Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Côte d’Ivoire : Emmanuel Essis: « Le pays crée 50 entreprises par jour »

La création d’entreprises a été grandement facilitée et les réformes se poursuivent, rappelle Emmanuel Esmel Essis, directeur général du Centre de promotion des investissements de Côte d’Ivoire (Cepici).

Interview réalisée par JO, envoyé spécial en Côte d’Ivoire

Quel est le rôle du Cepici ?

Le Cepici, créé en 1993, a été restructuré en 2012 pour devenir le Guichet unique de l’investissement. C’est un véritable outil pour attirer les investissements et développer le secteur privé. Le Cepici est donc un maillon essentiel dans la mise en oeuvre du Plan national de développe­ment 2016-2020 qui permettra d’atteindre l’émergence. Nous effectuons les mises en relation et le suivi des investisseurs, avec les ministères ou structures techniques en charge des projets structurants.

Quel est le bilan du Cepici depuis 2012 ?

Depuis la restructuration du Cepici dans son format actuel, la hausse des créations d’entreprises est fulgurante. Cinquante entreprises en moyenne, sont créées de façon journalière. Ainsi, sur la période 2012 à 2016, le Centre a agréé un volume global de 2 501 milliards de F.CFA (3,81 milliards d’euros) d’investissements privés étrangers et nationaux.

Pour Emmanuel Esmel Essis, directeur général du Centre de promotion des investissements de Côte d’Ivoire: « Le pays crée 50 entreprises par jour »

Le Cepici est le représentant régional pour l’Afrique subsaharienne de l’Associa­tion mondiale des agences de promotion des investissements (WAIPA). Il assure également la présidence du RIAFPI, le Réseau international des agences franco­phones de promotion des investissements.

Toutefois la question de l’environnement des affaires reste problématique.

Depuis 2013, le gouvernement ivoirien est engagé dans un processus d’amélio­ration du climat des affaires ; il a mis en oeuvre une cinquantaine de réformes qui lui ont valu d’améliorer son classement Doing Business de la 177e à la 139e place au classe­ment 2018 qui vient de paraître (44e sous le critère de la création d’entreprises). Nous avons été deux fois de suite dans le Top 10 des meilleurs pays réformateurs au monde en 2013 et 2014.

Ces réformes visent à faciliter l’activité économique avec un focus sur la simplification des processus administratifs. Nous avons créé le Guichet unique des formalités d’entreprises (GUFE) qui permet aujourd’hui de créer des entreprises en 24 heures ; le Guichet unique de délivrance du permis de construire.

Le Guichet unique du commerce extérieur offre en ligne aux opérateurs la possibilité d’accomplir leurs formalités et procédures liées à l’importation et à l’exportation dans des délais plus rapides et à coûts réduits. Le Bureau d’information sur le crédit (BIC) facilite l’accès au financement à nos PME et permet aux établissements finan­ciers de mieux évaluer les risques et satisfaire leurs clients.

La Côte d’Ivoire dispose des mesures réglementaires de modes alternatifs de résolution des litiges commerciaux telles que la médiation et le règlement amiable préalable avant toute saisine judiciaire en plus des mesures existantes comme l’arbitrage. Enfin, nos réformes sont aussi fiscales: je vous citerai la défiscalisation totale en ce qui concerne les droits d’enregistrement et de timbre pour toute société commerciale créée avec un capital compris entre 1 et 10 millions de F.CFA.

Nous encoura­geons ainsi l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes. Nous avons réduit le droit d’enregistrement en matière de transaction immobilière de 10 % à 4 %, en seulement deux ans. Depuis janvier 2017 nous avons la plateforme en ligne de déclaration et de paiement des impôts et taxes ainsi que celle de remboursement du crédit de TVA.

Quel Cepici pour la Côte d’Ivoire de demain, notamment celle de l’après-2020…

Le PND place le secteur privé au coeur du processus de la croissance économique par l’industrialisation. Le Cepici met en oeuvre son Plan stratégique de promotion des investissements (PSPI 2016-2020), dont 62 % (18 600 milliards de F.CFA) du finan­cement global évalué à 30 000 milliards de F.CFA (45,73 milliards d’euros) sur la période est attendu du secteur privé. Le Cepici se fixe un objectif de captage de 42 % (7 800 milliards) de l’ensemble des investissements privés (13 000 milliards de F.CFA, 19,82 milliards d’euros) attendus.

Pour y parvenir, le Cepici doit se hisser au niveau des agences les plus performantes à travers la mise en oeuvre de six principaux programmes stratégiques : renforcement des capacités ; amélioration des services à l’investisseur (Guichet unique) ; amélioration de l’envi­ronnement des affaires; développement des capacités d’attraction des investissements ; renforcement de la communication et de l’accueil de l’investisseur ; systé­matisation du suivi des investissements.

Le gouvernement ivoirien s’engage dans la gouver­nance électronique, la transparence, l’efficacité de l’offre de services publics pour permettre au secteur privé de jouer pleinement son rôle de créateur de richesses et d’emplois.

Related Posts

Recevez nos Newsletter

Si vous souhaitez recevoir par mail une information pertinente, crédible et incontournable, inscrivez-vous à notre newsletter.

Aidez-nous à améliorer notre contenu