Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Interviews et Portraits

Offrir la santé au plus grand nombre

Les directeurs de Shalina Healthcare, Abbas et sa sœur Shalina Virji réussissent à fournir des soins de santé de qualité à un prix abordable tout en développant leur entreprise. Par Tom Collins

Shalina Healthcare est en Afrique depuis plus de trente ans. Comment avez-vous commencé ?

Shalina Healthcare a débuté lorsque nous avons constaté un besoin urgent en produits pharmaceutiques de qualité à un prix abordable en RD Congo. L’entreprise

a commencé par une petite gamme de médicaments essentiels. Aujourd’hui, nous couvrons onze pays, et distribuons plus de 300 produits. Nous avons 250 délégués bien formés et nous assurons la formation continue. Nous avons des systèmes informatiques de classe mondiale et nous possédons notre propre usine de fabrication approuvée par l’OMS.

La société opère dans certains des endroits les plus reculés. Comment faites-vous pour surmonter les obstacles structurels et vous y installer ?

Nous avons des nationaux crédibles et de confiance dans nos équipes, qui nous aident à naviguer dans les pays où nous opérons. Comme nous fournissons des médicaments qui sont indispensables, nous bénéficions du soutien des collectivités locales et des gouver- nements et cela nous aide à toucher même des endroits très éloignés.

Quels sont les critères que vous recherchez pour trouver de nouveaux débouchés ?

La considération la plus importante pour trouver de nouveaux marchés est la dispo- nibilité de produits pharmaceutiques de qualité. Notre mission est d’assurer que nos médicaments soient disponibles pour ceux qui en ont le plus besoin. Nous installons donc de nouveaux dépôts dans des endroits qui jadis étaient impossibles à atteindre à partir de l’un de nos centres de distribution.

Vous considérez-vous comme une entreprise africaine ?

Absolument. Notre famille est indo-est- africaine, de sorte que nos racines et notre avenir sont fermement en Afrique.

Comment avez-vous réussi à développer l’entreprise avec succès au cours des 8 dernières années depuis que vous et votre frère Abbas avez commencé à la gérer ?

Nous avons une excellente équipe à travers le monde, motivée et passionnée. Nos employés veulent réussir en Afrique. Nous leur donnons la souplesse nécessaire pour gérer les entreprises localement et nous leur donnons les moyens et le soutien néces- saires pour assurer l’avenir de l’entreprise.

Bloomberg a diffusé un documentaire sur votre travail en Angola et sur votre implication dans une mission de l’Église. Pouvez-vous nous en parler ?

Dans tous nos pays, nous soutenons des ONG sur le terrain. Vous faites allusion à un Centre Mères-Enfants des missionnaires en Angola. C’est un centre à but non lucratif, soutenu par des dons internationaux. Des centaines de femmes et d’enfants viennent chaque jour pour des consultations à trois dollars environ.

Nous leur fournissons régulièrement les médicaments dont ont besoin les femmes enceintes et les jeunes enfants, des antibio- tiques, des antipaludéens, des médicaments contre la douleur, des toniques sanguins et des antitussifs. La clinique reçoit beaucoup de patients à cause de ses bas tarifs, et de l’accessibilité des médicaments. Avant notre arrivée sur le marché, ils ne pouvaient acheter avec les dons reçus que le sel de réhydratation par voie orale.

Comment voyez-vous l’avenir de Shalina Healthcare?

Notre histoire est en Afrique et notre avenir est sur le continent. Nos produits sont actuellement enregistrés dans onze pays d’Afrique subsaharienne et nous avons un circuit distribution directe dans sept de ces pays.

À l’avenir, nous continuerons à recher- cher une pénétration plus profonde de notre distribution directe dans ces pays pour proposer des médicaments de qualité à un nombre de plus en plus grand d’Africains.

Nous élargissons également notre gamme de produits pour répondre à de nouveaux domaines thérapeutiques, comme les maladies cardiovasculaires et le diabète, dont la prévalence devient plus importante dans toute l’Afrique.

