Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Ecobank performante en Afrique de l’Ouest

Le premier trimestre 2021 a été plutôt favorable à Ecobank. Le groupe bancaire panafricain bénéficie de son maillage géographique dans 33 pays du continent, qui lui permet de lisser ses performances. La zone Uemoa s’est montrée la plus dynamique.

Par Paule Fax 

Au premier trimestre 2021, Ecobank affiche une croissance d’ensemble de ses résultats. Une activité un peu moins dynamique au Nigeria est compensée par une croissance plus prononcée dans les autres pays d’Afrique de l’Ouest.

Le revenu des opérations ressort à 409 millions de dollars, contre 393 millions au premier trimestre 2020, lequel n’avait été que marginalement affecté par le choc engendré par la pandémie du coronavirus. Le bénéfice avant impôt s’inscrit à 100 millions $ (+11%). Au bilan, le groupe fait ressortir un ratio de dettes non performantes de 7,7%, contre 9,9% au premier trimestre 2020. Toutefois, les provisions nettes pour risques sur les crédits ont augmenté de 5 millions $, à 14 millions $.

« Notre bilan reste liquide, robuste et sain, nous donnant les capacités de répondre aux besoins financiers de nos clients. L’accent mis sur la numérisation dans tous nos engagements clients a contribué à une croissance soutenue des dépôts », se félicite la direction du groupe.

L’Uemoa (Union économique monétaire ouest-africaine) est devenue la région la plus rentable, contribuant à hauteur de 43,8 millions $ au bénéfice net. La deuxième région la plus performante est celle constituée des pays anglophones d’Afrique de l’Ouest (hors Nigeria) qui a généré un bénéfice net de 41 millions $. La performance de l’Uemoa a été soutenue par un produit d’exploitation bancaire de 133,45 millions $ (+ 13%). Aucune autre région n’a enregistré ce niveau de revenus ni cette croissance.

 « La performance au premier trimestre a été solide, malgré l’environnement opérationnel toujours difficile », commente Ade Ayeyemi, directeur général du groupe Ecobank.

Qui relève une hausse de 8% du bénéfice par action et de 15,7% du rendement des capitaux propres. « Ces résultats reflètent les avantages de notre diversification et la concentration soutenue sur nos priorités stratégiques. »

Prudence face aux perspectives économiques incertaines

En dépit des conditions difficiles, la direction se déclare « satisfaite de la performance sous-jacente des activités ». La banque de financement et d’investissement a enregistré une augmentation de 4% de ses revenus, grâce à une utilisation efficace du bilan et à un soutien aux clients avec des solutions financières structurées. Les revenus ont augmenté de 13% dans la banque commerciale, une branche soutenue par l’augmentation des frais de gestion de la trésorerie alors que les restrictions induites par la pandémie ont été assouplies et que l’activité des clients a augmenté.

Cependant, la clientèle continue d’être touchée « de manière disproportionnée », ce qui a contribué à la baisse des revenus de la banque de détail de 3%. « Mais nous sommes encouragés par la reprise progressive dans l’activité des dépenses de consommation », relativise le directeur général.

Qui se félicite que son établissement ait, une nouvelle fois, amélioré son ratio coûts-revenus de 62,7% au quatrième trimestre de 2020 à 59,3% au trimestre en cours, le plus bas depuis une décennie. « Nous a continué de constituer nos provisions pour dépréciation sur les prêts improductifs en ligne avec notre objectif d’atteindre une couverture des réserves proche de 100% à court terme. Le ratio moyen s’est amélioré à 81,5%, contre 74,5% au quatrième trimestre de 2020 », précise Ade Ayeyemi.

Plus généralement, « notre bilan reste liquide, robuste et sain, nous donnant les capacités de répondre aux besoins financiers de nos clients. L’accent mis sur la numérisation dans tous nos engagements clients a contribué à une croissance soutenue des dépôts clients », se félicite la direction du groupe.

Laquelle ne cache pas que « les perspectives économiques restent incertaines » ; la résurgence de virus dans certaines régions du monde fragilise la reprise économique. « Quel qu’en soit le résultat, nous nous efforçons de rester résilients et créer de la valeur à long terme. » Ade Ayeyemi conclut : « Nous stimulerons la dynamique pour assurer une croissance durable des revenus en nous concentrant clairement sur nos employés, nos plateformes, nos produits et, en fin de compte, la performance. »

EN BREF

Des engagements écoresponsables

Starsight Energy, le principal fournisseur d’énergie solaire commerciale et industrielle en Afrique de l’Ouest, a attribué son « Prix 2020 pour la durabilité » à Ecobank. En effet, le groupe bancaire a atteint l’étape importante de plus de cent sites disposant de solutions durables installées d’énergie, de stockage et de refroidissement. Cette réalisation souligne l’engagement de Ecobank en matière de durabilité.

Ecobank est l’un des plus gros clients de Starsight Energy en nombre de sites, avec 150 installations électriques à travers les succursales au Nigeria. Les systèmes de pointe de Starsight permettent à Ecobank d’éviter plus de 45 000 tonnes d’émissions de CO2 pendant la durée de vie du projet, tout en réduisant considérablement les coûts d’électricité et de refroidissement.

PF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts