Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Burkina Faso : Les Saoudiens prennent position

Avec un apport propre de 200 millions de F.CFA, le gouvernement recherche un parte­naire capable d’apporter 2,8 milliards de F.CFA (4,3 millions d’euros). Le coton fait vivre plus de 3 millions de personnes et contribue à environ 35 % du PIB. Chez le premier producteur afri­cain de coton, la part de la transformation est très faible, plus de 90 % du coton étant exporté brut.

Dans le secteur énergétique, la production d’énergie au Burkina Faso venant d’être libérali­sée, le gouvernement peut désormais se tourner vers des investisseurs privés capables de s’enga­ger dans le thermique, le solaire ou la biomasse, afin d’augmenter les capacités du pays. Un projet de construction de pipelines de transport et de dépôts de stockage d’hydrocarbures inté­resse également les Saoudiens. L’investissement de 478,5 milliards de F.CFA (729,5 millions d’euros) devrait sécuriser l’approvisionnement du pays en produits pétroliers.

Vers une intensification des échanges La visite, en avril, du Premier ministre Paul Kaba Thiéba en Arabie saoudite, avait pour objectif de donner un élan aux promesses entrevues depuis quelques années. En exposant aux hommes d’affaires saoudiens les potentiali­tés d’investissement, l’opération de charme a porté ses fruits. « Nous avons une bonne assise dans le domaine des infrastructures, nous comp­tons partager cette expertise avec le Burkina Faso », a laissé entendre le vice-président de la Chambre de commerce de Jeddah, Ziad Bassam Al-bassam.

ENCADRE

La BID au premier plan

Principal bailleur de fonds de la BID (Banque islamique de développement) dont le siège est à Jeddah, l’Arabie saoudite s’est engagée à appuyer les projets des autorités burkinabè. Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a présenté au président de la BID Bandar Hajjar des projets structurants, devant permettre au pays d’accélérer davantage son développement.

Le bitumage des routes Ouahigouya-Tougan (Centre- Ouest), Dori-Gorom-Gorom (Nord), Dédougou-Tougan (Centre-Ouest), Kantchari- Diapaga-frontière du Bénin (Est) et Guiba-Garango (Centre-Est), garantiront un meilleur écoulement de la production agropastorale et le désenclavement d’une demi-douzaine de régions.

Les projets dans le secteur de la santé s’élèvent à 175 millions $ pour élargir et spécialiser les infrastructures sanitaires afin d’aboutir à une couverture santé universelle, réduire le rayon d’accès des centres de santé et limiter les coûteuses évacuations sanitaires à l’étranger. Lors de la conférence des bailleurs de fonds à Paris, en décembre 2016, la BID avait annoncé des promesses de financement de l’ordre de 1,915 milliard $.

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Business

Fort de son succès, ce magazine est une référence pour les femmes et les hommes d’affaires en Afrique. Il permet aux décideurs d’avoir une approche concrète du marché et de saisir de nombreuses opportunités à travers le continent africain. African Business est respecté et reconnu pour son intégrité éditoriale et sa contribution au développement de l’Afrique. Tous les secteurs de l’économie sont couverts par des journalistes renommés. Les numéros annuels sur les “200 Premières banques” et les ‘‘250 Premières entreprises’’ sont devenus de réels outils de travail et des indicateurs du climat des affaires en Afrique. Chaque année, les Trophées d’African Business récompensent la réussite des entrepreneurs et des les entreprises les plus performantes du continent.

Related Posts

Recevez nos Newsletter

Si vous souhaitez recevoir par mail une information pertinente, crédible et incontournable, inscrivez-vous à notre newsletter.

Aidez-nous à améliorer notre contenu