Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

NU: Mabingue Ngom, une lutte contre le sida

Le sida coûte cher à l’Afrique, sur le plan humain et économique. Un combat que le directeur régional du Fonds des Nations unies pour la population, Mabingue Ngom, mène sur plusieurs fronts, sanitaires et démographiques.

Abidjan, Guillaume Weill-Raynal, envoyé spécial

Il parcourt le monde sans relâche. Voici une semaine, Mabingue Ngom se trou­vait à Accra, puis à Yogyakarta, en Indo­nésie. Aujourd’hui, il est à Abidjan, en Côte d’Ivoire, pour intervenir en marge du sommet Union africaine-Union européenne, à une conférence consacrée à la jeunesse afri­caine et au dividende démographique…

Abidjan, il y est retourné le 6 décembre, dans le cadre des Journées de lutte mondiales contre le sida. Deux sujets intimement liés, insiste-t-il. Dans l’intervalle, il se sera rendu à New York au siège de l’UNFPA (Fonds des Nations unies pour la population), puis à Dakar où est basée la direction régio­nale à la tête de laquelle il a été nommé en 2015. À l’époque, la communauté scienti­fique et les organisations de lutte contre le sida criaient victoire. L’épidémie mondiale semblait durablement stoppée, en voie de régression.

On parlait d’une éradication complète à l’horizon 2030. Mais il a fallu déchanter, et certains redoutent à présent qu’une nouvelle épidémie se déclare dans les prochaines années. Le combat contre la mala­die ne connaît pas de répit, et les ressources financières qu’il faudrait pour le mener correctement sont trop souvent insuffisantes au regard de l’importance des populations touchées. Aujourd’hui, près de 37 millions de personnes dans le monde, sont atteintes par le VIH, dont 1,8 million nouvellement infectées durant l’année 2016.

Les deux tiers des personnes touchées sont africaines. Sur le continent, seule la moitié bénéficie d’un traitement, antirétroviral ou autre. Des trai­tements onéreux, qui pèsent lourdement sur le système de santé de pays déjà handicapés par la faiblesse de leur économie et auxquels les ONG et organisations internationales ne peuvent contribuer que pour une part trop faible. À quoi s’ajoute l’impact économique des dégâts sanitaires – taux de morbidité et de mortalité –, qui va bien au-delà des seules considérations de perte de force de travail et de productivité.

Une entrave au développement

« L’enjeu n’est pas que sanitaire, il est global, développemental et économique. L’impact pour la croissance économique est énorme. Il faut être aveugle pour croire que le sida est un phénomène isolé », explique Mabingue Ngom.

Pas seulement à cause des conséquences humaines et sociales provoquées par la mala­die à l’échelle d’une famille ou d’un village – « Au Lesotho, les gens passaient leur temps à aller voir leurs proches à l’hôpital ou à se rendre aux funérailles » –, mais aussi parce que l’épidémie sous tous ses aspects, la transmis­sion maternelle du virus à l’enfant, notam­ment, risque de compromettre gravement le développement futur du continent, par la fragilisation des objectifs fondamentaux de capture du dividende démographique : un programme majeur de l’UNFPA, entériné en janvier 2017 par l’Union africaine et soutenu par nombre d’institutions continentales au premier rang desquelles la BAD.

Le lien entre les deux sujets ? Il appa­raît clairement au regard de la définition du dividende démographique, telle que la formule Jean-Pierre Guengant, directeur de recherches émérite à l’IRD (Institut de recherche sur le développement), soit « l’ac­célération de la croissance économique grâce à la diminution des personnes à charge ».

Une diminution qui ne peut se réaliser que par la baisse du taux de fécondité. Le scénario « de l’émergence » le plus optimiste prévoit qu’un taux de fécondité de 2,0 enfants par femme aboutirait en 2050 à une simple stabilisation des moins de 15 ans (enfants à charge non-productifs) à 24 % de la population, et un doublement à 36 % des 15-35 ans, une classe d’âge considérée comme productive.

Un taux de fécondité de 3,5 enfants par femme consti­tuerait déjà un scénario plus problématique dans la mesure où il aboutirait au double­ment de la tranche « non-productive » des moins de 15 ans, « c’est-à-dire deux fois plus d’enfants à soigner et à scolariser », explique Jean-Pierre Guengant.

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Business

Fort de son succès, ce magazine est une référence pour les femmes et les hommes d’affaires en Afrique. Il permet aux décideurs d’avoir une approche concrète du marché et de saisir de nombreuses opportunités à travers le continent africain. African Business est respecté et reconnu pour son intégrité éditoriale et sa contribution au développement de l’Afrique. Tous les secteurs de l’économie sont couverts par des journalistes renommés. Les numéros annuels sur les “200 Premières banques” et les ‘‘250 Premières entreprises’’ sont devenus de réels outils de travail et des indicateurs du climat des affaires en Afrique. Chaque année, les Trophées d’African Business récompensent la réussite des entrepreneurs et des les entreprises les plus performantes du continent.

Related Posts