Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Les nouvelles mesures de BNA

La stabilité financière consolidée par une série de mesures complémentaires. La BNA (Banco Nacional de Angola), banque centrale de l’Angola, a annoncé une nouvelle série de mesures destinées à renforcer le cadre de supervision de la gouvernance et de la conformité de l’Angola.

La BNA avait requis de la part des institutions sous sa supervision la remise de leurs rapports, pour audit, avant le 31 décembre 2015. Ces rapports feront l’objet d’audits portant sur leur exhaustivité, leur transparence et l’avancement général de leur conformité aux règles strictes édictées par la Financial Action Task Force (FATF), organe intergouvernemental chargé de l’élaboration et de la promotion des politiques de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

La BNA annoncera dans le courant du premier semestre 2016 les évolutions majeures apportées au système financier de l’Angola pour satisfaire au mieux les exigences renforcées de gouvernance et de conformité. La BNA vise également à faire certifier conforme l’ensemble de ses actifs financiers.

En plus de mandater ces rapports audités, la BNA a publié une nouvelle série de directives destinées à l’appuyer dans l’une de ses missions : assurer la pleine conformité du système financier du pays aux exigences de la FATF. Toutes les entités supervisées par la banque ont ainsi été conviées à des sessions de formation afin de garantir la parfaite mise en œuvre des procédures exigées par la BNA.  Pour assurer l’adhésion du secteur financier du pays aux pratiques mondiales, la BNA opère une surveillance stricte des institutions locales financières mais pénalise également les banques et entités financières locales partiellement non conformes à ses codes et directives.  Ces mesures représentent pour l’Angola un jalon supplémentaire important sur le chemin de la pleine conformité aux politiques de la FATF, alors que le pays cherche à mettre en œuvre l’ensemble de ses recommandations.

Jose Pedro de Morais Junior, gouverneur de la BNA, a déclaré : « L’Angola a énormément progressé sur le plan de son respect d’exigences toujours plus drastiques en matière de gouvernance et de conformité, destinées à satisfaire les normes mondiales.  Nous avons édicté de nouvelles lois et mis en œuvre des réformes politiques.  Afin d’opérer une supervision mieux ciblée et plus efficace, la BNA a publié de nouveaux documents complets (directives, manuels de référence, guides) reflétant les meilleures pratiques internationales actuelles et permettant de les aligner sur nos objectifs de pleine conformité aux normes et recommandations politiques de la FATF. Nous sommes persuadés que ces mesures aideront les institutions financières qui cherchent à se conformer aussi efficacement que possible aux exigences juridiques et réglementaires auxquelles elles sont soumises.  La réussite d’une telle entreprise permettra à la BNA d’assurer l’intégrité du système financier de l’Angola et de le positionner parmi les meilleurs du monde ».

Depuis 2010, les plus hautes instances gouvernementales de l’Angola se sont engagées à collaborer avec la FATF et les organes régionaux afin de pallier les lacunes démontrées par ses infrastructures financières. Le pays a mis en place des mesures importantes pour aligner son fonctionnement sur les normes et politiques de la FATF. La BNA a adopté l’ensemble des recommandations de la FATF : Rejoindre le Groupe anti-blanchiment de l’Afrique orientale et australe (GABAOA) ;  édicter des lois offrant un cadre juridique aux mesures de gel, de saisie et de confiscation pour cause de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme ; amender les lois sanctionnant le financement du terrorisme ; édicter des réglementations et élaborer des régimes procéduraux permettant la mise en œuvre des obligations énoncées dans les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies (UNSCR) ; établir une unité de renseignement financier opérationnelle et efficace; protéger l’indépendance et l’autonomie de l’unité de renseignement financier; améliorer les mesures de vigilance à l’égard de la clientèle…

ENCADRE

La BNA

La Banque nationale d’Angola (BNA) est la banque centrale de l’Angola. Elle a pour mission de contribuer au développement économique du pays à travers la promotion d’une stabilité monétaire et d’un environnement propice à un système financier solide et sain. La BNA est chargée du maintien des valeurs internes et externes de la devise angolaise. L’institution est également le seul régulateur intégré pour l’industrie des services financiers de l’Angola. L’objectif premier de la banque est de créer un secteur financier solide et progressif offrant des capacités de croissance économique et sociale soutenue pour le bien de la nation.

La BNA annoncera dans le courant du premier semestre 2016 les évolutions majeures apportées au système financier de l’Angola pour satisfaire au mieux les exigences renforcées de gouvernance et de conformité. La BNA vise également à faire certifier conforme l’ensemble de ses actifs financiers.  D’autres places de transactions et organes financiers importants font également l’objet d’évaluations de conformité, parmi lesquels la Commission des marchés de capitaux, les autorités de régulation des compagnies d’assurance, les douanes et l’Institut des jeux et casinos. 

Le gouverneur a conclu par ces mots: « La BNA s’engage à maintenir la stabilité financière de l’Angola, garante d’un développement économique et social fort et durable, par le biais d’entrées d’IDE plus importantes dans le pays notamment. Notre plus gros chantier politique de l’année sera la poursuite de la mise en œuvre de réformes structurelles afin de renforcer le système financier angolais tout en se prémunissant contre les risques potentiels du marché».

 

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Banker

C'est le seul magazine dédié au secteur bancaire et financier en Afrique. Deux éditions en français et en anglais couvrent la totalité du continent. African Banker est un réel outil de travail pour tout les acteurs de ce secteur. Le monde bancaire et financier connaît une croissance et une concurrence de plus en plus fortes et joue un rôle essentiel dans le développement économique de l’Afrique.

Related Posts

  • Brèves économiques africaines

    Aigle Azur et Corsair International ont signé mi-novembre un accord pour mettre en place une coopération élargie visant à accélérer leur développement, notamment vers l’Afrique. …

  • Brèves bancaires d’Afrique

    Le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), le programme de développement économique de l’Union africaine, a réuni le 18 septembre au Nasdaq Stock …

  • Ayeyemi parle de la banque numérique

    Le rythme du changement présente un défi majeur à l’industrie bancaire africaine, contrainte d’accroître les rendements des investisseurs, de s’assurer d’une bonne adéquation des fonds …

Recevez nos Newsletter

Si vous souhaitez recevoir par mail une information pertinente, crédible et incontournable, inscrivez-vous à notre newsletter.

Aidez-nous à améliorer notre contenu