x
Close
Actualité

Les Africains, piliers de l’identité britannique

Les Africains, piliers de l’identité britannique
  • PubliéSeptember 8, 2022

La reine Elisabeth II est décédée, ce 8 septembre 2022. Nous rediffusons l’hommage rendu par Clayton Goodwin lors de la célébration de ses 70 ans de règne, le 6 février 2022. Si le règne de Elisabeth II, comparé à celui de la première Élisabeth (1558-1603), semble celui du déclin de l’Empire. Et aussi celui durant lequel les communautés africaines ont pris une dimension nouvelle au Royaume-Uni.

 

Voici soixante-dix ans, le 6 février 1952, la reine Élisabeth II montait sur le trône en tant que monarque du Royaume-Uni, de son Empire et du Commonwealth. Elle est toujours là, bien qu’une grande partie de l’empire a disparu.

Au Royaume-Uni, les Africains sont plus visibles maintenant qu’ils ne l’ont jamais été ! Dans les journaux et les magazines, dans les séries télévisées, la cuisine et la culture, dans les publicités commerciales et dans leur marche plus confiante dans la rue.

Or, voici cinq siècles et demi, une autre reine Élisabeth avait forgé l’image d’une Grande-Bretagne invincible et créative. Au fil des siècles, le pays s’est métamorphosé en une floraison des arts, de la littérature, de la science et du divertissement.

La reine Élisabeth II a présidé des décennies de déclin impérial alors que son pays a perdu son rôle mondial. Néanmoins, de ces braises mourantes, les rayons d’un nouvel été sont bien évidents. Le matin de l’avènement de la Reine, en ce 6 février, le directeur de notre école primaire rurale a traîné un lourd haut-parleur dans la salle de classe afin que nous puissions entendre la proclamation royale.

Puis il fit un bref exposé sur la splendeur impériale dont la jeune souveraine était l’héritière. Le directeur nous a demandé de sortir une pièce d’argent de notre poche et de lire la légende : Ind. Imp. ce qui, dit-il, signifiait qu’Élisabeth succéderait à son père à la tête de l’Empire britannique. En vérité, ce n’était pas le cas : « Ind. Imp. » signifiait « Empereur des Indes » ! Or, cet empire avait pris fin cinq ans plus tôt.

Inversion migratoire

Élisabeth II est désormais à la tête de quelques-unes de ses anciennes colonies. En 2021, la Barbade a coupé les liens qui la liaient à la monarchie britannique en devenant une république avec Dame Sandra Mason comme première présidente.

D’autres territoires avaient depuis longtemps emprunté la même voie. Le vent du changement a soufflé avec force sur tout le continent africain, et bien au-delà. Une princesse d’origine africaine, Meghan , est entrée et vite sortie de Buckingham Palace pour retourner vivre avec son prince en Amérique…

Pendant le long règne de la présente reine, le flux d’immigration s’est inversé. Au lieu que des Britanniques quittent leurs îles pour coloniser le monde, ce sont des immigrés qui sont venus s’installer dans le Royaume.

Les peuples du Commonwealth – c’est-à-dire de l’ancien Empire –, ont fait de Londres un centre international de talents et d’excellence. Cette explosion de la diaspora a été tout à fait remarquable. Cette époque mérite d’être rappelée pour ses grandes réalisations plutôt que pour les guerres dans lesquelles les politiciens nous ont entraînés.

Le premier âge élisabéthain doit son aura unique principalement à la renommée de William Shakespeare et de ses contemporains, incomparables dans les arts. Le bon de ces temps doit être rappelé autant que le mauvais.

Le bon se voit également clairement dans le service et le dévouement des nombreuses personnes ordinaires et extraordinaires qui ont permis au pays de traverser la pire pandémie dont chacun de nous puisse se souvenir.

Peu avant Noël 2021, on m’a demandé de me présenter après minuit au service des urgences de l’hôpital. Après avoir attendu patiemment jusqu’aux petites heures du matin, j’ai pu entrer dans la salle d’urgence, où les conditions étaient effrayantes.

Dans une pièce confinée, non ventilée, sans fenêtres, pas plus grande que le salon d’une petite maison, environ sept patients – non testés et pour la plupart non masqués – étaient soignés par sept ou huit médecins et infirmières. Presque tous étaient Africains et féminins. J’ai pu sortir après une demi-heure, mais ces soignantes ont continué à travailler là-bas sans s’arrêter, équipe après équipe.

Black Lives Matter

Dirigeants, entrepreneurs, acteurs du changement, faiseurs d’opinion, créatifs, sportifs , travailleurs professionnels, de bureau, manuels et sociaux méconnus, ces Africains influencent la vie à tous les niveaux dans le Royaume-Uni. Cette implication africaine est identique dans le développement de toute l’Europe.

Bien que le gouvernement de Westminster ait tant fait pour nier les origines culturelles de ce pays, l’avenir de l’expérience européenne pourrait bien reposer entre des mains africaines.

Déjà vu ? Ensuite, ce sont les Arabes, musulmans ou non, qui ont sauvé la connaissance classique lorsque la lumière s’est éteinte dans l’âge sombre de l’Europe et c’est leur contribution qui a ouvert la voie à la Renaissance.

Les Africains font partie intégrante de l’identité nationale .Ce sera une année importante pour le Commonwealth, et en particulier pour les communautés de la diaspora africaine. 125 ans après que le jubilé de diamant de la reine Victoria ait atteint le point culminant du sentiment impérial, la Jamaïque et Trinité-et-Tobago célébreront leurs 60 ans d’indépendance.

Et on disait alors que les Noirs, ayant été jadis soumis à l’esclavage, étaient incapables de se gouverner ! Notre époque actuelle a été marquée et gâchée par des réactions vicieuses à l’immigration, aux politiques étrangères et sociales alors que le premier âge élisabéthain a été stigmatisé par l’apparition de l’esclavage et la férocité des conflits religieux.

Même si l’injustice et le déséquilibre social restent manifestement présents, nous voyons des signes de progrès. Le message de Black Lives Matter y a largement contribué. S’agit-il d’un changement permanent de perspectives ou d’une tendance temporaire ? Cela dépendra de nous tous. Les Africains sont plus visibles maintenant qu’ils ne l’ont jamais été !

Dans les journaux et les magazines, dans les séries télévisées, la cuisine et la culture, dans les publicités commerciales et dans leur marche plus confiante dans la rue. Ce dernier point découle du fait que les communautés africaines sont dynamiques, avec des gens qui ont plus d’argent à dépenser ; et, de ce fait, les Africains sont reconnus comme faisant partie intégrante du cadre national. Cela n’était pas le cas il y a encore peu.

@CG

Écrit par
Clayton Goodwin

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.