Comment l’Afrique peut atteindre le meilleur niveau des soins de santé ?

La meilleure façon d’atteindre de bons niveaux des soins de santé est le partenariat public-privé. Dans nos marchés, les gouver- nements accordent une importance croissante aux soins de santé, y compris la mise en place de règlements pour soutenir l’industrie.

Par exemple, les processus d’enregistre- ment sont devenus nettement plus stricts au cours des dix dernières années. Nous apprécions ce changement qui écarte du marché les acteurs peu scrupuleux ou de faible qualité. Des acteurs privés comme Shalina Healthcare peuvent contribuer à atteindre un bon niveau de soins de santé, car nous sommes en mesure de proposer des prix abordables aux prestataires de soins de santé tout en assurant la qualité.

Pourquoi vos usines d’approvisionnement sont en Inde et en Chine et non en Afrique ?

Notre mission première est de fournir des produits pharmaceutiques de qualité. Tous nos médicaments proviennent d’usines approuvées par l’OMS. Nous nous sommes concentrés d’abord sur l’Inde et la Chine en raison de la renommée de leur industrie pharmaceutique et de leur savoir-faire. Cependant, nous avons l’intention d’établir une usine en Afrique dans un proche avenir. Nous allons adopter les meilleures pratiques et assurer une haute formation à nos collaborateurs.

Avez-vous rencontré des difficultés au niveau institutionnel ou gouvernemental pour vous implanter en Afrique ?

Au contraire, nous sommes chaleureusement accueillis par les institutions locales et les gouvernements, car nous fournissons un service indispensable aux populations.

Comment réagissez-vous à de grandes crises, comme Ebola et le paludisme ?

Nous avons une équipe de plus de 250 délégués travaillant en Afrique. Nous organisons des campagnes de dépistage et des formations continues sur le paludisme, à l’intention des médecins, des infirmières et du public. Nous avons également une vaste gamme d’antipaludéens.

Qui sont vos principaux concurrents ?

De nombreuses multinationales sont installées sur nos marchés. Elles ne sont pas nos concurrents, car nos produits sont souvent à un dixième de leurs prix! Nous ciblons le marché de masse,

qui n’est pas en mesure d’acheter des médicaments coûteux. Nous sommes la seule société pharmaceutique à avoir une présence sur tous nos marchés, de sorte que nos concurrents sont différents selon les marchés.

Où sont vos plus grands marchés et vos plus gros investissements ?

Nous avons commencé notre activité en Afrique centrale, mais nous investissons actuellement en Afrique de l’Ouest et de l’Est.  

 

 

2

Rate this article

Author Thumbnail
Written by Daniel Takyi

Related Posts

  • Amanda Scott, splendide

    Mannequin, animatrice pour France Télévisions – le groupe de télévision publique, Amanda Scott séduit depuis quelques saisons, le public français. Depuis la rentrée de septembre, …

  • Amir Artine, ses chantiers

    À peine élu à la tête de Chambre de commerce du Tchad, Amir Adoudou Artine entend relancer une institution qui sort d’une longue léthargie et …

  • Xavier Beulin, l’Afrique, y aller

    Le groupe agroalimentaire Avril réaffirme son intérêt pour l’Afrique, afin de structurer des filières oléagineuses performantes et durables. L’un de ses dirigeants, Xavier Beulin, revient …

  • Boubker Jaï et Attijari

    La stratégie panafricaine d’Attijariwafa bank repose sur une connaissance fine des clientèles locales, combinée à une vision globale, explique son directeur général, Boubker Jaï en …

  • Le nouveau directeur Adjei

    Ecobank. Samuel Ashitey Adjei a été nommé directeur général pour la région récemment formée (CESA), composée des 18 filiales du Groupe en Afrique centrale, orientale …

Recevez nos Newsletter

Si vous souhaitez recevoir par mail une information pertinente, crédible et incontournable, inscrivez-vous à notre newsletter.

Aidez-nous à améliorer notre contenu