Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Émergence des produits made in Africa

Qu’ils soient conçus par des sociétés africaines ou par des groupes internationaux, des produits 100 % Made in Africa émergent en Afrique. Quelques exemples pourraient faire école.

Par Estelle Brack

Comme en Chine, en Inde, au Vietnam, de nombreux produits sont manufacturés sur le continent africain pour le compte de grands groupes internationaux (textile, automobile, etc.), en particulier au Maghreb, pour être finalement commercialisés principalement dans les pays occidentaux.

Depuis l’existence d’un pouvoir d’achat substantiel entre les mains de la classe moyenne asiatique, sud-américaine ou africaine, ces produits de marque sont aussi davantage commercialisés sur leur lieu de production.

L’automobile a développé des gammes spécifiques pour les pays émergents depuis de nombreuses années, mais seul le Maghreb était considéré comme un marché du neuf en Afrique. Aujourd’hui, la concurrence entre les constructeurs européens et asiatiques fait rage sur le continent.

Renault est ainsi le troisième constructeur en Afrique, pesant 12 % de parts de marché ; le groupe ambitionne d’atteindre 20 % dans les dix ans, précise Bernard Cambier, directeur des opérations pour la région Afrique- Moyen-Orient-Inde.

Renault est très présent dans les pays du Maghreb, représentant 38,2 % de part de marché au Maroc, 31,5 % en Algérie. Face à l’appel d’air de la demande intérieure pour des produits jusqu’alors importés, les autorités veulent en profiter pour réduire leur déficit commercial et soutenir leur industrialisation.

Ainsi, « chaque pays veut son usine et mène une politique de réduction des importations avec des taxes qui peuvent aller jusqu’à 200 % », indique Bernard Cambier. Renault compte trois sites de production au Maghreb, deux au Maroc, un en Algérie.

Renault est le seul constructeur au Maroc, tandis que Mercedes et Nissan ont des usines en Afrique du Sud. Environ 80 % de la production de la zone franche de Tanger sont exportés.

Essor des produits alimentaires

Afin d’élargir la gamme de ce qui est produit localement, le Maroc cherche à promouvoir l’intégration amont locale des productions industrielles, et se fixe un objectif de 35 % notamment pour la construction aéronautique.

Autre approche impliquant la production locale, les grands groupes agroalimentaires ont construit des usines en Afrique. Il en va ainsi de la production des yaourts et fromages, de plus en plus appréciés sur le continent par la classe moyenne en expansion.

Le français Bel, producteur de la célèbre Vache qui rit, présent de longue date au travers de ses deux filiales industrielles au Maroc et en Algérie, entend s’installer en Côte d’Ivoire et en Éthiopie.

Avec quatre usines de production et 70 000 points de vente sur le continent, Danone cherche à développer sa plateforme de production et de distribution à l’échelle du continent. Il s’est associé en 2013, avec le groupe Abraaj pour acquérir Fan Milk International, qui dispose d’un réseau de 31 000 vendeurs indépendants en Afrique de l’Ouest.

En 2014, Danone a également acquis 40 % de Brookside, qui exploite un circuit de distribution de 200 000 points de vente en Afrique de l’Est. Brookside gère le plus large réseau de collecte de lait, fédérant près de 140 000 éleveurs dans la région et récoltant en moyenne 500 000 litres de lait par jour ; il est également implanté en Tanzanie ainsi qu’en Ouganda et exporte ses produits dans plusieurs pays africains.

L’exemple du textile wax paraît assez emblématique d’une conception et produc- tion hors du continent – par le hollandais Vlisco – d’un produit principalement utilisé sur le continent. Il a aujourd’hui fait des petits, en Afrique de l’Ouest principalement : Sodatex devenue Sobetex au Bénin, Uniwax en Côte d’Ivoire, Sotiba et Simpafric au Sénégal, ABC wax au Ghana, Sonitextil devenue Enitex au Niger, etc.

Ce produit, hautement identifié à une « culture africaine », est aujourd’hui forte- ment demandé sur le continent. Rien de comparable aux Made in China, Made in Vietnam ou Made in Taiwan, n’existe encore en Afrique. Le Made in Africa est le fruit d’initiatives privées de plus en plus nombreuses.

Elles témoignent d’une volonté de produire en Afrique. Il en est ainsi des projets de voitures 100 % africaines, comme le 4×4 du kényan Mobius Motors (soutenu par l’homme d’affaires américain Ronald Lauder), le 4×4 Kantanka du Ghana, les voitures Innoson (lancées par l’ancien président du Nigeria, Goodluck Jonathan), ou l’ougandaise Kiira Smack.

Un autre exemple est la création par Khanyisa Chauke et ses associées d’une société de production de cercueils faits de bois et de garnissage sud-africain, alors qu’aujourd’hui, tout est importé de Chine. C’est la reconnaissance par l’Afrique de la richesse de ses propres ressources et des larges et nombreuses possibilités de production locale.

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Business

Fort de son succès, ce magazine est une référence pour les femmes et les hommes d’affaires en Afrique. Il permet aux décideurs d’avoir une approche concrète du marché et de saisir de nombreuses opportunités à travers le continent africain. African Business est respecté et reconnu pour son intégrité éditoriale et sa contribution au développement de l’Afrique. Tous les secteurs de l’économie sont couverts par des journalistes renommés. Les numéros annuels sur les “200 Premières banques” et les ‘‘250 Premières entreprises’’ sont devenus de réels outils de travail et des indicateurs du climat des affaires en Afrique. Chaque année, les Trophées d’African Business récompensent la réussite des entrepreneurs et des les entreprises les plus performantes du continent.

Related Posts

  • Niger : Une classe moyenne instable

    La classe moyenne pourrait bientôt représenter 50 % de la population du Niger. Cette catégorie, dominée par l’agriculture, présente des disparités et la majorité des …

  • Guinée : Première raffinerie de pétrole

    La Guinée ne dispose pas encore d’une raffinerie de pétrole. Un projet, envisagé depuis quelques années, pourrait enregistrer une avancée significative au cours du trimestre. …

  • Afrique : Helios « reprend » Louis Dreyfus

    Louis Dreyfus souhaite recentrer ses activités mondiales d’engrais et d’intrants sur des régions autres que l’Afrique. Convaincu des opportunités de croissance du continent, Helios Investment …

  • Maroc : La Chine confirme sa présence

    Forts de ses atouts politiques, humains et géographiques, le Maroc devient un partenaire incontournable de la Chine en Afrique, lui réservant une place stratégique dans …

Recevez nos Newsletter

Si vous souhaitez recevoir par mail une information pertinente, crédible et incontournable, inscrivez-vous à notre newsletter.

Aidez-nous à améliorer notre contenu