Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

A savoir

Libérer le potentiel des PME grâce à la puissance des technologies émergentes

Ngozi Megwa, vice-présidente  de Digital Partners & Enablers, Mastercard, pour la zone Europe Middle East & Africa, explique comment Mastercard contribue à autonomiser les petites et moyennes entreprises en Afrique.

 

Par Rédaction

 

Pourquoi un secteur des PME sain est-il si important pour la reprise économique de l’Afrique ?

Partout en Afrique, les communautés dépendent des personnes qui maintiennent les petites entreprises à flot ainsi que des revenus qu’elles génèrent. Ces entreprises ont également été celles qui ont le plus souffert au cours des deux dernières années à cause de la pandémie.

Le commerce électronique reste une opportunité clé et dans notre rapport sur les perspectives de l’économie 2022, le Mastercard Economics Institute prévoit que 20 % du virage numérique dans le commerce de détail restera en place, remodelant comment et ce que les consommateurs achètent.

À l’avenir, un secteur des PME sain est vital pour la reprise économique des pays africains. On le sait, les PME représentent souvent plus de 90 % de toutes les entreprises, contribuant de manière significative à une croissance économique inclusive. L’Afrique subsaharienne compte à elle seule 44 millions de micro, petites et moyennes entreprises. Elles offrent également des emplois et la promesse d’un moyen de subsistance, car les PME  génèrent environ 80 % des emplois sur le continent.

Si nous pouvons assurer le succès de ces PME, nous aurons une excellente base pour la reprise économique qui pourra alimenter une croissance durable et inclusive dans tous les coins du continent. Les PME jouent un rôle de plus en plus important dans l’élaboration des stratégies nationales de croissance, de l’emploi et de la cohésion sociale, car elles contribuent à améliorer le niveau de vie des segments les plus vulnérables de la société. Une petite entreprise stable, en croissance et connectée, peut être la clé de l’inclusion financière pour toute la communauté.

 

Évoquons le rôle des Super-Apps dans la dynamique d’inclusion financière en Afrique ?

 Il s’agit essentiellement d’outils multifonctions qui offrent un lieu unique à partir duquel une personne peut s’engager dans diverses transactions commerciales, allant de l’épicerie à l’appel d’un taxi, en passant par le paiement d’une facture d’électricité ou la demande de prêt, ce qui est particulièrement utile pour les petites entreprises et micro-commerçants.

Au cours de la dernière décennie, des super-applications telles que WeChat et AliPay en Chine ont ouvert la voie. Mais l’Afrique subsaharienne compte également divers acteurs prometteurs.

Au Nigeria, le pays le plus peuplé d’Afrique, Gokada, un service de messagerie, a créé sa propre super-application permettant aux utilisateurs d’envoyer des colis, de commander de la nourriture et de héler des taxis sur une seule plateforme. SafeBoda, une société de covoiturage basée en Ouganda, s’est également récemment étendue aux Super-Apps. Le sud-Africain MTN  regroupe la messagerie instantanée avec le m-commerce (transactions effectuées via les téléphones mobiles) et le divertissement dans sa Super-Apps Ayoba.

Une étude commanditée par Mastercard et réalisée par Economist Impact, From online bazar to one-stop-shop : The rise of super-apps, examine ces progrès. Il explique comment divers facteurs tels que la croissance démographique, l’accès numérique, la connectivité, une démographie diversifiée, une confiance croissante et l’abordabilité contribuent au progrès rapide des super-applications dans la région.

L’Afrique étant déjà le continent le plus jeune, et bientôt parmi les plus peuplés, le continent présente une mine de données clients, que les acteurs régionaux pourraient exploiter pour ajouter de la valeur à toutes les parties prenantes. Mastercard est le fournisseur de technologie unique de choix qui peut connecter divers acteurs tels que les opérateurs de télécommunications, les e-commerçants numériques et les Fintechs, pour avoir des super-applications et permettre une expérience numérique supérieure.  Cela  favorisera une plus grande inclusion financière pour les personnes et les petites entreprises à travers l’Afrique.

 

À quoi ressemblent les perspectives des PME ; sont-elles optimistes ?

C’est une question que nous avons posée dans le cadre de notre premier indice de confiance des PME. Nous avons contacté plus de 1 500 PME sur sept marchés, pour leur donner la parole et évaluer leurs réflexions sur ce que l’avenir nous réserve.

Les résultats qui sont revenus pour l’Afrique subsaharienne étaient très intéressants et nos recherches ont révélé que la confiance des PME est en hausse. L’indice a révélé que 74 % des PME de la région sont optimistes quant aux 12 prochains mois. Près de la moitié (48 %) prévoyaient une augmentation de leurs  revenus.

Ce qui m’a vraiment marqué, c’est ce que ces PME considèrent comme la clé de leur succès futur. Les entreprises nigérianes ont identifié  quatre principaux moteurs de croissance : l’acceptation des paiements numériques, un accès plus facile au crédit, la numérisation des opérations commerciales et la conduite des affaires à l’international. Celles du Kenya avaient un accès plus facile au financement en tête de liste, suivi de l’acceptation des paiements numériques, des opérations commerciales numérisées, ainsi que de meilleures  données et informations .

Un autre fait saillant de l’étude est que 89 % des PME au Kenya, 81 % en Afrique de l’Ouest, en particulier au Nigeria, et 73 % en Côte d’Ivoire, affirment que le commerce électronique aura un impact positif sur leur activité. Parmi toutes les régions étudiées, l’Afrique subsaharienne a également le potentiel le plus élevé pour pouvoir faire des affaires à l’international (62 %). Cela met en évidence les opportunités pour les petites entreprises qui découlent à la fois de leur transformation interne et des connexions mondiales, ainsi que des réglementations et des tendances du commerce régional et international.

L’Afrique a une longueur  d’avance sur les autres régions du monde en ce qui concerne l’utilisation de l’argent mobile et le déploiement de solutions connexes. Selon la GSMA, près de la moitié des transactions d’argent mobile dans le monde ont lieu en Afrique.

 

Comment faire progresser l’inclusion financière ?

En Afrique, il est essentiel de faire progresser l’inclusion numérique – permettant à tous les consommateurs et entreprises africains de participer à cette économie numérique en pleine croissance. Lorsque les propriétaires de petites entreprises sont connectés à un appareil mobile, ils sont également connectés à de meilleures opportunités d’accès au crédit.

La plate-forme Pay-on-Demand de Mastercard, construite par Mastercard Labs, offre des opportunités de financement pratiques aux consommateurs, entrepreneurs et commerçants à travers l’Afrique, aidant ainsi à lutter contre les problèmes socio-économiques auxquels ils sont confrontés en raison d’un accès restreint au financement.

Une initiative qui bénéficie de la plate-forme innovante Pay on Demand est le partenariat numérique entre Mastercard, Samsung, Airtel et Asante Financial Services Group. Samsung rend les appareils mobiles disponibles à un faible coût initial, Airtel coordonne la livraison du produit à travers ses communications et Asante facilite le prêt avec des paiements abordables répartis dans le temps.

Au fur et à mesure de l’utilisation du produit, le particulier ou l’entreprise établira un historique numérique des transactions, qui pourra être exploité pour rendre accessibles d’autres solutions de financement, telles que le crédit, l’épargne, les investissements et l’assurance. Pour les propriétaires de petites entreprises et les entrepreneurs, cela est particulièrement avantageux car cela offre la possibilité d’obtenir un financement pour faire avancer leurs entreprises et développer leurs capacités numériques pour leurs activités quotidiennes.

 

Comment Mastercard autonomise-t-elle les petites entreprises ?

Les petites entreprises sont l’épine dorsale des communautés locales et elles servent de moteur de croissance de l’économie. Quand elles grandissent, tout le monde grandit. Mais trouver comment s’adapter dans un monde post-pandémique est compliqué, même pour les entrepreneurs les plus avertis.

En offrant aux PME des solutions de paiement numériques, des données et des informations pour gérer leurs entreprises de manière plus efficace et sécurisée, Mastercard s’engage à aider les entrepreneurs dans le monde non seulement à se rétablir, mais aussi à se développer et à prospérer.

Nous travaillons en étroite collaboration avec les gouvernements, les organisations financières, les fintechs et le monde des affaires au sens large pour créer des opportunités pour les PME de la région.

À l’échelle mondiale, et en particulier dans la région Europe de l’Est, Moyen-Orient et Afrique (EEMEA), le secteur des paiements est devenu de plus en plus important pour permettre et stimuler les économies inclusives et numériques. Selon le rapport PwC Payments 2025 & Beyond, dans les régions économiques en développement d’Afrique, les paiements augmentent plus rapidement que la moyenne mondiale, amenant des millions de personnes non bancarisées et mal desservies dans l’économie mondiale.

Chez Mastercard, nous aidons les PME en leur fournissant des outils d’acceptation omni canal et les aidons à créer des vitrines numériques dans une perspective de commerce électronique.

Pour de nombreuses petites entreprises, la réduction de leur dépendance à l’égard des paiements en espèces grâce à l’acceptation des paiements numériques a joué un rôle majeur dans leur capacité à être payés et à maintenir leur trésorerie, en particulier au cours des deux dernières années.

 

Et en direction des femmes ?

Nous pensons qu’un monde plus connecté numériquement est un monde meilleur. À cette fin, Mastercard s’est engagée à connecter 50 millions de PME dans le monde à l’économie numérique d’ici 2025, en utilisant sa technologie, son réseau, son expertise et ses ressources pour construire une économie numérique plus durable et inclusive. Dans le cadre de ces efforts, Mastercard se concentre directement sur la connexion de 25 millions de femmes entrepreneures.

L’année dernière, nous avons également lancé « L’Odyssée de l’entrepreneur », une plate-forme d’éducation numérique gratuite, unique en son genre, qui rassemble une gamme de ressources universitaires et commerciales de classe mondiale pour aider les petites entreprises à apprendre et à prospérer. Elle s’appuie sur les ressources  que nous avons mises à disposition, y compris la trousse d’outils de cybersécurité gratuite en ligne.

Ce ne sont là que quelques-unes des initiatives que Mastercard a mises sur le marché alors que nous travaillons avec nos partenaires à travers l’Afrique subsaharienne, en collaborant avec les gouvernements et le secteur privé pour aider les PME.

 

Comment se diffusent les nouvelles technologies ?

L’accès aux nouvelles technologies est de plus en plus répandu en Afrique. La prolifération et l’adoption de l’IA, de l’apprentissage automatique, de la Blockchain et du Cloud computing accélèrent les opportunités pour les petites entreprises en Afrique.

La technologie Blockchain, par exemple, sous-tend le développement de la cryptomonnaie. L’année dernière, Mastercard a annoncé qu’elle commencerait à prendre en charge certaines crypto-monnaies directement sur son réseau, en mettant l’accent sur la protection des consommateurs. Il s’agit d’offrir le choix et le fait que Mastercard veut permettre aux clients, aux commerçants et aux entreprises d’utiliser la valeur numérique – traditionnelle ou crypto – comme ils le souhaitent.

Une autre application de la technologie blockchain se trouve dans notre solution Mastercard Provenance, qui offre une traçabilité en temps réel dans les chaînes d’approvisionnement. Elle comble le fossé entre les silos de données et permet de prendre des décisions sur la base d’un enregistrement partagé qui renforce la confiance et la responsabilité entre les acheteurs et les vendeurs. Nous l’avons récemment lancé au Zimbabwe au profit des éleveurs de bétail locaux en partenariat avec E-Livestock Global.

L’intelligence artificielle (IA) alimente des solutions de fidélisation avancées telles que Session M. En fusionnant l’apprentissage automatique et la prise de décision en temps réel, avec la capacité de diffuser des messages, des offres ou des tactiques de fidélisation sur n’importe quel canal, les spécialistes du marketing sont en mesure de créer des interactions plus intelligentes. qui génèrent des comportements et des bénéfices supplémentaires.

L’IA améliore également les capacités de détection des fraudes. Brighterion, une société Mastercard dont l’IA et l’apprentissage automatique sécurisent plus de 100 milliards de transactions par an, aide les organisations à gérer le cycle de vie du risque de crédit, à prévoir les impayés, à prévenir la fraude  et à détecter les abus.

Alors que la gestion de la fraude prend de l’importance et que les fraudeurs tentent de déjouer les mesures de cybersécurité traditionnelles, la réponse de Mastercard est Connected Intelligence. En reliant les informations sur l’ensemble du parcours client, les entreprises peuvent arrêter net la fraude dans son élan.

 

L’Afrique compte déjà plusieurs femmes entrepreneures exceptionnelles, mais en avons-nous assez ?

Pour atteindre le plein potentiel de notre économie, nous devons activer les contributions de tous. Chaque femme qui souhaite lancer une entreprise doit se sentir soutenue, et nous travaillerons en étroite collaboration avec des partenaires pour autonomiser les femmes entrepreneures.

Un monde égalitaire est un monde plus inclusif, et Mastercard reste pleinement engagée à soutenir le cheminement vers l’équilibre entre les sexes avec toutes nos ressources, notre technologie et la puissance de notre réseau.

