Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

La Tunisie et Private Equity

Respecter quelques règles de base

« Pour se développer, le métier a besoin d’une pratique mieux organisée, mais aussi d’une plus grande intégration régionale, au sein de ce qu’on appelle les marchés frontières, Maghreb, Afrique et région MENA, la vision régionale permettant de réduire le risque politique et le risque pays. »

Comment les fonds Private Equity choi­sissent-ils leurs investissements ? Ciblent-ils des secteurs particuliers ou attendent-ils les sollicitations des entreprises ayant besoin de renforcer leurs fonds propres ? « Souvent les deux ! », répond Aziz Mebarek. Qui ajoute : « Nous avons, bien entendu, des objectifs de rentabilité pour rémunérer les capitaux qui nous sont confiés, mais ils ne sont pas antinomiques avec des considérations de développement. Les hommes politiques commencent d’ailleurs à comprendre cette équation : quand on déve­loppe un secteur privé de manière structurée et responsable, son impact sur le développement est significatif. »

«Je mesure l’impact économique et social de cette entreprise sur la zone de Mahdia et toute la région du centre

Le professionnel du capital-investissement cite, à titre d’exemple, la contribution d’AfricInvest au développement d’une entreprise agroalimentaire, Vitalait, qui dispose d’une usine de transformation de produits laitiers à Mahdia, au Centre Ouest du pays. «Nos fonds comptaient parmi les actionnaires de réfé­rence de cette PME. Nous l’avons accompagnée pendant une dizaine d’années, et contribué à son essor au cours de cette période qui a vu les volumes transformés multipliés par 20 ».

Le fonds a cédé la totalité de sa participation il y a deux ans « dans de bonnes conditions pour les actionnaires », mais à la demande de Ali Klebi, fondateur de Vitalait et professionnel reconnu du secteur, le représentant d’AfricIn­vest est resté au conseil d’administration : « Nous considérons que notre rôle peut se poursuivre au-delà de notre horizon d’investissement si nous avons une valeur ajoutée à apporter encore à la société. Aujourd’hui, je mesure l’impact économique et social de cette entreprise sur la zone de Mahdia et toute la région du centre. »

Related Posts