Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Analyse et Opinion

Afrique : Connaissez-vous la monazite ?

Cette objection de l’AIE ne tient donc pas pour freiner l’essor prévisible de l’uranium 233, sinon que ce dernier ouvre le nucléaire civil à tous les pays ou presque. Y compris à beaucoup de pays africains qui souffrent d’insuffisance énergétique.

Parfois même quand ils produisent beaucoup de pétrole ! Les prix de lancement sont en effet abordables : si les Américains prévoient 1,7 milliard $ pour une centrale de 500 MW, les Chinois se sont lancés, eux, sur des centrales bien plus petites à quelques centaines de millions $ l’unité, et en envisagent de plus petites encore jusqu’à pouvoir être installées sur des bateaux ravitaillant alors en électricité les bourgades côtières !

Les séries aidant, on peut imaginer des prix de plus en plus abordables, au-delà même des puissances étatiques. Et c’est cet argument qui devrait finalement lancer l’uranium 233 et relancer l’intérêt pour le nucléaire. Sachant que, dans les faits, on produit aujourd’hui plus de MW nucléaires qu’il y a dix ans, malgré le renoncement allemand.

ENCADRE

La miniaturisation a déjà commencé

Gen4 Energy, ex-Hyperion Power Generation, basé à Santa Fe au Nouveau Mexique, propose déjà à la vente une microcentrale (1,50 mètre de diamètre !) de 25 MW au prix de 25 millions de dollars. Un peu comme on vend des appartements sur plan : le système n’est pas encore disponible. Selon ses promoteurs, de telles microcentrales pourraient fonctionner dix ans sans ajout de carburant. De son côté, la NASA a conçu un microréacteur nucléaire (uranium 235) pour la colonisation éventuelle de Mars.

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Business

Fort de son succès, ce magazine est une référence pour les femmes et les hommes d’affaires en Afrique. Il permet aux décideurs d’avoir une approche concrète du marché et de saisir de nombreuses opportunités à travers le continent africain. African Business est respecté et reconnu pour son intégrité éditoriale et sa contribution au développement de l’Afrique. Tous les secteurs de l’économie sont couverts par des journalistes renommés. Les numéros annuels sur les “200 Premières banques” et les ‘‘250 Premières entreprises’’ sont devenus de réels outils de travail et des indicateurs du climat des affaires en Afrique. Chaque année, les Trophées d’African Business récompensent la réussite des entrepreneurs et des les entreprises les plus performantes du continent.

Related Posts