Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Dernière minute : La publication du Doing Business retardée

En raison « d’irrégularités » dans la collecte de certaines informations, la Banque mondiale suspend la publication du rapport Doing Business 2021. Cet outil est attendu avec intérêt par les décideurs et commentateurs économiques, chaque automne.

Par Marie-Anne Lubin

Le Groupe de la Banque mondiale a publié, le 27 août, la déclaration suivante sur le rapport Doing Business : Au cours de ses 17 années d’existence, le rapport Doing Business a été un outil précieux pour les pays cherchant à mesurer les coûts de faire des affaires.

Les indicateurs et la méthodologie Doing Business sont conçus non pour placer un pays en tête, mais plutôt pour aider à améliorer le climat général des affaires.

Le rapport de la Banque mondiale est une boussole – dont l’importance est parfois contestée – précieuse pour les dirigeants africains, qui ne manquent pas de souligner les bonds au classement. 

Un certain nombre d’irrégularités ont été signalées concernant des modifications des données dans les rapports Doing Business 2018 et Doing Business 2020, publiés en octobre 2017 et 2019. Les modifications des données n’étaient pas cohérentes avec la méthodologie utilisée par Doing Business.

L’intégrité et l’impartialité des données et des analyses sont primordiales considère la Banque mondiale qui prend en conséquence les mesures suivantes :

« Nous effectuons un examen et une évaluation systématiques des changements de données survenus après le processus d’examen des données institutionnelles pour les cinq derniers rapports Doing Business. »

La Banque mondiale a demandé à la cellule d’audit interne indépendante du Groupe de la Banque mondiale de réaliser un audit des processus de collecte et d’examen des données pour Doing Business et des contrôles visant à protéger l’intégrité des données.

« Nous agirons sur la base des résultats et corrigerons rétrospectivement les données des pays les plus touchés par les irrégularités. » Le Conseil d’administration de la Banque mondiale a été informé de la situation, tout comme les autorités des pays les plus touchés par les irrégularités dans les données.

La publication du rapport Doing Business, attendue en octobre 2020, sera suspendue pendant que les experts de la Banque mondiale procèdent à leur évaluation.

Le rapport de la Banque mondiale est une boussole – dont l’importance est parfois contestée – précieuse pour les dirigeants africains, qui ne manquent pas de souligner les bonds au classement. Des pays comme le Togo, le Maroc, par exemple, ont été mis à l’honneur ces dernières années. Le Togo, par exemple, a gagné 59 places en deux ans.

Selon certaines sources, il s’agirait pour la Banque mondiale d’évaluer l’impact de certains changements ces deux dernières années, dont notamment l’introduction de l’indicateur « marchés publics ». Cet indicateur devait faire l’objet d’une publication spéciale cette année.

MALU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This