Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Transport

Dakar-Diamniadio, l’autoroute de l’espoir

À l’instar de la plupart des villes-capitales africaines, Dakar est confrontée aux nombreux défis que pose une urbanisation accélérée : transports, logements, mobilité, sécurité des biens et des personnes, salubrité, environnement…

Dakar, qui concentre 23 % de la population du pays – quelque 15 millions de personnes –, présente une topographie toute particulière : parce qu’elle est une presqu’île, la capitale du Sénégal n’a de possibilité d’extension qu’à l’est. Cette spécificité géographique a notamment une incidence sur la mobilité de ses habitants et les infrastructures et services de transport.

Autoroute à péage

Une infrastructure de taille, dont la Banque africaine de développement est l’un des bailleurs de fonds, a bouleversé le quotidien des Dakarois : une autoroute à péage, qui relie sur une quarantaine de kilomètres le coeur de la capitale à Diamniadio, ville nouvelle en plein essor.

D’un coût total de près de 388 millions d’euros, dont 65 millions apportés par la Banque africaine de développement, l’autoroute Dakar-Diamniadio a constitué un chantier d’ampleur : pour qu’elle puisse voir le jour, 1 200 familles ont été indemnisées et 1 700 autres ont été déplacées et réinstallées sur des sites construits à cet effet. Quelque 860 hectares de quartiers ont été restructurés et 27 km de routes urbaines assainies.

Doté d’un terminal de passagers de 42 000 m. et d’un terminal de fret de 12 800 m. conçus pour accueillir 50 000 tonnes de fret et 80 000 mouvements d’avions par an, le nouvel aéroport répond au problème récurrent du faible niveau de connectivité aérienne en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale.

Ouverte à la circulation, en août 2013, l’autoroute a permis de réduire des deux tiers le temps de trajet entre Dakar et sa grande banlieue (30 minutes au lieu d’1 h 30 auparavant), au grand soulagement des Dakarois. Des milliers de Sénégalais peuvent désormais résider en grande banlieue et venir travailler chaque jour à Dakar sans s’épuiser dans les transports et les embouteillages des heures durant.

D’autres en ont profité pour devenir propriétaires de leur appartement dans le nouveau pôle urbain et économique constitué autour de Diamniadio. « L’autoroute place Diamniadio à équidistance de Dakar et Thiès et à seulement dix minutes de l’aéroport Blaise-Diagne, une position stratégique qui valorise l’immobilier dans tout ce secteur », explique Boubacar Bâ, promoteur immobilier à Diamniadio. Lequel habite à Thiès et vient travailler près de Diamniadio « en moins de 35 minutes ». On va construire près 100 immeubles sur 38 hectares. « Nombreux sont nos compatriotes qui se manifestent pour se porter acquéreurs d’appartements vendus à partir de 15 millions de francs CFA. Cela change tout : avant, un fonctionnaire pouvait achever sa carrière et aller à la retraite sans jamais être propriétaire », se réjouit Boubacar Bâ.

De multiples retombées sociales et économiques

Outre améliorer les conditions de vie des habitants, l’autoroute a apporté une valeur ajoutée à l’économie sénégalaise : le port de Dakar a ainsi gagné en compétitivité (les marchandises qui y arrivent peuvent désormais être transportées vers le reste du pays de façon plus aisée). Et le tourisme en est aussi favorisé, puisque l’autoroute facilite l’accès aux stations balnéaires tant prisées des touristes que sont Mbour et Saly, situées à une centaine de kilomètres au sud de Dakar.

« Cette autoroute est un projet ambitieux qui répond à plusieurs priorités stratégiques de la Banque africaine de développement, notamment l’amélioration des conditions de vie des populations et l’intégration régionale, argue Serge Marie N’Guessan, responsable pays de la BAD pour le Sénégal. Dakar-Diamniadio fait partie des infrastructures structurantes et transformatrices de l’économie sénégalaise».

Les retombées sont nombreuses, en effet, et variées. Propriétaire d’un petit restaurant, « Le Carré d’As » à Keur Massar, située à l’entrée de la presqu’île du Cap-Vert et aux abords de l’autoroute, Sy Babou a vu ses affaires prospérer : « Depuis la mise en service de l’autoroute, les clients viennent de partout. Je suis passé d’une première salle de 70 couverts à une deuxième salle d’à peu près la même capacité. J’envisage même de construire une troisième salle pour faire face à la demande entraînée par l’arrivée de l’autoroute. Chaque fois que nous ouvrons une nouvelle salle, nous recrutons le personnel qui va avec et nous nous assurons les services de nouveaux prestataires».

Les retombées sont multiples, en effet, car la construction de l’autoroute s’est accompagnée d’autres projets que la Banque africaine de développement a soutenus, comme la construction d’un nouveau marché public à Tivaouane Peulh, à une trentaine de kilomètres de Dakar, outre la réhabilitation de quatre marchés à Pikine Irrégulier Sud, qui compte quelque 300 000 habitants.

Les deux villes ont également chacune été dotées respectivement de deux et quatre centres de santé, accueillis avec bonheur par les habitants. Deux écoles primaires de 30 classes chacune et un collège ont été construits à Tivaouane Peulh, tandis que Pikine Irrégulier Sud a gagné un nouvel établissement scolaire pouvant accueillir 2 000 élèves et bénéficié de la réhabilitation de onze autres écoles.

Même les loisirs et les pratiques religieuses des populations ont été pris en compte, avec la construction d’un stade omnisports à Pikine Irrégulier Sud, et d’un complexe sportif à Tivaouane Peulh, outre un centre socioculturel et deux mosquées dans cette même ville.

Et, en décembre 2017, une nouvelle infrastructure que la Banque africaine de développement a également financée, a vu le jour : l’aéroport international Blaise-Diagne, situé à Diamniadio. Doté d’un terminal de passagers de 42 000 m. et d’un terminal de fret de 12 800 m. conçus pour accueillir 50 000 tonnes de fret et 80 000 mouvements d’avions par an, le nouvel aéroport répond au problème récurrent du faible niveau de connectivité aérienne en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale. Quelque 3 millions de passagers devraient y transiter chaque année. Et la nouvelle autoroute leur permettra de gagner le centre de Dakar en un temps record. 

Related Posts