x
Close
Actualité

Pap Ndiaye, ministre français de l’Éducation nationale

Pap Ndiaye, ministre français de l’Éducation nationale
  • Publiémai 20, 2022

Né de père sénégalais, l’historien Pap Ndiaye devient ministre de l’Éducation nationale. Engagé à gauche, il ne figurait pas, ces derniers jours, parmi les favoris pour un maroquin ministériel. Les gens ont besoin de role models, aime-t-il à répéter.

 

Par Laurent Allais

Sans doute la seule grande surprise du gouvernement français de la Première ministre Élisabeth Borne : l’arrivée au prestigieux poste de ministre de l’Éducation de Pap Ndiaye. Universitaire, historien, frère de la romancière Marie Ndiaye, le nouveau locataire de la rue de Grenelle n’est pas très connu du grand public et n’est pas un politicien de formation. En revanche, ses engagements, marqués à gauche, son connu. Pap Ndiaye, soutien de François Hollande en 2012, a signé ces dernières années de nombreuses tribunes dénonçant les discriminations, voire les violences policières.

Sa nomination est plutôt bien accueillie par les syndicats, qui, il est vrai, avaient des relations exécrables avec son prédécesseur. En revanche, elle a déclenché une vague de propos haineux sur les réseaux sociaux ; l’extrême droite française, notamment, reprochant au nouveau ministre ses propos sur le racisme systémique ou sa participation supposée à des réunions en non mixité. Pourtant, Pap Ndiaye s’est toujours montré prudent sur ces questions, refusant par exemple de parler de « racisme d’État » en France, et rejetant la controversée notion de « privilège Blanc ». 

 

En revanche, la franco cap-verdienne Élisabeth Moreno quitte le gouvernement français ; elle y occupait le poste de ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.

Le nouvel arrivant à quelques qualités universitaires à faire valoir : agrégé et docteur en histoire, professeur des universités à Sciences Po Paris et ancien directeur du département d’histoire de l’Institut d’études politiques (IEP). Il a enseigné en France (EHESS et Sciences Po) et aux États-Unis : université de Pennsylvanie, New York University, Nortwestern University…

Pap Ndiaye est un spécialiste de l’histoire sociale des États-Unis, particulièrement celle des minorités. Il a été l’un des conseillers scientifiques de l’exposition « Le Modèle noir » au Musée d’Orsay. Ce succès l’a conduit à accepter de prendre la direction générale de l’établissement public du Palais de la Porte Dorée ; ce bâtiment rassemble le Musée national de l’histoire de l’immigration et un aquarium tropical. 

 

Un alibi ?

Né dans la banlieue parisienne en 1965, Pap Ndiaye est de père sénégalais et de mère française. Sa soeur Marie a obtenu le prix Goncourt pour Trois femmes puissantes, en 2009.

Les ouvrages de Pap Ndiaye sont plus académiques : Obama dans l’Amérique noire et La Condition noire : essai sur une minorité française.

Interrogé par le quotidien Le Monde sur le risque d’être considéré comme étant « un alibi », après sa nomination porte Dorée, il considérait : « ce risque est tout à fait secondaire par rapport à l’intérêt d’ouvrir une voie. Quand un enfant d’origine africaine voit le directeur du Palais de la Porte-Dorée à la télévision, et qu’il lit mon nom, typiquement sénégalais bien que je sois français, il peut se dire : « Tiens, il y a du nouveau, et c’est un établissement culturel, cela a l’air intéressant… ».

Son ambition, jusque-là, était d’être un « role model », l’une de ses expressions favorites hérité du vocabulaire américain, auprès des communautés noires, en France métropolitaine, aux Antilles, et en Afrique.

Désormais, le voilà à la tête de l’une des plus importantes – et des plus difficiles à gérer ! – administrations françaises. Aura-t-il le même esprit de réformes que son prédécesseur, Jean-Michel Blanquer ? À la différence de ce dernier, il s’installe rue de Grenelle sans a priori dans ses cartons.

À noter qu’en revanche, la franco cap-verdienne Élisabeth Moreno quitte le gouvernement français ; elle y occupait le poste de ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances. La désormais ex-ministre est candidate, pour le parti d’Emmanuel Macron, aux élections législatives de juin 2022, dans la vaste neuvième circonscription des Français de l’étranger, qui comprend l’Afrique de l’Ouest et le Maghreb.

 Photo : Sipa/AP/François Mori

@NA

Écrit par
laurent

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *