x
Close
Actualité

A la grande Joséphine Baker, la Patrie reconnaissante

A la grande Joséphine Baker, la Patrie reconnaissante
  • Publishednovembre 30, 2021

Quarante-six ans après son décès à Paris l’Afro-américaine Joséphine Baker est entrée ce mardi 30 novembre 2021 au Panthéon, haut lieu de mémoire consacrée à la reconnaissance de la France aux grands hommes et grandes femmes qui ont marqué son histoire.

Par Kimberly Adams

La France a tenu à rendre un hommage mérité à l’Américaine Joséphine Baker 46 ans après son décès. Cet hommage prend la forme d’un transfèrement de son cercueil au Panthéon aux côtés d’illustres grands hommes de la Nation que sont, entre autres, Victor Hugo, Jean Moulin, Émile Zola, Jean Jaurès…

A partir de là, elle est une grande icône, une star reconnue et surtout une chanteuse et danseuse reconnue. Dès lors tout devient possible. Elle s’engage dans la Résistance contre les nazis allemands durant la guerre. Parallèlement dans les années 1960, elle milite pour les droits civiques notamment dans son pays d’origine, les Etats-Unis d’Amérique.

Au cours de cette cérémonie en présence du président français Emmanuel Macron, on a entendu la voix de Joséphine Baker et l’hymne national La Marseillaise, peu après le cercueil est a été conduit dans un caveau des sous-sols du Panthéon.

Cette reconnaissance n’est guère usurpée. De fait, Joséphine Baker a été à la fois, une vraie icône de la libération féminine et un symbole de la lutte contre le racisme. Dans la même foulée, elle a été un membre actif de la Résistance sous l’occupation nazie.

Si aujourd’hui, le président Emmanuel Macron et son gouvernement ont œuvré pour mettre Baker au Panthéon, ils savent, tout comme la France, qu’elle a marqué l’Histoire de la France, son pays d’adoption.

Elle est née en 1906. Dans ces années-là, l’Amérique est la grande nation ségrégationniste. Issue d’une famille pauvre du Missouri, Joséphine Baker est confrontée très tôt quasiment dès son plus jeune âge à la ségrégation raciale.

Pour autant, elle ne baisse pas les bras, convaincue que seuls ces bras sont sa force et « My feet is my only carriage ».

Mariée à l’âge de 13 ans, domestique, elle ploie sous la pénibilité de son travail. Et elle se décide à quitter son époux avec en tête tenter sa chance comme danseuse dans des cabarets de Broadway.

Sa persévérance la pousse à franchir l’Atlantique. En ligne de mire : Paris.

Très vite Joséphine Baker devient une star : A star was born on the banks of the Seine.

Elle profite de sa nouvelle et indétrônable renommée au sein  de « La Revue nègre » (spectacle musical au théâtre des Champs-Élysées) pour dénoncer sous fond jazzy les clichés coloniaux.

Un peu provoque et excentrique, elle se présente sur scène avec une ceinture de bananes et une panthère vivante en 1927 aux Folies Bergères.

A partir de là, elle est une grande icône, une star reconnue et surtout une chanteuse et danseuse reconnue. Dès lors tout devient possible. Elle s’engage dans la Résistance contre les nazis allemands durant la guerre. Parallèlement dans les années 1960, elle milite pour les droits civiques notamment dans son pays d’origine, les Etats-Unis d’Amérique.

Lors de l’historique marche pour les droits civiques de 1963 avec le fameux I have a dream, elle marche à Washington aux côtés de Martin Luther King, un moment qu’elle avait qualifié de « plus beau jour de ma vie ». Joséphine Baker ne se contente pas de discours ampoulés ou d’opposition dans des salons  feutrés. Elle va jusqu’à adopter chez elle dans son château en Dordogne (centre-ouest de la France), douze enfants d’origine différente pour établir la preuve qu’« il n’y a qu’une seule race humaine ».

C’est toute cette humanité qui la fait entrer ce jour au Panthéon, elle qui est décédée le 12 avril 1975 à 68 ans dans sa ville de cœur : Paris.

Elle rejoint dans ce haut lieu mémoriel d’autres femmes aussi comme Simone Veil ou Marie Curie. Joséphine Baker devient la sixième femme à intégrer le Panthéon : Elle est, comme toujours, la première femme noire en ces lieux.

@KA

Written By
Par Kimberly Adams

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.