Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Interviews et Portraits

Classement : Les 100 Africains de l’année…

Notre classement annuel suscite de l’intérêt et de la curiosité auprès de nos lecteurs. Au fil des ans, à chaque début d’année, il constitue un temps fort pour éclairer sur les personnalités et les parcours d’hommes et de femmes au coeur de l’action pour créer, agir, transformer la vie du continent.

La rédaction

Depuis son lancement, voici quatre ans, quelque 500 personnalités ont été sélectionnées, présentées et mises en lumière. Si certaines figures reviennent, pour cause d’actualité, de nouveaux visages apparaissent. Ils enrichissent la vie politique, les affaires, les sciences, la culture les arts… Un kaléidoscope des talents se dessine. Ce qui nous guide dans ce choix, c’est cette conviction profonde : il n’est qu’une richesse qui vaille, celle des hommes et des femmes. Une richesse inépuisable qui conduit la primauté de l’action, en Afrique.

Jean-Claude Brou

Côte d’Ivoire

En son absence et à la surprise générale, l’Ivoirien de 64 ans a été porté à la tête de la Commission de la Cedeao dont il prend les rênes le 1er mars 2018. Membre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), l’économiste Jean-Claude Brou est proche de Alassane Ouattara, dont il aura été le ministre de l’Industrie et des mines dès 2012. Son choix marque un retour en force de son pays au sein d’une institution dont les enjeux n’auront jamais été aussi immenses, notamment la création de la monnaie unique à laquelle son long passage à la Bceao le prédispose, et la délicate intégration du Maroc. Mais les plus périlleux défis seront les crises politiques qui secouent plusieurs pays notamment le Togo et la Guinée Bissau. Pragmatique, il devra redonner à l’institution davantage de crédibilité et d’efficacité.

Mahammed Boun Abdallah Dionne

Sénégal

Il a fait carrière dans le Système des Nations unies (Cnuced, Onudi) et à la Bceao, avant d’assumer les fonctions de directeur de cabinet de Macky Sall, alors Premier ministre puis président de l’Assemblée nationale. Il est indéniablement le personnage clé du pouvoir. Mahammed Dionne avait, certes, pris un pari risqué, celui de conduire la liste de la coalition présidentielle aux législatives de juillet 2017. En remportant haut la main le scrutin, permettant ainsi à Macky Sall de conserver une écrasante majorité à l’Assemblée nationale et de préparer sereinement la présidentielle de 2019, il a logiquement été reconduit à la Primature et demeure plus que jamais l’homme de confiance du Président. Au point où certains voient en lui un potentiel successeur après un éventuel deuxième mandat. Ce qui est sûr, c’est que l’ancien technocrate a pris goût aux campagnes électorales, n’hésitant pas à esquisser des pas de danse lors des meetings.

Vanessa Moungar

Tchad

Tandis que les questions relatives à la place des femmes et des jeunes au sein du développement de l’Afrique dominent les débats, la nomination de Vanessa Moungar au sein de la BAD semble appropriée. La jeune femme devient directrice du département du genre, des femmes et de la société civile. Avant ce poste, elle était déjà une voix respectée sur les questions de développement, lors de son passage au World Economic Forum. Elle fait sienne l’un des slogans de la BAD « Investir dans l’égalité des sexes pour la transformation de l’Afrique ». Vanessa Moungar fait partie du Conseil présidentiel pour l’Afrique, auprès d’Emmanuel Macron. « Vanessa Moungar apporte beaucoup de créativité et dynamisme à notre travail », commente le président de la BAD.

Sibeth Ndiaye

Sénégal

Peu de politiciens auraient confié leur stratégie de communication, essentielle pour l’emporter, à quelqu’un de relativement jeune et inexpérimenté. Mais le candidat Emmanuel Macron a vu en Sibeth Ndiaye le dynamisme et la loyauté qu’il recherchait. Elle a mérité sa confiance en menant une campagne victorieuse vers l’Élysée. Sibeth Ndiaye a grandi au Sénégal avant de partir étudier en France à l’âge de 16 ans, et d’opter pour la double nationalité, obtenue en juin 2016. Elle demeure aux côtés du Président français, contrôlant – à l’excès, selon certains journalistes –, la communication de l’Élysée. Quelques excès de zèle lui ont valu des inimitiés : « J’assume parfaitement pour protéger le Président », aurait-elle confié aux journalistes accrédités auprès de l’Élysée. Dont elle demeure, néanmoins, un rouage essentiel.

Soumeylou Boubèye Maiga

Mali

Aux derniers jours de 2017, « IBK » décide de nommer un nouveau Premier ministre au Mali, Soumeylou Boubèye Maïga. Dans un pays confronté à des problèmes de sécurité, cette nomination ne passe pas inaperçue. Le signal est clair : le nouveau promu est un spécialiste du renseignement ainsi que des questions militaires et de diplomatie. C’est même la « boîte noire » du pays. Il détient sur les hommes et le système tous les renseignements.

L’engagement en faveur de la démocratie, contre tout parti unique, ne fait aucun doute chez ce vieux routier de la politique qui a participé, en 1991, au retour de la démocratie au Mali. Leader d’un petit parti (Asma-Cfp) de la mouvance présidentielle, il n’a jamais hésité à se singulariser. « SBM » tentera, d’ici les prochaines échéances électorales, de restaurer l’ordre dans le nord du pays, en faisant appliquer les accords d’Alger signés en 2015.

Le Mogho Naaba Baongo

Burkina Faso

Chef suprême des Mossis (ethnie majoritaire) du Centre, le Mogho Naaba Bâongo a été intronisé en 1982 en remplacement de son père, Naaba Kougrii. Rapidement, le jeune empereur tire la leçon des erreurs de ce dernier qui militait au Rassemblement démocratique africain, en ne s’affichant pas sur la scène politique. Autorité morale et coutumière très respectée, il est régulièrement sollicité pour des médiations dans les crises sociales et politiques. Récemment, il a joué un rôle prépondérant dans le retour à la stabilité du pays lors de l’insurrection populaire d’octobre 2014 et du coup d’État manqué de septembre 2015. À l’occasion, son palais s’était transformé en conclave diplomatique. Pour ses efforts constants en faveur de la paix, de la cohésion sociale, le Mogho Naaba s’est vu décerner en décembre 2017 le prix Macky Sall pour le dialogue en Afrique.

Kémi Séba

Bénin

Controversé pour son concept de « suprématisme noir » et expulsé du Sénégal pour avoir brûlé un billet de franc CFA, le franco-béninois Kémi Séba s’est installé en octobre au Bénin. À 36 ans, Kémi Séba est réputé pour ses idées parfois contradictoires. Détesté par les élites, adulé par certains jeunes africains, il a su profiter du débat sur le franc CFA pour accroître sa popularité. Depuis, reçue en grande pompe dans plusieurs pays, son organisation Urgences Panafricanistes a vu ses adhésions tripler en un an. Éloquent, médiatique, il porte les utopies d’une jeunesse qui ne croit plus en ses dirigeants. Tandis qu’une monnaie unique est annoncée pour 2020 dans l’espace Cedeao, Gilles Robert Capo-Chichi, de son vrai nom, aura encore son mot à dire.

Charlemagne Ouédraogo

Burkina Faso

Gynécologue-obstétricien, Charlemagne Ouédraogo jouit d’une forte réputation dans sa corporation et auprès de l’opinion, au Burkina Faso. À la tête du conseil de l’Ordre des médecins de Ouagadougou, il s’est donné pour tâche d’assainir la profession en combattant les pratiques illégales. De janvier 2014 à décembre 2017, sa structure a épinglé au moins une quinzaine de cas graves. En juillet 2014, le professeur s’était illustré par l’expulsion du territoire burkinabè de deux médecins français y exerçant sans autorisation. Membre influent de l’Ordre oecuménique Saint-Jean de Jérusalem, ce médecin émérite et professeur agrégé a reçu, en 2011 la distinction de chevalier de l’Ordre de la Légion d’honneur française pour son engagement dans la lutte contre la mortalité maternelle au Burkina Faso.

Ekoué David Dosseh

Togo

Professeur agrégé de chirurgie viscérale depuis dix ans, Ekoué David Dosseh, 50 ans, a tourné le dos aux sirènes de conditions de travail avantageuses à l’étranger, pour se consacrer aux soins de populations démunies dans son pays. Cet enseignant du supérieur s’y est surtout distingué par son engagement au sein de différentes organisations syndicales ou mouvements citoyens oeuvrant pacifiquement pour une société plus juste ; tant sur le plan politique que social. C’est le cas du mouvement Togo Debout dont il est l’un des leaders. Discret mais efficace, ce chevalier des Palmes académiques françaises s’est révélé au grand public togolais à la tête du Syndicat des praticiens hospitaliers du Togo. Homme de parole, défenseur infatigable de causes considérées comme perdues, le professeur Dosseh est l’un des fondateurs des Universités sociales lancées en 2016 pour raviver la flamme des organisations de la société civile au Togo.

Serigne Mbaye Sy Mansour

Sénégal

S’il est connu pour son franc-parler, on le surnomme « Pa Allemand » (vieil allemand, en wolof). Les discours de l’homme à la moustache blanche ne passaient jamais inaperçus lors du Gamou annuel de Tivaouane. En accédant à la tête de la confrérie, en septembre 2017, le khalife général des Tidianes devient l’une des deux figures religieuses les plus influentes du Sénégal, un pays à 90 % musulman, essentiellement de rite confrérique. Les chefs de confréries sont, en effet, très courtisés par l’establishment politique sénégalais, mais aussi par les milieux des affaires. Le nouveau khalife avait promis à Macky Sall un deuxième mandat lors de leur première rencontre après son intronisation, non sans l’avoir averti qu’il était parfois « mal entouré ».

Amy Sarr Fall

Sénégal

Fondatrice et directrice du groupe Intelligences Presse qui publie Intelligences Magazine, cette jeune patronne de presse sénégalaise est très influente. Le 7 décembre 2017, elle a lancé l’initiative de la Conférence mondiale sur l’éducation (GE7) dévoilant son comité scientifique composé de 25 personnalités issues des cinq continents. Amy Sarr Fall milite pour le développement du leadership féminin et l’éducation des jeunes, partout dans le monde. À la tête de l’initiative citoyenne dans son pays, elle se bat sans relâche pour promouvoir l’éducation scientifique des filles. Ses rencontres avec des dirigeants internationaux l’ont rendue célèbre. Convaincue qu’il faut être « acteur de son propre développement », elle intervient dans les forums internationaux. Elle est devenue, en 2017, ambassadrice de bonne volonté du HCR pour les apatrides. Elle a d’ailleurs décidé d’en faire l’un des thèmes de la Conférence GE7 qui aura lieu à Paris, en décembre 2018.

A LIRE LA SUITE DANS NEWAFRICAN, LE MAGAZINE DE L’AFRIQUE –  Zone CFA : 2 700 F.CFA – France : 4,00 €  Zone euro : 4,50 €  – Suisse : 8 FS  – Royaume-Uni : £3,50 – Canada : 7 $ CAN – USA : 6 $ US,  Algérie : 260 DA – Tunisie : 4,500 DT – Maroc : 35 DH.

Related Posts

Recevez nos Newsletter

Si vous souhaitez recevoir par mail une information pertinente, crédible et incontournable, inscrivez-vous à notre newsletter.

Aidez-nous à améliorer notre contenu