Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Sénégal et développement communautaire

Le Sénégal compte près de 13 millions d’habitants, avec un taux de pauvreté de 46,7%. Cette pauvreté, surtout rurale, hypothèque la stabilité sociale et l’avenir du pays, appelant à un rééquilibrage du développement.

Par Gérard Choisnet

Un atelier régional d’échanges et de capitalisation des acquis du Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC), organisé avec le concours du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) qui en assure la conduite, a réuni les 13 et 14 mars à Dakar une vingtaine de pays africains.

L’objectif, selon les organisateurs, était de « présenter l’expérience sénégalaise du PUDC comme un modèle innovant de développement inclusif ayant un effet immédiat sur la transformation des conditions de vie des populations ».

En effet, « des zones entières de notre pays, comme oubliées depuis des années du processus de développement, restent dépourvues du minimum de services publics », déplorait le président Macky Sall dans son message à la Nation du 31 décembre 2016. « A l’occasion de mes visites à l’intérieur du pays, je vois encore des villages entiers isolés, sans accès à l’eau et à l’électricité. Je vois le quotidien pénible des femmes de tous âges, endurant toutes sortes de corvées insupportables…

C’est pourquoi j’ai inscrit l’équité territoriale et le développement solidaire et inclusif au cœur des priorités du Plan Sénégal émergent (PSE, horizon 2035). Et c’est justement la finalité du PUDC que j’ai lancé en juillet 2014 avec quatre composantes : eau, électricité, pistes de désenclavement et équipements pour alléger la pénibilité des travaux des femmes ».  « Après deux années de mise en œuvre, les résultats du PUDC sont plus que satisfaisants », estimait le chef de l’Etat.

Dans le domaine de l’eau, 178 forages avaient été réceptionnés à fin 2016 et 68 châteaux d’eau réalisés, permettant l’accès à l’eau potable dans 337 villages au profit de 163 283 personnes, et 1 737 km de réseaux ont été mis en service.

Il est prévu au total 238 forages, 161 châteaux d’eau, 4 737 km de réseaux, ainsi que 346 abreuvoirs et 1 844 bornes-fontaines.

Dans le secteur de l’électricité, 420 villages étaient en cours d’électrification à la même date (110 par solaire et 310 par connexion) pour raccorder 20 800 ménages.

Pour l’électrification par raccordement au réseau MT/BT, les travaux avaient démarré sur le terrain dans 128 villages où la réception du piquetage était effective, avec 65 km de ligne MT installés. Il est prévu un total de 1 879 km de lignes MT et 1 309 km de lignes BT.

Sur le plan des pistes rurales, 790 km étaient en cours de travaux dans 10 régions, dont 255 km ouverts à la circulation permettant le désenclavement de plus de 200 villages.

Concernant les équipements de transformation agricoles, sur 3 093 équipements produits et certifiés, 1 562 équipements post récoltes et de transformation étaient déjà été déployés fin 2016 dans 10 régions.

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Business

Fort de son succès, ce magazine est une référence pour les femmes et les hommes d’affaires en Afrique. Il permet aux décideurs d’avoir une approche concrète du marché et de saisir de nombreuses opportunités à travers le continent africain. African Business est respecté et reconnu pour son intégrité éditoriale et sa contribution au développement de l’Afrique. Tous les secteurs de l’économie sont couverts par des journalistes renommés. Les numéros annuels sur les “200 Premières banques” et les ‘‘250 Premières entreprises’’ sont devenus de réels outils de travail et des indicateurs du climat des affaires en Afrique. Chaque année, les Trophées d’African Business récompensent la réussite des entrepreneurs et des les entreprises les plus performantes du continent.

Related Posts

Recevez nos Newsletter

Si vous souhaitez recevoir par mail une information pertinente, crédible et incontournable, inscrivez-vous à notre newsletter.

Aidez-nous à améliorer notre contenu