privé de guichets automatiques de banque omnicanaux.