Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Côte d’Ivoire : Première turbine en service

Dans sa vision d’être un pays émergent à l’horizon 2020, la Côte d’Ivoire doit répondre à ses besoins énergétiques. Le barrage de Soubré permettra, en augmentant la part de l’hydroélectricité, de rééquilibrer le mix énergétique et de faire face, à moindre coût, à la croissance de la consommation nationale.

Par Gérard Choisnet

Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a mis en service le 30 juin la première turbine de 90 MW du barrage hydroélectrique de Soubré, sur le fleuve Sassandra, dans la région de la Nawa, à 200 km au nord de San Pedro. Le projet est réalisé dans le cadre de la Société des énergies de Côte d’Ivoire (CI-Energies), et le remplissage de la retenue a commencé le 6 mars dernier.

« Le barrage de Soubré  constitue l’un des volets essentiels du développement économique et social de notre pays », déclarait le président Alassane Ouattara dans son allocution prononcée lors de la pose de la première pierre le 25 février 2013. « Ce dossier constituait l’un des grands défis contenus dans la feuille de route remise au ministre des Mines, du pétrole et de l’énergie Adama Toungara », soulignait le chef de l’Etat. « Ce projet me tenait tout particulièrement à cœur car j’en avais fait une promesse de campagne. Je suis donc heureux qu’il devienne une réalité concrète et tangible, après tant d’années. »

Les autorités ivoiriennes ont pour objectif de « faire de la Côte d’Ivoire le hub énergétique de l’Afrique au sud du Sahara à l’orée 2020 », indiquait le président de la République, rappelant que « notre pays, dans les années 1990, avait accordé la priorité au développement du parc de production thermique », compte tenu de la découverte d’importantes réserves de gaz naturel au large des côtes ivoiriennes. « Ce choix stratégique a permis de satisfaire, à plus de 70%, la demande nationale en électricité. Mais face au déficit financier dans le secteur, estimé à près de 170 milliards de F.CFA en 2010, il nous fallait alors alterner judicieusement et faire le choix de l’hydroélectricité. Cette politique a pour objectif de faire face, à moindre coût, à l’évolution sans cesse croissante de la consommation nationale et de la demande des pays voisins. »

Le chef de l’Etat remerciait « la République populaire de Chine pour son apport à travers l’entreprise Sinohydro et le financement de China Eximbank. Ce projet d’un coût global de 331 milliards de FCFA sera financé à hauteur de 239 milliards de FCFA par l’Eximbank  et 92 milliards de FCFA seront apportés par la Côte d’Ivoire. »

Alimenté par un bassin versant de 62 000 km2 et créant un lac de retenue de plus de 17 km2, ce barrage sera doté de trois groupes pour une puissance installée totale de 275 MW, permettant une production de 1 170 GWh par an. Les travaux de construction, prévus sur 56 mois, « permettront de créer 3000 emplois directs et 5000 emplois indirects, notamment pour nos jeunes » indiquait le président Alassane Ouattara.

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Business

Fort de son succès, ce magazine est une référence pour les femmes et les hommes d’affaires en Afrique. Il permet aux décideurs d’avoir une approche concrète du marché et de saisir de nombreuses opportunités à travers le continent africain. African Business est respecté et reconnu pour son intégrité éditoriale et sa contribution au développement de l’Afrique. Tous les secteurs de l’économie sont couverts par des journalistes renommés. Les numéros annuels sur les “200 Premières banques” et les ‘‘250 Premières entreprises’’ sont devenus de réels outils de travail et des indicateurs du climat des affaires en Afrique. Chaque année, les Trophées d’African Business récompensent la réussite des entrepreneurs et des les entreprises les plus performantes du continent.

Related Posts

  • Première pierre de la centrale de Lom Pangar

    Le Cameroun dispose d’un potentiel hydroélectrique évalué à quelque 12 000-14 000 MW, largement sous-exploité ; le bassin du fleuve Sanaga représente la moitié environ de ce potentiel, …

  • Grégory Clemente, DG de Proparco

    Bras financier de l’Agence française de développement, Proparco accompagne les entreprises dans la durée, explique son directeur général. Qui entend davantage combiner apport de fonds …

  • Maroc : Dessalement de l’eau de mer

    Le Maroc se doit de préserver dans la mesure du possible ses ressources en eau, tout en assurant la disponibilité nécessaire. Des solutions innovantes sont …

Recevez nos Newsletter

Si vous souhaitez recevoir par mail une information pertinente, crédible et incontournable, inscrivez-vous à notre newsletter.

Aidez-nous à améliorer notre contenu