Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Interviews et Portraits

Pierre Gattaz : « Nous venons en Afrique… »

ENCADRE

Dans les coulisses du voyage au Kenya et en Éthiopie

Difficile de se rendre compte de la force de frappe du patronat français, le MEDEF, quand on ne partage pas de l’intérieur l’expérience grandeur nature d’une mission. L’occasion en fut trouvée par African Business avec le périple en Afrique de l’Est, du 4 au 10 mars, d’une délégation de 60 dirigeants d’une cinquantaine d’entreprises françaises – emmenée par Pierre Gattaz. Le Kenya et l’Éthiopie sont deux pays qui font partie d’un univers mental et culturel totalement différent de celui auquel sont habitués les chefs d’entreprise français. Le premier est très marqué par l’influence du Commonwealth ; le deuxième est un « cas à part », en raison de son histoire, puisqu’il n’a jamais été colonisé. L’Éthiopie est un vieil empire aux traditions fortes qui perdurent.

Par un style très direct, décontracté, laissant transparaître sa dimension humaine, Pierre Gattaz est entré tout naturellement en résonance avec l’intelligence émotionnelle des Africains. Durant les trois jours passés à Nairobi, l’essentiel de tous ceux qui comptent dans le pays (le président Uhuru Kenyatta, plusieurs de ses ministres, les dirigeants d’entreprise kenyans et autres invités de marque) était au rendez-vous. Total, Air Liquide, Bolloré Ports, Dassault Systèmes, Engie, Veolia, EDF, Decathlon, Safran, Société Générale, Thales, et bien d’autres, ont marqué leur intérêt pour cette autre Afrique.

Si ces grandes entreprises ont la planète pour horizon – la France reste dans le peloton de tête dans le monde –, plusieurs PME et start-up ont été résolument associées à cette mission. Nous l’avons vu à toutes les étapes de ce voyage, le brassage opère, l’information circule et les échanges profitent à chacun pour communiquer et croiser les expertises… Une cohabitation entre des univers et des cultures différents qui se révèle précieuse pour chacun des participants. La «méthode MEDEF » semble fonctionner à merveille car ce type de rencontres aide à nouer des contacts, mais aussi, par la présence de décideurs de premier plan, permet de trouver des réponses à des dossiers que l’on croyait en souffrance.

Le continent de tous les chantiers Cette dynamique a été astucieusement choisie pour organiser d’autres manifestations en même temps et dans les mêmes lieux, comme « Stars in Africa » ou la réunion des patronats africains et européens. Tout cela a eu lieu au IHub, le lieu géométrique de la Tech kényane, l’expression par excellence du dynamisme et de la modernité du pays. Addis-Abeba, autre lieu, autre pays. La délégation des chefs d’entreprise – sans Pierre Gattaz parti rejoindre le président Macron en Inde –, arrive dans un pays à la recherche d’un nouveau Premier ministre. Ce contexte n’a pas empêché les ministres de travailler et de continuer à traiter les dossiers. L’Éthiopie est en pleine transformation. La capitale traduit l’intensité des chantiers en cours. Ce pays de 100 millions d’habitants recèle des atouts mais aussi des fragilités politiques.

Ces trois jours passés au Kenya et deux jours en Éthiopie sont des moments forts pour saisir des réalités, partager des échanges, signer des contrats et faire des affaires. Être « embedded » ne veut pas nécessairement dire être sous influence ou sous la dictée – personne n’est là pour le suggérer ou l’imposer –, mais il est une réalité qui parle d’elle-même : la dimension humaine est la clé de voûte pour nouer des relations. Ce huitième voyage en Afrique de Pierre Gattaz montre combien il a fait bouger les lignes à l’intérieur de l’institution patronale à l’égard de ce continent de tous les chantiers. HBY

1

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Business

Fort de son succès, ce magazine est une référence pour les femmes et les hommes d’affaires en Afrique. Il permet aux décideurs d’avoir une approche concrète du marché et de saisir de nombreuses opportunités à travers le continent africain. African Business est respecté et reconnu pour son intégrité éditoriale et sa contribution au développement de l’Afrique. Tous les secteurs de l’économie sont couverts par des journalistes renommés. Les numéros annuels sur les “200 Premières banques” et les ‘‘250 Premières entreprises’’ sont devenus de réels outils de travail et des indicateurs du climat des affaires en Afrique. Chaque année, les Trophées d’African Business récompensent la réussite des entrepreneurs et des les entreprises les plus performantes du continent.

Related Posts