Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Mustapha Azaïez, DG d’Assurances Comar Côte d’Ivoire

Comar, l’une des compagnies d’assurances les plus anciennes et les plus importantes de Tunisie, a ouvert son premier bureau en Afrique subsaharienne, à Abidjan. Mustapha Azaïez, directeur général de l’agence ivoirienne, revient sur la stratégie de la société dans la région.

Par Omar Ben Yedder

En septembre 2017, Comar, l’un des plus grands groupes privés d’assurance tunisiens, a démarré ses activités en Côte d’Ivoire. La société, qui va fêter ses 50 ans en 2019, fait partie du groupe Amen, l’un des plus anciens groupes du pays, ayant des participations dans des entreprises de secteurs très divers, notamment les services financiers (par le biais de sa banque, Amen Bank, et de plusieurs sociétés de leasing), la santé, l’immobilier et les concessions automobiles (marques Audi, Porsche, Volkswagen et Seat).

Lors des sept premiers mois d’activité, la société a enregistré 800 000 euros de revenus. Son objectif est d’atteindre un chiffre d’affaires de 10 millions euros en l’espace de cinq ans.

Comar, dont les revenus dépassent 250 millions de dinars tunisiens (84 millions d’euros), est la troisième société du groupe à s’être implantée en Côte d’Ivoire. Il y a trois ans, le groupe a acquis une part majoritaire d’Alios Finance, une société de financement et de leasing présente dans neuf pays africains (six pays en Afrique de l’Ouest et centrale francophone, auxquels s’ajoutent la Tanzanie, le Kenya et la Zambie).

Une autre société du groupe Amen, Cafés Bondin, a récemment ouvert à Abidjan une boutique de café qui devrait être la première d’une chaîne, et construit actuellement une usine de torréfaction dans le sud-ouest du pays.

Plus récemment, une autre société du groupe, Ennakl, a commencé des activités à Abidjan, qui a retrouvé son statut de capitale économique de l’Afrique de l’Ouest francophone. La division automobile d’Ennakl a ouvert un concessionnaire Seat en mars, après avoir obtenu l’autorisation de représenter le constructeur espagnol en Afrique subsaharienne.

En quête d’un directeur général connaissant très bien la région pour mener l’expansion en Afrique subsaharienne, Comar a porté son choix sur Mustapha Azaïez, un Tunisien qui a dirigé pendant cinq ans au Burkina Faso, Alpha West Africa le premier assureur du pays.

Mustapha Azaïez, directeur général d’Assurances Comar Côte d’Ivoire : « Une entrée remarquée en Afrique subsaharienne »

Selon lui, Comar envisageait de s’implanter au-delà de la Tunisie depuis plusieurs années. Le choix naturel, pour une première étape, aurait été de s’installer en Algérie, en Libye ou au Maroc. Mais ces marchés sont compliqués, en particulier sur le plan réglementaire, tandis qu’en Afrique de l’Ouest et centrale, l’environnement réglementaire est, d’après Azaïez, « bien structuré, transparent et homogène ».

Dans le secteur de l’assurance, 14 pays francophones d’Afrique de l’Ouest et centrale sont contrôlés par la CIMA (Conférence interafricaine des marchés d’assurance), sise à Libreville, au Gabon. L’entrée sur le marché s’est donc révélée relativement aisée. Après avoir étudié les possibilités d’acquisition, Comar a finalement opté pour la croissance interne.

Il a fallu moins d’un an pour créer la société, obtenir l’agrément et commencer les activités, en septembre dernier. Comar a déposé une demande d’agrément auprès de la Banque centrale d’Abidjan en octobre 2016; la demande a ensuite été transférée à l’autorité de régulation au Gabon, qui a mis six mois à effectuer les vérifications nécessaires. Comar a reçu l’agrément en juin 2017. Lors des sept premiers mois d’activité, la société a enregistré 800 000 euros de revenus. Son objectif est d’atteindre un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros en cinq ans.

Un excellent potentiel de croissance

Pourquoi l’entreprise tunisienne a-t-elle choisi Abidjan pour mettre un premier pied en Afrique subsaharienne ? Mustapha Azaïez explique détaille les raisons de l’attractivité de la Côte d’Ivoire : la clarté des exigences réglementaires et le fait que la CIMA couvre 14 pays, rendent le pays intéressant sur le plan régional. La taille du marché, près de quatre fois le marché tunisien, alliée au fait qu’une autre société du groupe, Alios Finance, y était déjà établie, ont fait d’Abidjan en toute logique la ville à partir de laquelle réaliser l’expansion régionale.

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Business

Fort de son succès, ce magazine est une référence pour les femmes et les hommes d’affaires en Afrique. Il permet aux décideurs d’avoir une approche concrète du marché et de saisir de nombreuses opportunités à travers le continent africain. African Business est respecté et reconnu pour son intégrité éditoriale et sa contribution au développement de l’Afrique. Tous les secteurs de l’économie sont couverts par des journalistes renommés. Les numéros annuels sur les “200 Premières banques” et les ‘‘250 Premières entreprises’’ sont devenus de réels outils de travail et des indicateurs du climat des affaires en Afrique. Chaque année, les Trophées d’African Business récompensent la réussite des entrepreneurs et des les entreprises les plus performantes du continent.

Related Posts