Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Actualité

Répondre aux défis de l’intelligence artificielle

Après les succès rencontrés dans la région MENA, le Défi Internet des objets et Intelligence artificielle s’étend à l’Afrique entière. Un moyen de répondre aux défis, accentués cette année, que pose l’essor rapide des nouvelles technologies.

Par Aude Darc

Le regroupement d’acteurs de la technologie IEEM TEMS propose d’étendre à l’ensemble de l’Afrique son « Défi arabe IoT », destiné jusque-là à la région MENA. Le « Défi IoT & Ai » est un programme de renforcement des capacités et de préincubation ; il est destiné aux lycéens, aux étudiants et aux start-up qui ont des idées innovantes dans les domaines de l’Internet des objets (IdO en français) et de l’Intelligence artificielle (IA) et dans des domaines connexes.

La cyber-résilience, qui fait référence à la capacité d’un secteur ou d’une organisation à se préparer, à réagir et à se remettre des cyberattaques, est devenue une nécessité absolue plutôt qu’une simple option dans le scénario actuel.

Ce « défi » n’est pas qu’une compétition. Il se présente comme un mouvement de transformation numérique. Ses promoteurs visent à construire des environnements qualifiés dans les domaines techniques. C’est pourquoi le programme propose des formations et des ateliers aux participants et leur fournit tout le soutien nécessaire.

Après la formation, les participants s’affronteront dans les finales locales, puis les gagnants de chaque pays seront qualifiés pour les finales régionales qui auront lieu lors des activités de la Conférence mondiale IEEE sur l’intelligence artificielle et l’Internet des objets (GCAIoT) à Dubaï, en décembre de chaque année.

Andy Chen, président de IEEE TEMS, explique la démarche de son organisation : « Nous nous concentrons sur les personnes et notre slogan collectif est « les leaders favorisent les produits/services pour le bien ». »

Parallèlement à la technologie, l’Afrique a besoin de talents exceptionnels pour l’innovation et l’esprit d’entreprise pour créer des produits et des services à impact social. Le défi IoT & IA est conçu pour encourager les jeunes talents à relever les défis qui peuvent « créer un impact sur l’humanité », pour reprendre le slogan de l’IEEE. « Nous fournissons également aux jeunes toutes les connaissances et aperçus nécessaires sur l’industrie technologique, cela grâce à notre hub de connaissances IdO & IA».

Un marché en forte croissance

Le Défi Arabe avait été lancé par IEEE TEMS en partenariat avec de nombreux acteurs régionaux et locaux dans toute la région MENA. Tels que l’Académie de recherche scientifique en Égypte et à Oman, les sections de l’IEEE au Maroc, en Égypte, en Jordanie, les ministères des télécommunications en Tunisie, en Égypte, Palestine, Oman, etc. Des entreprises innovantes et de soutien technologique avaient rejoint cette initiative, comme IdeaspaceGlobal Innovation and Entrepreneurship, Intel, Amazon, Here.

Le marché de l’IA, de la cybersécurité et de l’analyse des mégadonnées au Moyen-Orient et en Afrique était évalué à 11,78 milliards de dollars en 2019 et devrait atteindre 28,36 milliards $ d’ici 2025, selon une étude récente de ReportLinker.

L’adoption de technologies de pointe a connu une croissance croissante au Moyen-Orient et dans les pays africains. Ces derniers temps, la numérisation rapide dans des pays, comme les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite, a déclenché un nombre élevé d’appareils connectés dans la région.

Les entreprises déploient de plus en plus l’IA pour réaliser des économies, augmenter la productivité et améliorer leurs normes de sécurité. Plusieurs initiatives gouvernementales modifient la dynamique du secteur et contribuent à remodeler le paysage dans des économies clés. Progressivement, les États créent « une structure institutionnelle plus solide et des cadres réglementaires efficaces, pour promouvoir les investissements du secteur privé », relève l’étude.

Désormais, les programmes d’IA sont exécutés avec le soutien direct des gouvernements, mais les entreprises de la région auraient leurs propres départements d’IA à court terme.

Le Défi Afrique IdO & IA a été lancé le 22 décembre lors d’une cérémonie virtuelle, lors de la clôture de Conférence mondiale IEEE 2020, à laquelle participaient les sociétés technologiques égyptiennes et Benya.

L’ingénieur Ahmed El Beheiry, fondateur de Wakandai Ventures explique que sa société « s’est engagée à apporter des solutions et applications IdO & IA aux communautés africaines ». De son côté, Benya Venture est le fonds d’investissement dédié, l’incubateur technologique et l’accélérateur de démarrage du groupe Benya. Lequel a notamment annoncé, en septembre 2020, la construction prochaine d’un réseau de 16 000 km de fibre optique en RD Congo.

Son PDG, l’ingénieur Ahmed Mekky, se dit « fier d’être le sponsor du Défi Afrique IdO & IA Challenge. Benya s’engage à permettre la transformation numérique des nations africaines et à unir numériquement Afrique et Moyen-Orient. »

Face à la nouvelle réalité que constitue la pandémie de la Covid-19, les organisations du monde entier doivent réagir de manière proactive aux cybermenaces qui ont connu un pic pendant la pandémie.

Pour cette raison, la cyber-résilience, qui fait référence à la capacité d’un secteur ou d’une organisation à se préparer, à réagir et à se remettre des cyberattaques, est devenue une nécessité absolue plutôt qu’une simple option dans le scénario actuel, fait observer Report Linker.

AD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts