Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Congo et OPEP : un mariage de besoin mutuel

La République du Congo a beaucoup souffert pendant l’effondrement du pétrole ; et le président congolais, Denis Nguesso, a promis que le pays ne serait plus mis de côté – subissant les effets de la prise de décision mondiale dans l’industrie pétrolière sans contribution. 

Par ABF

Dans un communiqué officiel annonçant la candidature à l’adhésion à l’OPEP, il a déclaré qu’il souhaitait « placer notre pays au rang des leaders mondiaux ». En janvier, des représentants de la République du Congo ont annoncé la candidature du pays à l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP). Après des années de défis avec l’effondrement du prix du pétrole, la République du Congo sort de cette période avec un agenda renouvelé, centré sur une voix active sur la scène mondiale, au lieu d’être une victime silencieuse des fluctuations des prix internationaux du pétrole.

Pour le Congo, l’adhésion à l’OPEP signifie un meilleur accès à l’information, des partenariats, des contacts et une voix à la table de prise de décision. Mais, peut-être plus que jamais, c’est l’OPEP qui va bénéficier de la montée des voix politiques africaines, notamment celle du Congo.

Avec près de 2 milliards de barils de pétrole brut de réserves prouvées dans un territoire largement sous-exploré, le Congo représente un potentiel énorme au milieu des producteurs de pétrole africains. L’amélioration du climat des affaires a apporté de profonds avantages à l’industrie pétrolière du pays. Les nouveaux développements de la compagnie pétrolière française, Total sur le territoire congolais devraient porter la production pétrolière du pays de 280 000 barils par jour à 350 000 en 2018.

Une perspective sectorielle améliorée, associée à de nouvelles découvertes et à un leadership fort de la part de dirigeants plus jeunes et plus compétents, suscite rapidement l’intérêt des investisseurs du monde entier. L’élection de Thérésa Goma au poste de directeur général des hydrocarbures en mars est un exemple de changement de mentalité, tout comme l’ascension de Jean Marc Tchicaya au poste de ministre des hydrocarbures – une figure plus jeune et plus dynamique qu’aucun de ses prédécesseurs.

Brazzaville est la ville hôte du siège de L’Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) une organisation qui a gagné en pertinence ces dernières années à mesure que les dirigeants africains cherchent une coopération intra-africaine en matière d’énergie. En outre, le Congo a également étendu ses relations bilatérales avec l’Angola, le Nigéria et la Guinée équatoriale, en allant vers une nouvelle politique d’utilisation du gaz.

L’entrée du Congo en tant que voix active à l’OPEP peut renforcer la position de l’organisation basée à Vienne dans le cercle pétrolier africain et renforcer sa capacité à coordonner les coupures de production et les stratégies conjointes à travers le continent si nécessaire. Pour l’OPEP, cela signifie une plus grande représentation, un meilleur contrôle de la production mondiale et, finalement, une plus grande puissance.

Pour le Congo, le pays sera assis côte à côte avec des géants pétroliers, comme l’Arabie saoudite et le Venezuela ; ainsi que le Gabon, l’Angola, le Nigéria et la Guinée équatoriale, renforçant encore la force des voix africaines au sein du cartel. Il sera capable d’apprendre et de contribuer à la politique et à la prise de décision, et il sera de plus en plus prêt à faire face à la volatilité des prix du brut.

La demande d’intégration du Congo au sein du cartel intervient également à un moment crucial pour la politique étrangère africaine, la dépendance des prix des matières premières et les changements dans l’ordre international rendant de plus en plus apparente la nécessité d’une coopération régionale et intracontinentale. Les dirigeants africains se réveillent enfin sur le fait que leur position internationale ne dépendra pas des accords bilatéraux avec les Etats-Unis ou la Chine, mais de leur capacité à coopérer et à rechercher des programmes à l’échelle du continent qui peuvent profiter à l’Afrique.

Une voix africaine unie

Prenons un moment pour regarder la Guinée équatoriale et ce que cette petite nation a accompli ces derniers mois avec un changement de stratégie en matière d’affaires étrangères, en accordant le crédit à la direction de Gabriel Obiang Lima, ministre des Mines, de l’Industrie et de l’Énergie.

Depuis son adhésion à l’OPEP en mai 2017, la Guinée équatoriale a obtenu un siège de facto à la table de négociation internationale. Soudainement, une nation qui produit environ 130 000 barils de brut par jour (soit moins de 2% de la production saoudienne) a la parole sur les coupes de production internationales, les stratégies de gestion des prix et l’accès à une multitude de contacts.

Il n’est pas surprenant que M. Obiang Lima ait été beaucoup plus présent dans la presse, s’exprimant au nom de sa propre nation mais aussi en tant que membre du groupe pétrolier. Son message principal est orienté vers les autres producteurs de pétrole d’Afrique subsaharienne, et il se lit comme suit : « Rejoignez l’OPEP, faites que votre voix compte ».

Grâce à des initiatives telles que LNG2Africa et des partenariats bilatéraux avec de nombreux partenaires africains, la Guinée équatoriale a soutenu ces dernières années un programme africain fondé sur la conviction que la coopération intra-africaine peut avoir un impact profond sur le rayonnement du continent sur la scène internationale. M. Obiang Lima sait qu’une voix africaine unie peut être entendue beaucoup plus fort et que la représentation africaine à l’OPEP peut encore stimuler le continent.

Le nouveau souffle de l’OPEP

Les résultats positifs des coupures de production opérées par l’OPEP ont montré que le cartel reprend pied sur la scène internationale, démontrant ainsi une certaine souplesse face aux nouvelles réalités du marché. Certainement, l’acteur principal dans l’effort pour apporter la durabilité au marché pétrolier international était Mohammad Barkindo.

Le secrétaire général nigérian de l’OPEP a mené l’accord historique de décembre 2016 qui a vu le cartel pétrolier et 11 non-membres de l’OPEP (y compris la Guinée équatoriale à l’époque) signer la réduction de 1,8 million de barils de pétrole brut par jour (2% des production), qui a été prolongée jusqu’à la fin de 2018 et a entraîné la hausse progressive du pétrole brut à des prix plus durables que nous observons aujourd’hui.

Lorsque le président américain Donald Trump a récemment attaqué l’OPEP pour avoir maintenu des « prix artificiellement élevés », M. Barkindo a réagi : « La déclaration de coopération conclue par 24 pays producteurs en décembre 2016 et appliquée depuis 2017 n’a pas seulement arrêté le déclin, mais a sauvé l’industrie pétrolière de l’effondrement imminent. « Sa déclaration est difficile à discuter.

Cependant, l’OPEP ne peut pas rester inactif. La nécessité d’une coordination avec plusieurs non-membres pour que toute stratégie globale fonctionne montre également que l’organisation a besoin de sécuriser un réseau plus large et de consolider sa position afin de continuer à atteindre ses objectifs. Son programme est aligné sur celui des nations africaines à un moment où ces acteurs souhaitent avoir plus de contrôle sur les produits dont ils dépendent tellement.

Le mouvement du Congo vers l’adhésion à l’OPEP est une étape majeure qui devrait non seulement être célébrée par le cartel, mais aussi être suivie par d’autres nations à travers le continent. En tant que dernier marché frontalier mondial pour l’exploration pétrolière, l’Afrique se positionne de plus en plus comme la pierre angulaire de l’avenir de l’industrie énergétique mondiale. Les pays africains ne peuvent pas se permettre de ne pas être à la table des négociations lorsque les grandes décisions concernant leur avenir sont prises, et l’OPEP ne peut pas non plus se permettre de les exclure.

ENCADRE

Biographie de l’auteur – NJ Ayuk (PDG) Centurion Law Group

NJ Ayuk JD / MBA est un avocat de premier plan dans le domaine de l’énergie et un ardent défenseur des entrepreneurs africains, il est reconnu comme l’une des figures les plus en vue des entreprises africaines aujourd’hui. Un « Global Shaper » avec le Forum Économique Mondial, l’un des 10 hommes les plus influents de Forbes en Afrique en 2015, et un négociateur renommé dans les secteurs du pétrole et de l’énergie. Il est l’auteur de « Big Barrels » « Africa Oil and Gas » et sa quête de prospérité. Il est fondateur et PDG de Centurion Law Group et de la Chambre de Commerce de l’Energie Africaine.

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Business

Fort de son succès, ce magazine est une référence pour les femmes et les hommes d’affaires en Afrique. Il permet aux décideurs d’avoir une approche concrète du marché et de saisir de nombreuses opportunités à travers le continent africain. African Business est respecté et reconnu pour son intégrité éditoriale et sa contribution au développement de l’Afrique. Tous les secteurs de l’économie sont couverts par des journalistes renommés. Les numéros annuels sur les “200 Premières banques” et les ‘‘250 Premières entreprises’’ sont devenus de réels outils de travail et des indicateurs du climat des affaires en Afrique. Chaque année, les Trophées d’African Business récompensent la réussite des entrepreneurs et des les entreprises les plus performantes du continent.

Related Posts