Entre-temps, les femmes propriétaires de PME en Afrique subsaharienne ont notre attention et notre soutien, malgré les défis liés à leur financement. Selon le Mastercard Index of Women Entrepreneures (MIWE) 2021, le Botswana, l’Ouganda et le Ghana étaient les trois principales économies du monde comptant le plus de femmes propriétaires d’entreprise en pourcentage du nombre total de propriétaires d’entreprise.

L’Angola est classé premier parmi les 65 économies analysées pour son « taux d’activité entrepreneuriale des femmes ».  Ce taux dépasse celui des hommes, même si « l’accès général au financement » est encore classé faible. Bien que le taux d’activité entrepreneuriale des femmes ait diminué dans la plupart des économies pendant la pandémie, l’Afrique du Sud, l’Angola et le Botswana font partie des douze seules économies  où ce taux  a augmenté.

La croissance  de la contribution des femmes entrepreneures est un signe positif, car près de la moitié des femmes entrepreneures (48,7 %) dans le monde déclarent être motivées par le désir de contribuer au bien de la société.

Cependant, le rapport note également l’impact disproportionné de la pandémie de Covid-19 sur les femmes entrepreneures du monde entier, 83,8 % d’entre elles déclarent avoir été affectées négativement.

La surreprésentation dans les secteurs les plus durement touchés par le ralentissement économique et l’écart numérique prononcé entre les sexes dans un monde de plus en plus virtuel sont quelques-uns des facteurs qui ont rendu les femmes particulièrement vulnérables.

L’Afrique est en avance sur les autres régions du monde en ce qui concerne l’utilisation de l’argent mobile et le déploiement de solutions connexes. Selon la GSMA, près de la moitié des transactions d’argent mobile dans le monde ont lieu en Afrique.

C’est aussi pourquoi l’inclusion numérique, pour tous les membres de notre société, est si importante. En plus de donner aux entreprises dirigées par des femmes partout dans le monde des outils d’acceptation des paiements numériques, Mastercard fait également progresser le progrès social grâce à une formation en technologie financière pour encourager la croissance de l’entrepreneuriat chez les femmes.

Par exemple, le Mastercard Center for Inclusive Growth a accordé une subvention de financement de démarrage à la Omaness Skinfood Company, pour permettre à 10 000 femmes entrepreneures au Nigeria de gérer leurs propres entreprises.

Sans l’incertitude de l’argent qui pèse sur leur gestion, nous pourrions voir la contribution des femmes augmenter considérablement la prospérité de leurs communautés. Elles auraient plus de temps pour suivre leurs motivations , développer en toute confiance leurs entreprises à l’ère numérique et inspirer la prochaine génération de femmes.

 

Quelles sont les opportunités pour les PME  l’année prochaine ?

En tant qu’entreprise technologique, Mastercard est très passionnée par l’innovation et les nouvelles façons  de développer l’économie numérique – car c’est là que se trouve la croissance – en particulier pour les petites entreprises et les micro-commerçants. Nous voulons les aider à passer au numérique et à se développer.

Le commerce électronique reste une opportunité clé et dans notre rapport sur les perspectives de l’économie 2022, le Mastercard Economics Institute prévoit que 20 % du virage numérique dans le commerce de détail restera en place, remodelant comment  les consommateurs achètent. Les abonnements au commerce électronique ont gagné du terrain en 2021, car près de 88 % des pays sur 32 marchés ont connu une augmentation des services d’abonnement par rapport à l’année précédente. Notamment, les partenaires sportifs, la location de vélos et les services pour animaux de compagnie font partie des entreprises qui bénéficient de ce modèle.

Le Covid-19 a encore accru le besoin de numérisation des PME. Chez Mastercard, nous encourageons les PME à envisager sérieusement d’accepter différentes méthodes de paiement, en particulier compte tenu de l’essor du commerce hybride, de l’expérience omni canal et de l’accent mis sur le choix.

La confiance est la nouvelle devise de l’expérience client, d’autant plus qu’elle migre vers le digital. Les nouvelles technologies sont très utiles à cet égard et peuvent aider les PME à approfondir leurs relations avec leurs clients. Par exemple, les solutions d’IA centrées sur l’humain de Mastercard, fournies aux PME via nos partenaires, peuvent créer une nouvelle valeur commerciale, en exploitant des informations au-delà de la transaction d’achat ou du point de vente.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts