x
Close
Actualité

Tiémoko Meyliet Koné, vice-président de Côte d’Ivoire

Tiémoko Meyliet Koné, vice-président de Côte d’Ivoire
  • Publiéavril 19, 2022

Alassane Ouattara a nommé le gouverneur de la BCEAO, Tiémoko Meyliet Koné, vice-président de Côte d’Ivoire. Charge à Patrick Achi, reconduit au poste de Premier ministre, de former un gouvernement de trente membres, pas plus.

 

Par Laurent Allais

Ce n’était pas le scénario retenu par les politologues ; Alassane Ouattara a, une nouvelle fois, surpris son monde. Le Président a choisi de nommer au poste de vice-président de Côte d’Ivoire, – poste vacant depuis juillet 2020 –, le gouverneur de la BCEAO (Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest), Tiémoko Meyliet Koné. Celui-ci « a fait la preuve de ses qualités personnelles et professionnelles à toutes les hautes fonctions qu’il a occupées dans l’administration publique, dans le gouvernement ivoirien et à l’extérieur de la Côte d’Ivoire », a déclaré le chef de l’État aux parlementaires réunis en Congrès.

Le poste de vice-président était supposé aller de pair avec le statut officieux de « Dauphin » du Président, à l’approche des élections présidentielles. En sera-t-il ainsi, compte tenu du profil, et de l’âge, de l’occupant de ce poste ?

Le Président, et cela ne constitue cette fois qu’une demi-surprise, a reconduit à son poste le Premier ministre Patrick Achi. Celui-ci est chargé de constituer un gouvernement resserré, de trente membres, contre une quarantaine dans son gouvernement démissionnaire. « C’est pour tenir compte de la conjoncture économique mondiale et la nécessaire réduction des dépenses de l’État, que le gouvernement qui sera mis en place cette semaine sera resserré », a déclaré Alassane Ouattara aux parlementaires. Et de s’adresser directement à Patrick Achi : « Monsieur le Premier ministre, vous avez mes instructions à cet effet. » C’est d’ailleurs par cette simple phrase que le Président a fait comprendre qu’il maintenait le Premier ministre à son poste, réservant l’essentiel de son discours à tresser les louanges de son nouveau vice-Président.

Patrick Achi, 66 ans, a été nommé Premier ministre en mars 2021. Il était alors le troisième Premier ministre du pays en trois ans, après Amadou Gon Coulibaly et Hamed Bakayoko, décédés à quelques mois d’intervalle en 2020 et 2021.

Tiémoko Meyliet Koné n’est en rien un inconnu, mais s’il a exercé des fonctions politiques, il n’a pas le profil de politicien que l’on attendait pour le poste de vice-président. Celui qui dirige la BCEAO depuis 2011 est « un technocrate hors pair, un brillant économiste, un homme compétent et travailleur », pour reprendre les termes d’Alassane Ouattara devant le Congrès, réuni à Yamoussoukro.

 

Un parcours exemplaire

C’est ainsi que le gouverneur de la BCEAO « a su contribuer au rayonnement de notre pays en Afrique et dans le monde, exerçant cette haute fonction régionale avec compétence, rigueur et dévouement », a justifié le chef de l’État.

Le Président a donc choisi un « technocrate » au poste de vice-président. Né en 1949, Tiémoko Meyliet Koné est un économiste de formation. Il avait été nommé gouverneur par intérim de la BCEAO le 30 mai 2011, avant d’être confirmé à cette fonction le 17 août 2014.

Une institution monétaire qu’il avait déjà fréquentée de 1973 à 1975, afin d’y finaliser sa formation en Monnaie et Finances. Le nouveau « VP » de la Côte d’Ivoire est également passé par le FMI en 1979. Il a été directeur national de la BCEAO, représentant la Côte d’Ivoire, de 1991 à 1998, cumulant une fonction de gouverneur suppléant au FMI. Il a également dirigé le Conseil d’administration de la puissante Caisse de retraite par répartition de l’UEMOA (CRRAE), de 1996 à 2006. Par le passé, il a également assuré la présidence de la Conférence des gouverneurs des pays francophones et de l’Initiative africaines sur les politiques de services financiers via la téléphonie mobile (AMPI). Depuis 2017, il représente l’Afrique subsaharienne et le Moyen-Orient au sein de l’Alliance pour l’inclusion financière.

Sur le plan politique, Tiémoko Meyliet Koné a été directeur du cabinet du Premier ministre de 2007 à 2010, de ministre de la Construction en 2010, avant de devenir conseiller spécial du Président Ouattara pour les affaires économiques et monétaires.

Le poste de vice-président était supposé aller de pair avec le statut officieux de « Dauphin » du Président, à l’approche des élections présidentielles. En sera-t-il ainsi, compte tenu du profil, et de l’âge, de l’occupant de ce poste ? Cette question suscitera sans doute bien des commentaires, dans les prochains mois.

Quoi qu’il en soit, le Conseil constitutionnel a validé la nomination du nouveau vice-président, également approuvée par les parlementaires en Congrès. Reste à Tiémoko Meyliet Koné de prêter serment.

Tiémoko Meyliet Koné et Alassane Ouattara.

@NAF

 

 

Écrit par
Laurent Allais

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.