x
Close
Actualité Politique

Un nouveau Premier ministre au Gabon

Un nouveau Premier ministre au Gabon
  • Publiéjanvier 9, 2023

Alors que doivent se tenir, durant l’été 2023, les élections présidentielles et législatives, le président Ali Bongo se dote d’une vice-présidente, Rose Christiane Ossouka Raponda, remplacée au poste de Premier ministre par Alain-Claude Bilie-By-Nze.

 

Jeu de chaises musicales ou signe de changements profonds ? Ce 9 janvier 2023, le président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, a nommé Alain-Claude Bilie-By-Nze au poste de Premier ministre. Un nouveau gouvernement a été formé dans la foulée.

Quant à Rose Christiane Ossouka Raponda, qui occupait le poste jusqu’à présent, elle est nommée vice-présidente de la République, a annoncé la présidence.

Alain-Claude Bilie-By-Nze, 55 ans, est un habitué des portefeuilles ministériels, depuis plus de quinze ans. Il occupait jusqu’à aujourd’hui le poste de ministre de l’Énergie et des Ressources hydrauliques, étant également flanqué du titre de vice Premier ministre. On le dit très proche du président Ali Bongo.

De son côté, le poste de vice-président était vacant depuis 2019. Sa fonction est d’assister le chef de l’État, mais n’a aucune prétention à prendre l’intérim en cas de vacance du pouvoir.

«Par décret du président de la République (…) est nommé premier ministre, chef du gouvernement, monsieur Alain-Claude Bilie-By-Nze. Le président de la République a chargé le premier ministre de former le nouveau gouvernement», a déclaré devant la presse le secrétaire général de la présidence, Jean-Yves Teale.

Rose Christiane Ossouka Raponda, 59 ans, est l’ancienne maire de Libreville et ancienne ministre de la Défense. Elle avait été nommée en juillet 2020 et était devenue la première femme cheffe d’un gouvernement gabonais.

Le nouveau Premier ministre n’a pas traîné, puisqu’il n’a fallu que quelques heures après sa nomination pour que Bilie-By-Nze annonce lui-même la composition de son gouvernement. Il est vrai que l’ancienne équipe est reconduite quasiment à l’identique pour les postes d’importance. Le cabinet passe de 38 à 45 membres à la faveur de nominations de sept ministres délégués.

Le président Ali Bongo a demandé à ses ministres de « se mettre au travail, au service de la population ». Il demande à ses troupes de « faire preuve d’efficacité, d’intégrité et du sens des priorités ».

Les élections présidentielles et législatives doivent se tenir à l’été 2023. Ali Bongo a été élu pour la première fois en 2009 après la mort de son père Omar Bongo Ondimba.

En 2016, Ali Bongo avait été réélu de justesse, ne totalisant qu’un peu plus de 5 000 voix d’avance sur son challenger. À 63 ans, est largement pressenti pour être le candidat en 2023 Parti démocratique gabonais (PDG) dont il est le chef et qui l’appelle depuis un an à être à nouveau son « candidat naturel ».

De son côté, l’opposition, éclatée en divers petits partis, est en quête d’une candidature unique susceptible de mettre fin à l’ère Bongo.

Rose Christiane Ossouka Raponda

(avec AFP).

@NA

Écrit par
Laurent Allais

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *