Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Société

Smedi pousse ses pions en Afrique de l’Ouest

La société Service médical international (Smedi), qui a fêté en 2017 son dixième anniversaire, vient de renforcer sa représentation à Abidjan dont elle fait une base pour le développement de ses activités dans toute l’Afrique de l’Ouest.

Par Ridha Kéfi

Ouverte depuis 2010, la représen­tation de Smedi (Service médi­cal international) à Abidjan a été renforcée par de nouveaux équipe­ments, d’effectifs et de modes d’intervention. La société tunisienne envisage de la transfor­mer bientôt en filiale, offrant une panoplie d’offres de services et de panoplies de soins, en créant des structures sanitaires sur place, en partenariat avec des opérateurs locaux. « Nous avons l’expertise et le savoir-faire de nos ambitions », explique Ghazi Mejbri, cofonda­teur et directeur général de Smedi.

Il en veut pour preuve que sa société a déjà créé, selon ce même schéma, deux structures de santé privées à Libreville, au Gabon, un centre de dialyse et une clinique gynécologique. « Nous n’allons pas rester d’éternels évacuateurs de malades. Nous allons créer des centres médi­caux dans nos différents pays d’intervention et limiter progressivement l’activité d’évacuation aux cas extrêmes et non pris en charge loca­lement », poursuit-il. Et d’ajouter : « Nous allons investir avec des opérateurs locaux pour monter des structures sanitaires dans diverses spécialités, en concertation avec les profession­nels du secteur et selon leurs priorités. »

Créée en 2007, Smedi est basée en Tunisie et présente dans une douzaine de pays, notamment africains, à travers des filiales (France, Gabon, Tchad) et des repré­sentations (Côte d’Ivoire, RD Congo, Mali, Niger, Burkina Faso, Bénin, Cameroun, Mauritanie, Sénégal, Togo). « Elle est spécia­lisée dans les services médicaux, de concierge­rie médicale et de management de projets et de parcours de soins », comme aime à la définir son Ghazi Mejbri.

Un parcours de soins « de domicile à domicile »

Chaque représentation, qui a vocation à se développer et à se transformer en filiale, est chargée d’informer, de conseiller et d’orienter les patients sur la meilleure prise en charge possible de leur pathologie dans les cliniques et centres de soins en Tunisie, ou dans d’autres destinations.

Rate this article

Author Thumbnail
Written by Ridha

Ridha Kéfi, journaliste indépendant depuis 1982. Reporter puis rédacteur en chef adjoint au quotidien "Le Temps" (Tunisie, 1980-1994), puis rédacteur en chef délégué à l'hebdomadaire "Jeune Afrique" (1994-2006). A fondé et dirigé l'hebdomadaire "L'expression" (Tunisie, 2007-2008), suspendu par le régime de Ben Ali. Depuis 2008, collaborateur du Groupe ICPublications ("Magazine de l'Afrique", "African Business" et "African Banker") et conseiller de la rédaction de la revue trimestrielle "Afkar/Idées" publiée par l'IEMED (Espagne). Fondateur et directeur du journal électronique "Kapitalis" depuis 2010. A été membre de l'Instance nationale de réforme de l'information et de la communication (INRIC, Tunisie, 2011-20013).

Related Posts