Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Un hôtel de luxe pour le RIF

Maroc – Le Sofitel Tamuda Bay accueille désormais ses hôtes au coeur du Rif marocain. Son directeur, Noury Saladin, mise sur la clientèle des hommes d’affaires et congressistes pour remplir l’hôtel toute l’année.

N’est-ce pas aller à la hussarde que d’installer votre établissement alors que la conjoncture est si tendue dans le tourisme ?

Je vous l’accorde, la conjoncture actuelle n’est pas très favorable. En revanche, la région où nous venons d’ouvrir le Sofitel Tamuda Bay présente un grand potentiel. Nous enregistrons déjà des signes très positifs d’occupation depuis son ouverture, en particulier pour la deuxième moitié de l’année. Pendant la saison estivale, le challenge est beaucoup moins important, car tout naturellement, un important flux de personnes vient visiter la région. Or, nous avons gagné d’importantes parts de marché pendant la saison non-estivale, notamment grâce à l’accueil de plusieurs séminaires et congrès nationaux et internationaux.

Nous souhaitons aussi participer au développement de la région Tétouan – Tanger – Al Hoceïma, positionnée sur le segment du très grand luxe avec de nombreuses enseignes internationales qui vont ouvrir dans les mois prochains. Nous visons aussi bien la clientèle locale et que la clientèle internationale.

Nous nous positionnons dans le segment du MICE (Meetings, Incentives, Conferencing, Exhibitions). Notre « Inspired Meeting Center » est un espace indépendant entièrement dédié aux événements. Il est équipé des dernières technologies permettant d’organiser réunions et séminaires dans des conditions extrêmement agréables. Bien évidemment, l’expérience peut aussi se prolonger vers la plage ou dans notre espace « So Beach ». En plus des expériences balnéaires, nous proposons tout au long de l’année diverses activités telles que des randonnées, excursions, découvertes de la ville, etc.

Combien de temps avez-vous mis pour construire ce Sofitel ? Au regard des autres établissements hôteliers, quelles sont les caractéristiques du Tamuda Bay ?

Le Sofitel Tamuda Bay a été construit en cinq ans, et a nécessité des études techniques très poussées. Le projet correspond à une nouvelle génération de Sofitel « Resort ». C’est un hôtel qui se veut très design et déco, offrant une expérience résolument « arty chic » notamment du fait des couleurs, formes géométriques des bâtiments d’abord, mais aussi de tous les univers existants. Que ce soit le restaurant « Le Marché des saveurs », la « Villa des enfants », le So Beach Lounge, le So Spa, etc. Tous ces univers laissent place à des expériences exceptionnelles et variées.

Nous avons différents types d’hébergement : la Villa Signature et la Suite Plage, les Chambres Luxury… Nous présentons aussi un produit original, la Suite Spa : ce concept est quasi unique au monde, nous sommes le seul hôtel à le proposer, avec le « So Bangkok ».

Dans la « Suite Spa », le spa vient à vous, avec toutes les installations et expériences soin et bien-être nécessaires à un accompagnement privé. Nous avons le « So Lounge » qui est un concept unique et propre au Maroc, et qui pour la première fois est décliné en Outdoor, avec le So Beach Lounge, un concept de fête pieds dans l’eau en complément des expériences déjà connues des So Lounge. Je pense notamment à tout ce qui est So Fun, So Zen, So Nice et So Good, aujourd’hui le So Beach !

Pour un 5 étoiles, votre hôtel ne compte que 104 chambres…

C’est le fruit d’une stratégie réfléchie ! Notre expérience avec l’ancien Sofitel Marina Smir nous a confirmé qu’une centaine de chambres est suffisante. Cet hôtel à taille humaine nous permet de nous positionner sur un segment luxe et d’en maîtriser les différentes facettes et tous les moments clés de l’expérience client.

Quel est le taux de remplissage du Sofitel Tamuda Bay ?

Nous sommes ouverts depuis le 20 mai, et avons réussi à clôturer le mois de juin avec un taux d’occupation de 35 %. Nous avons affiché complet pour les mois de juillet et août, ainsi que pour une bonne partie du mois de septembre.

Nous avons aussi de très belles prévisions d’occupation jusqu’à fin octobre, pour une clientèle individuelle de loisirs. Nous basculons ensuite sur une clientèle de groupe et corporate. Pour cette première année, nous prévoyons un taux d’occupation moyen de 40%.

La région dans laquelle vous êtes installé n’a pas la réputation d’être très active. En dehors de la période estivale, comment comptez-vous remplir votre hôtel ?

Nous valorisons notre hôtel par rapport à tout ce que la région offre. Dire que celle-ci ne présente pas beaucoup d’activités, c’est vraiment très mal connaître la région ! La ville de Tétouan par exemple, est riche en endroits à découvrir : l’ancienne médina, l’institut des Beaux-Arts, etc.

Nous proposons aujourd’hui huit circuits à nos clients, chacun offrant des expériences différentes. Les premiers circuits sont à seulement quelques kilomètres de l’hôtel, d’autres se parcourent dans les villes proches telles que Chefchaouen (la « perle bleue » du Nord), Oued Laou avec sa magnifique plage déserte et Akchour, qui abrite les meilleurs paysages et cascades du pays. Nous proposons aussi d’autres activités ludiques tels que le quad (sur le barrage de Smir), le jet-ski, l’équitation, en complément des expériences plage, mer et soleil.

Enfin, nous organisons des sorties en yacht, permettant de rallier Gibraltar ou Marbella en à peine une heure et demie de temps. Toutes ces expériences exclusives sont disponibles tout au long de l’année.

Quel pourrait être l’apport d’un tel hôtel dans la ville de Tamuda ?

Notre ambition, aujourd’hui, est de contribuer au développement et au rayonnement de la région de Tamuda Bay, à l’international et ce à travers notre marque Sofitel, présente sur tous les continents avec près de 130 unités.

Nous souhaitons aussi participer au développement de la région Tétouan – Tanger – Al Hoceïma, positionnée sur le segment du très grand luxe avec de nombreuses enseignes internationales qui vont ouvrir dans les mois prochains. Nous visons aussi bien la clientèle locale et que la clientèle internationale.

Related Posts

  • Première pierre de la centrale de Lom Pangar

    Le Cameroun dispose d’un potentiel hydroélectrique évalué à quelque 12 000-14 000 MW, largement sous-exploité ; le bassin du fleuve Sanaga représente la moitié environ de ce potentiel, …

  • Grégory Clemente, DG de Proparco

    Bras financier de l’Agence française de développement, Proparco accompagne les entreprises dans la durée, explique son directeur général. Qui entend davantage combiner apport de fonds …

  • Maroc : Dessalement de l’eau de mer

    Le Maroc se doit de préserver dans la mesure du possible ses ressources en eau, tout en assurant la disponibilité nécessaire. Des solutions innovantes sont …

Recevez nos Newsletter

Si vous souhaitez recevoir par mail une information pertinente, crédible et incontournable, inscrivez-vous à notre newsletter.

Aidez-nous à améliorer notre contenu