Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Maroc, l’exploration pétrolière augmente

L’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), établissement public créé en août 2005 et dirigé par Amina Benkhadra, coopère avec les investisseurs nationaux et internationaux pour promouvoir le potentiel en hydrocarbures et en minerais du sous-sol marocain.

Par Gérard Choisnet

Dans le domaine des hydrocarbures qu’il encadre, l’Office a annoncé en février 2016 la conclusion d’un accord entre Qatar Petroleum et Chevron Morocco Exploration Ltd., filiale de Chevron, pour acquérir une participation de 30% sur les 75% détenus par le groupe américain dans trois blocs en eaux profondes marocaines : Cap Rhir Deep, Cap Cantin Deep et Cap Walidia. A la suite de cette opération, les intérêts sur ces trois permis sont répartis entre Chevron opérateur 45%, Qatar Petroleum 30% et l’Onhym 25%.

Début avril 2016, le groupe italien Eni a conclu un accord avec Chariot Oil & Gas Investments (Morocco) Ltd., filiale du groupe britannique Chariot Oil & Gas (siège à Guernesey), pour acquérir 40% des intérêts sur le bloc Rabat Deep Offshore.

Cet accord a été approuvé début 2017 par les autorités marocaines, et en conséquence Eni est devenu opérateur, Chariot détenant désormais 10% aux côtés de l’australien Wooside 25% et de l’ONHYM 25% également (en portage). Le forage RD-1 devrait intervenir début 2018 sur le prospect JP-1, une structure de quelque 200 km2 avec des ressources potentielles estimées à 768 millions de barils (environ 100 millions de tonnes)

L’ONHYM et Chariot ont par ailleurs signé mi-juin 2016 un accord pétrolier portant sur la zone Mohammedia Offshore, à la suite des travaux réalisés dans le cadre de l’autorisation de reconnaissance détenue par les deux partenaires (respectivement 25% et 75%).

Fin avril 2016, l’ONHYM, le britannique Sound Energy et l’Oil & Gas Investment Fund marocain ont lancé les opérations de forage sur le puits TE-6 sur le permis Trendrara, détenu par Sound Energy opérateur et Schlumberger 27,5% chacun, l’ONHYM 25% et l’OGIF 20%.

Ce puits a mis en évidence des indices de gaz « significatifs et encourageants » selon l’Office. Pour Sound Energy, la découverte « est significativement au-dessus des attentes initiales et représente un potentiel commercial élevé », résultats confirmés au 4ème trimestre par le puits TE-7. Le puits d’appréciation TE-8, dont le forage doit démarrer mi-février 2017, cible la mise en évidence d’un champ de 1,5 trillions de pieds cubes (Tcf).

Le potentiel de l’ensemble de la zone Tendrara et de la zone adjacente Meridja est actuellement évalué par Sound Energy à 17 trillions de pieds cubes, dans  une fourchette basse à 9 Tcf et une haute à 31 Tcf. L’exploitation du gaz démarrerait en 2019.

Selon l’ONHYM, « l’Office et ses partenaires investiront 1,37 milliard Dh » en 2017 (environ 136 millions $) dans l’exploration et le forage, contre 1,18 milliard Dh en 2016 (117 millions $). Les partenaires prendront à leur charge 97% des coûts contre 90% l’année précédente. Les opérations comprendront notamment « l’acquisition de 3 050 km de sismique 2D, de 13 500 km2 de sismique 3D et la réalisation de trois puits d’exploration sur les permis Haha Onshore, Tendrara et Rabat Deep ».

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Business

Fort de son succès, ce magazine est une référence pour les femmes et les hommes d’affaires en Afrique. Il permet aux décideurs d’avoir une approche concrète du marché et de saisir de nombreuses opportunités à travers le continent africain. African Business est respecté et reconnu pour son intégrité éditoriale et sa contribution au développement de l’Afrique. Tous les secteurs de l’économie sont couverts par des journalistes renommés. Les numéros annuels sur les “200 Premières banques” et les ‘‘250 Premières entreprises’’ sont devenus de réels outils de travail et des indicateurs du climat des affaires en Afrique. Chaque année, les Trophées d’African Business récompensent la réussite des entrepreneurs et des les entreprises les plus performantes du continent.

Related Posts

  • Congo : Bolloré investit 150 milliards

    Le Groupe Bolloré, qui gère le terminal à conteneurs du port de Pointe-Noire, poursuit son implantation. De nouveaux investissements sont annoncés. Par Gérard Choisnet Vincent …

  • Émergence des produits made in Africa

    Qu’ils soient conçus par des sociétés africaines ou par des groupes internationaux, des produits 100 % Made in Africa émergent en Afrique. Quelques exemples pourraient …

  • Brèves économiques d’Afrique

    Contrat à JGC sur le champ gazier de Hassi R’Mel – Le groupe japonais JGC, à travers sa filiale JGC Algeria, a signé en décembre à …

  • L’Afrique au cœur de la mondialisation

    L’Afrique apparaît comme une source de facteurs de production primaires plutôt qu’une plateforme de produc­tion. Cette situation évolue, pourtant, depuis quelques années. Selon les données …

  • Ra-Sablga Seydou Ouedraogo de Free Afrik

    Ra-Sablga Seydou Ouédraogo est le directeur de Free Afrik. Un institut indépendant de recherche économique qu’il dirige. Il évoque les incertitudes, les risques et les …

  • Mohamed Sahbi Basly, président de SICO

    Fin connaisseur de la Chine, Mohamed Sahbi Basly détaille le poids économique grandissant du géant asiatique, et l’intérêt de la coopération sino-africaine, sino-arabe et sino-méditerranéenne. …

Recevez nos Newsletter

Si vous souhaitez recevoir par mail une information pertinente, crédible et incontournable, inscrivez-vous à notre newsletter.

Aidez-nous à améliorer notre contenu