Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Actualité

Le Maafa : L’holocauste du peuple africain à ne pas oublier

A la faveur de la journée commémorative de l’abolition de l’esclavage en France, le 10 mai 2020, le professeur philosophe Lazare Ki-Zerbo explique comment le « Maafa » a été déterminant pour la libération des Noirs.

Par Serges David

Le défunt président de la République française, Jacques Chirac, avait décidé de faire du 10 mai la Journée commémorative de l’abolition de l’esclavage en France. Une façon pour la République de saluer et d’honorer le souvenir des esclaves victimes d’atroces crimes contre l’Humanité.

Les filles et fils des Caraïbes (Haïti, Trinidad, Cuba, Martinique et Guadeloupe…), du Brésil, des États-Unis ont bâti, les premiers, le panafricanisme.

Atrocité ! Le mot Maafa peu connu l’exprime pourtant. Car la traite des esclaves est appelée Maafa par certains historiens afro-américains. Ce mot signifie «catastrophe» dans la langue africaine swahili. Le professeur philosophe Lazare Ki-Zerbo explique.

« Le Maafa, holocauste et asservissement du peuple africain, a-t-il été un levier de prise de conscience du panafricanisme de combat ? Me demandez-vous. Je puis dire que cet holocauste a conduit les peuples africains déportés à s’unir pour résister.

A LIRE

Le président Macron : «Mémoire de l’esclavage : le temps des actes»

Les filles et fils des Caraïbes (Haïti, Trinidad, Cuba, Martinique et Guadeloupe…), du Brésil, des États-Unis ont bâti, les premiers, le panafricanisme.

L’historien Olabiyi Yaï a, par exemple, montré comment le concept de Nation a été retravaillé et réinventé par les Africains de la Diaspora. Cet apport est toujours actuel sur le continent, car nous n’avons pas encore réglé la question du statut des communautés linguistiques, alors que la majorité des Africains est surtout «africanophone».

La personnalité africaine affirmée par Kwame Nkrumah, c’est aujourd’hui la question du Swahili à l’Union africaine, de la nécessaire reconnaissance juridique du Wolof au Sénégal ou du Sango en République centrafricaine !

A LIRE

Histoire : Comment l’Afrique a été assujettie !!!

Ce sont les défis d’une décolonisation à achever. Dans l’ouvrage, L’idéal panafricain contemporain : Fondements historiques, perspectives futures, j’établis à cet égard une comparaison entre la logique panafricaniste et le fédéralisme autrichien, celui de Karl Renner par exemple ».

Pour rappel, la date du 10 mai correspond à l’adoption par le Parlement français, le 10 mai 2001, de la loi Taubira  « reconnaissant la traite négrière transatlantique et l’esclavage comme crime contre l’Humanité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This