Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Société

Algérie : Le trésor inexploré de Malek Chebel

La fondation créée à l’initiative du fils du penseur et anthropologue algérien fédère des personnalités d’horizon divers. Elle vise à faire vivre l’islam des lumières dont Chebel était l’un des grands défenseurs.

Par Samia Lokmane-Khelil

 Malek Chebel a tiré sa révé­rence en novembre 2016, les musulmans et l’huma­nité perdant là une forte conscience. Pour que « l’islam des lumières » dont il était l’un des plus ardents défenseurs et diffuseurs puisse continuer à vivre, son fils Mikaïl a créé une fondation, implantée à deux endroits.

La première pierre a été posée à Skikda, la ville natale du penseur, juste après son décès, et la seconde à Paris à la fin du mois de mai. Pour Mikaïl Chebel, cette ini­tiative marque la volonté de faire exister l’oeuvre de son père, en la rendant acces­sible au plus grand nombre.

Afin de l’aider dans son entreprise, des personnalités d’horizons divers ont donné leur accord pour faire partie du conseil scientifique de la jeune institution.

Il s’agit aussi d’achever toutes les oeuvres qu’il a laissées en chantier et de permettre au public d’avoir accès à ses trésors littéraires et spiri­tuels, dont une collection de Corans qu’il a ramenés de ses voyages. «L’objectif est de diffuser et de faire comprendre une pédagogie et un enseignement de l’islam qui manquent cruellement aujourd’hui. Nous sommes confrontés à une actualité très violente qui donne une image très négative de l’islam. Aussi il est très important de permettre la diffusion d’une spiritualité sans influence et proche de l’islam des lumières », explique le jeune président de la fondation.

Afin de l’aider dans son entreprise, des personnalités d’horizons divers ont donné leur accord pour faire partie du conseil scientifique de la jeune institution. Parmi elles figurent : le Grand rabbin de France Haïm Korsia et le père Alain de la Morandais, mais aussi les islamologues Ghaleb Ben Cheikh et Rachid Benzine, le philosophe Luc Ferry ou la sénatrice Bariza Khiari.

Tous étaient des amis de Malek Chebel. Avec Haïm Korsia et Alain de la Morandais, il animait Les enfants d’Abraham sur la chaîne de télé­vision française Direct 8. « Nous avions l’Algérie comme point commun, rappelle le Grand rabbin de France. Malek avait cette façon de ne pouvoir se penser qu’avec l’autre. Il était un homme toujours serein, souriant et ainsi, rassurant. Il entretenait aussi une proximité avec le judaïsme et défendait un islam parfaitement républicain. Il a accom­pli des choses extraordinaires».

Le souci des lecteurs

Rachid Benzine garde de lui égale­ment l’image d’un homme éclairé. « Il a su reconstituer sous nos yeux aveuglés par les violences qui s’expriment aujourd’hui, violences symboliques et physiques, un autre temps, une autre vérité : celle d’un islam classique empreint d’hédonisme, d’huma­nisme, un islam qui plaçait la connaissance, la science, le culte du corps, au centre de ses préoccupations. Cela semble facile à dire, et pourtant… cet islam a bel et bien existé et Malek Chebel avait le mérite de le rappeler », a-t-il écrit en hommage à son ami disparu.

Ensemble, ils ont animé des confé­rences. Le plus souvent, Malek Chebel était occupé par la rédaction de ses livres. Il a édité environ une quarantaine d’ouvrages. Certains autres n’ont pas été finis ou diffusés. « Mon père a passé sa vie à écrire, comme un ermite, et ne s’est pas tellement occupé de la diffusion de son oeuvre. Il avait le souci de ses lecteurs qu’il adorait rencontrer lors de Salons du livre. Mais nous avons un peu l’impression d’être face à un trésor caché à faire découvrir au plus grand nombre », confie son fils. Le premier public visé se trouve dans les milieux universitaires où les animateurs de la fondation veulent propager l’œuvre de Chebel et en faire l’objet d’un travail et d’un débat académique fructueux. Un colloque international est d’ailleurs prévu mi-novembre pour l’anniversaire de la disparition du penseur, autour de l’islam de lumières qu’il a conceptualisé. Le but, selon Mikaïl, est de permettre aux jeunes générations de musulmans de lire autrement la religion, avec un esprit de plus grande ouverture et de tolérance.

Rate this article

Author Thumbnail
Written by Samia Lokmane-Khelil

Samia Lokmane-Khelil est journaliste collaboratrice au Magazine de l’Afrique, Africain Business et African Banker depuis 0ctobre 2009. Elle également correspondante à Paris (auparavant à Londres) du quotidien algérien Liberté. Détentrice d’un magistère en sciences politiques et en relations internationales, elle s’intéresse tout particulièrement aux thématiques en rapport avec l’éducation, la bonne gouvernance politique et économique et l’autonomisation des femmes.

Related Posts

Recevez nos Newsletter

Si vous souhaitez recevoir par mail une information pertinente, crédible et incontournable, inscrivez-vous à notre newsletter.

Aidez-nous à améliorer notre contenu