Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Ibrahim Hissein Bourma

Le personnage détonne dans le milieu des affaires tchadien. Visage juvénile, élégant, calme, Ibrahim Hissein Bourma, « IBY » pour les intimes, parle doucement mais distinctement.

Le jeune entrepreneur d’à peine 25 ans trace son chemin au Tchad. Pourtant, le climat des affaires est morose. En queue du clas­sement de la Banque mondiale, Doing Business, le pays n’est pas très ouvert à l’entrepreneuriat. La grande majorité des entreprises sont encore publiques et les quelques sociétés privées qui se démarquent oeuvrent principalement dans le secteur des services, des télécoms, des nouvelles technologies et dans le BTP.

Certes, l’horizon s’éclaircit : les retombées économiques de l’ex­ploitation des champs pétrolifères de Doba et Bonghor se font attendre, mais à la faveur du rachat public de la part de l’américain Chevron dans le consortium qui exploite le champ de Doba, les perspectives de croissance s’amé­liorent. Le Tchad devient exploitant de son propre pétrole. Les agences internationales tablent déjà sur un taux de croissance en 2015 à deux chiffres, autour de 12 %.

Ibrahim Hissein Bourma croit fortement dans le potentiel économique de son pays. Et pour cause, tout ce qu’il a entrepris jusque-là a été couronné de succès. Il est, aujourd’hui, à la tête de la holding Oum Alkheir dont le chiffre d’af­faires cumulé avoisine les 30 millions $. À elle seule, la branche BTP Imperial Construction assure plus de 80 % des bénéfices. L’homme d’affaires dirige entre 500 et 600 salariés, dont plus de 40 % sont des expatriés.

Spécialisée dans la préparation du terrain, la réparation et entretien des routes et le forage d’eau, son groupe exerce beaucoup en sous-traitant de sociétés internationales, en particulier des entreprises françaises et égyptiennes, qui souvent obtiennent les plus gros chantiers. Le bâtiment est une histoire familiale, son père était à la tête de la première entreprise tchadienne de construction.

Ses frères et soeurs ont pris la relève d’Oum Alkheir, la soeur aînée, mettra le pied à l’étrier au jeune Ibrahim, qui ne s’est pas contenté de travailler pour l’entreprise familiale.

Des projets à foison

De retour de France, après un bac+2 en comptabilité et en finances, en 2009, il démarre avec Oum Alkheir construction, sa première entreprise de BTP, qu’il fera prospérer jusqu’à bâtir la holding actuelle. « Je fais fructifier mon héritage, j’ai eu beaucoup de chance, mais je ne veux pas m’arrêter-là », explique-t-il. « Je veux être partout où des opportunités se présentent ».

Et les opportunités, dans un pays où tout reste à faire, ne manquent pas. Bâtiment, textile, automobile, agroalimentaire, architecture d’intérieur… Ibrahim veut investir partout. Son ordinateur regorge d’études de projets et de plans de développement. « J’essaie de relan­cer l’industrie au Tchad, car tout reste à faire, dans le textile, dans l’agroalimentaire, le cuir… Je suis ouvert à toutes les nouvelles idées et aux personnes qui cherchent un investisseur. J’étudie toutes les propositions sérieuses et je fais faire des études de marchés pour chacun de mes projets. J’aime les risques mais seulement lorsqu’ils sont maîtrisés et calculés ».

8

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Business

Fort de son succès, ce magazine est une référence pour les femmes et les hommes d’affaires en Afrique. Il permet aux décideurs d’avoir une approche concrète du marché et de saisir de nombreuses opportunités à travers le continent africain. African Business est respecté et reconnu pour son intégrité éditoriale et sa contribution au développement de l’Afrique. Tous les secteurs de l’économie sont couverts par des journalistes renommés. Les numéros annuels sur les “200 Premières banques” et les ‘‘250 Premières entreprises’’ sont devenus de réels outils de travail et des indicateurs du climat des affaires en Afrique. Chaque année, les Trophées d’African Business récompensent la réussite des entrepreneurs et des les entreprises les plus performantes du continent.

Related Posts

  • Congo : Bolloré investit 150 milliards

    Le Groupe Bolloré, qui gère le terminal à conteneurs du port de Pointe-Noire, poursuit son implantation. De nouveaux investissements sont annoncés. Par Gérard Choisnet Vincent …

  • Émergence des produits made in Africa

    Qu’ils soient conçus par des sociétés africaines ou par des groupes internationaux, des produits 100 % Made in Africa émergent en Afrique. Quelques exemples pourraient …

  • Brèves économiques d’Afrique

    Contrat à JGC sur le champ gazier de Hassi R’Mel – Le groupe japonais JGC, à travers sa filiale JGC Algeria, a signé en décembre à …

  • L’Afrique au cœur de la mondialisation

    L’Afrique apparaît comme une source de facteurs de production primaires plutôt qu’une plateforme de produc­tion. Cette situation évolue, pourtant, depuis quelques années. Selon les données …

  • Ra-Sablga Seydou Ouedraogo de Free Afrik

    Ra-Sablga Seydou Ouédraogo est le directeur de Free Afrik. Un institut indépendant de recherche économique qu’il dirige. Il évoque les incertitudes, les risques et les …

  • Mohamed Sahbi Basly, président de SICO

    Fin connaisseur de la Chine, Mohamed Sahbi Basly détaille le poids économique grandissant du géant asiatique, et l’intérêt de la coopération sino-africaine, sino-arabe et sino-méditerranéenne. …

Recevez nos Newsletter

Si vous souhaitez recevoir par mail une information pertinente, crédible et incontournable, inscrivez-vous à notre newsletter.

Aidez-nous à améliorer notre contenu