Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Art et Culture

En Afrique avec Éric Fottorino

Journaliste au quotidien Le Monde durant 25 ans, Éric Fottorino a notamment été envoyé spécial en Afrique pendant une décennie, au cours de laquelle il a écrit quelque 2 000 articles. Un regard indispensable.

À la relecture, mon intuition s’est confirmée… il restait si peu à sauver, presque rien. Mais, comme le disait mon aîné, c’est ce “ presque ” qui pouvait susciter encore un brin d’intérêt, faire se soulever une paupière, extirper du vieil hier une idée pour demain. »

Ce genre de propos donne un extraordinaire carnet de voyage de 250 pages. Des récits, des analyses, une plongée dans ces Afriques au tournant des années 1990. Oui, ces Afriques, car un des premiers enseignements de ces reportages est qu’il n’y a pas une seule Afrique, mais plusieurs, la diversité des « papiers » permet de percevoir quelques différences entre l’Afrique sahélo-saharienne, l’Afrique des savanes, celle des forêts, l’Afrique australe, l’Afrique de l’Est, celle de l’Ouest, l’Afrique francophone, celle anglophone, ou celle lusophone… Oui, une plongée dans une période compliquée pour les Afriques, marquées par la baisse des cours des matières premières, l’émergence du consensus de Washington, la conversion de régimes soviétiques aux vertus de l’économie de marché, les tentatives de coup d’État… et la fin d’une relation très particulière entre la France et l’Afrique.

Éric Fottorino revient sur les difficultés déontologiques des voyages de presse organisées par des entreprises ou ministres, ainsi que du problème des sources d’information, comme celles fournies par l’Unicef

Éric Fottorino rappelle les caractéristiques du style du Monde, n’oubliant pas de mentionner le fameux « faites chiant ! » d’Hubert Beuve-Méry, le créateur du quotidien. Mais les récits d’Éric Fottorino ne sont nullement « chiants ». Bien au contraire ! Alerte, vif, le style maintient le lecteur en éveil, et le livre se lit comme un roman… On ne le referme qu’après avoir atteint la dernière page. L’œuvre est répartie entre trois grandes parties : les reportages, les enquêtes, et les chroniques.

Les reportages portent sur sept pays : l’Éthiopie, le Mali, Madagascar, le Bénin, le Kenya, l’Afrique du Sud, le Gabon. Le récit commence par la présentation de « la sécheresse de 1988 en Éthiopie ». Éric Fottorino revient sur les difficultés déontologiques des voyages de presse organisées par des entreprises ou ministres, ainsi que du problème des sources d’information, comme celles fournies par l’Unicef. En quelques pages, tout est abordé : les problèmes de gestion et de distribution de l’aide alimentaire, l’arbitrage entre le transport aérien et celui terrestre, l’écueil de la guerre entre les forces gouvernementales et les rebelles érythréens, le rôle des organisations humanitaires, le Charity Business… C’est un reportage sur les effets négatifs du régime collectiviste sur le secteur rural, la réforme agraire. Premier reportage sur un projet de développement engagé par les Italiens.

Au Mali, « les villas de la sécheresse », construites par les dignitaires du régime en 1973 avec l’argent de l’aide alimentaire, constituent un des nombreux exemples du détournement de l’aide internationale. Les exemples d’« éléphants blancs » égrènent le récit. Puis le journaliste fait le déplacement jusqu’à la mythique Tombouctou. Au-delà de la présentation de la ville, il décrit les effets du « Paris-Dakar (qui) passe et repart sans bourse délier. Trop pressé. »

Rate this article

Author Thumbnail
Written by Le Magazine de L'Afrique

Présent dans tout le continent, ce magazine traite de sujets qui sont au coeur de l’actualité africaine. Avec des articles de fond, des commentaires, des débats et des analyses, il présente un point de vue africain sur des sujets politiques, économiques, historiques, culturels etc ...

Related Posts

  • Cinéma : Bienvenue au Gondwana

    Le premier film de l’humoriste Mamane sort en salles le 12 avril. Il s’adresse à la fois au public africain et français. Un pari audacieux …

  • Art à Paris : L’Afrique en force

    La foire pari­sienne Art Paris Art Fair s’est ouverte mercredi 29 mars et se tiendra jusqu’au 2 avril 2017 au Grand Palais. Cette année l’Afrique est …

  • Afrique : la culture dans tous ses états

    Notes de lecture pour amateurs de littérature et de découvertes. L’Afrique ses mystères, ses caprices et ses souhaits s’expriment dans différents supports pour montrer une …

  • Industrie musicale africaine

    L’industrie musicale. En dépit de ses talents et de sa diversité, l’Afrique ne représente que 1 % des biens et services culturels exportés dans le …

Recevez nos Newsletter

Si vous souhaitez recevoir par mail une information pertinente, crédible et incontournable, inscrivez-vous à notre newsletter.

Aidez-nous à améliorer notre contenu