Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Société

Débat autour de l’Index africain de citations

Le Forum des parties prenantes sur l’Index africain de citations se tiendra à Dakar au Sénégal du 23 au 24 février 2017. Le but de ce forum est de réunir les parties prenantes pour échanger des points de vue sur la manière de capitaliser l’opportunité qu’offre l’Index que le Codesria vient de développer.

Le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (Codesria), a commandé en mai 2016, le développement d’un Index africain de citations, un projet en cours depuis 2006.  

Ce Index est l’une des stratégies adoptées par le Codesria pour apporter un contrepoids aux classements négatifs, vécus comme une injustice par les chercheurs africains, que les institutions et les infrastructures traditionnelles d’évaluation de la recherche accordent souvent à la recherche en Afrique. Nous sommes heureux que l’Index africain de citations ait été développé avec succès.

« Comme vous le savez, un déficit important est constaté dans les rapports de recherche et dans les documents d’évaluations sur l’Afrique. Il en est ainsi de la visibilité des résultats de recherche qui reste liée à l’absence d’un index régional à partir duquel la production de la recherche et l’intelligence africaines pourraient être évaluées », déplore le Dr Ebrima Sall, secrétaire exécutif du Codesria.

Le Codesria considère l’Index comme une infrastructure continentale, à la disposition des institutions, des décideurs, des organismes régionaux et internationaux, des chercheurs, des étudiants et des partenaires soucieux d’acquérir une compréhension et une connaissance plus réalistes du terrain de la recherche africaine.

But et objectifs du Forum

Il s’affirme aussi comme un outil permettant de traiter adéquatement les questions africaines en se fondant sur les réalités des connaissances africaines.

Dans cette perspective, le Codesria organise un Forum des parties prenantes afin de : contribuer aux perspectives du Codesria en plaçant les connaissances africaines au centre des négociations sur le développement en Afrique, en fournissant un index d’évaluation et de mesure de la science ; échanger des idées en matière de déploiement, de commercialisation, de contenus, de qualité et de portée de l’Index, etc. établir des partenariats nécessaires et renforcer la collaboration afin de positionner l’Index africain de citations comme l’autorité phare dans l’évaluation de la science en Afrique ; contribuer à un plan de mise en œuvre qui fera de l’Index un outil de référence prioritaire pour les acteurs africains et internationaux dans l’évaluation des connaissances africaines.

Contexte pour la création  de l’Index

Jusqu’à présent, les visions africaines de la production et du sens des connaissances pour le progrès social et politique sur le continent ont toujours coexisté, mais ont été étouffées par les perceptions et les contraintes extérieures.

L’idée que l’Afrique est un continent capable de produire ses propres intellectuels, de construire des infrastructures d’évaluation de la recherche et des index susceptibles de juger de la vitalité de ses propres dispositifs de production des savoirs, a toujours été confrontée à de sérieux défis sur les marchés intellectuels mondiaux.

Les contraintes des pratiques d’indexation de l’Occident, à savoir les variables géographiques, linguistiques, thématiques, scientifiques et temporelles, placent souvent les chercheurs africains au pied de la pyramide des résultats de la recherche mondiale.

Les méta-connaissances et les données d’intelligence critique sur la recherche, les chercheurs et les disciplines en Afrique ont dépendu des index néolibéraux de l’Occident. Les débats qui définissent le Programme de développement durable de 2030 reconnaissent que la qualité de l’éducation, de l’innovation et des institutions solides sont essentielles à la construction et au maintien des sociétés.

Dans ce contexte, l’investissement et la réalisation par le Codesria d’un Index africain de citations pourraient être considérés comme une étape importante dans la capacitation et le renforcement de la recherche africaine.

Related Posts

  • Les ambitions portuaires d’Olam

    Le 14 octobre, Gabon Special Economic Zone (GSEZ) a inauguré le New Owendo International Port (NOIP) en présence du président Ali Bongo Odimba. À cette …

  • Du New Deal africain…

    La rencontre annuelle du Club 2030 Afrique a permis de se rendre compte de l’impérieuse nécessité de réformer l’administration fiscale en Afrique subsaharienne. Au-delà de …

  • Afrique: L’institut Montaigne prend position

    L’Institut Montaigne présente des prospectives africaines plutôt encourageantes. Ses chercheurs proposent, dans un rapport de septembre 2017, une nouvelle stratégie pour la France et une …

Recevez nos Newsletter

Si vous souhaitez recevoir par mail une information pertinente, crédible et incontournable, inscrivez-vous à notre newsletter.

Aidez-nous à améliorer notre contenu