Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Afrique : Brèves bancaires et financières

Le directeur général de la Dette, Hugues Mbadinga Madiya, précise : « Selon la dernière revue du FMI, le taux d’endettement du Gabon est de 59% du PIB. C’est vrai qu’il y a trois ans, il était de l’ordre de 37 – 39% du PIB. De manière chiffrée, cela représente près de 4 100 milliards de F.CFA, dont près de 60% de dette extérieure et le reste de dette intérieure. Pour des raisons de transparence dans le cadre du programme avec le FMI, nous avons comptabilisé des éléments que nous n’intégrions pas à l’époque dans la dette. Ce sont tous ces éléments consolidés qui constituent l’encours de la dette gabonaise aujourd’hui… Ce taux reste raisonnable au regard des critères de convergence de la zone Cemac qui sont de 70%. Mais notre objectif est de revenir à un seuil stratégique qui avoisinerait les 40%. »

TCHAD

Projet d’irrigation avec le Koweit

Issa Doubragné, ministre de l’Economie et de la planification du développement, et Hamad S. Al-Omar, directeur général adjoint du Fonds koweitien pour le développement économique arabe (FKDEA), ont signé le 20 février à Ndjaména un accord de prêt de 7 millions de dinars koweitiens (23,8 millions $) en faveur du Projet d’irrigation dans les régions du lac Tchad et du Bahr El Gazel. Celui-ci  vise l’irrigation de 1 684 hectares de terres agricoles à partir de deux sources, le lac et les eaux souterraines.

Le projet comprend principalement des travaux de génie civil et d’électromécanique pour aménager les terres agricoles et construire cinq réseaux d’irrigation : Talia (1 227 ha) et Yaola (350 ha) dans la région du lac Tchad, et Hamatiya 1, 2 et 3 (respectivement 23 ha, 65 ha et 19 ha) dans le Bahr El Gazel. Le coût total du projet est évalué à 15,89 milliards de F.CFA (environ 7,79 millions KD).

AFRIQUE DU NORD

ALGERIE

Le FNI soutient les technoparcs de l’ANPT

L’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT), selon son directeur général, Abdelhakim Bensaoula, « vient d’acquérir un prêt de 15 milliards de dinars du Fonds national d’investissement (FNI) après approbation par le Conseil des participations de l’État (CPE), en janvier dernier, du programme de développement des infrastructures de l’Agence ».

Ce plan d’appui aux entreprises et startups spécialisées dans les TIC, prévoit un montant de 6 milliards DA pour le parachèvement de certaines structures du cyberparc de Sidi Abdellah à Alger, 4 milliards DA pour le technoparc d’Annaba, 2,5 milliards DA pour la réalisation du technoparc d’Oran et plus de 2 milliards DA pour le technoparc de Ouargla.

Pour le cyberparc de Sidi Abdellah, 2 milliards DA concerneront l’achèvement en centre d’affaires de deux tours et d’un auditorium de 600 places, initialement conçus comme un hôtel et dont les gros œuvres sont achevés depuis plusieurs années. «Un data center commercial est également prévu. »

Au technoparc d’Annaba, « un mini-multilocataires et un incubateur seront opérationnels au mois de mai prochain. Un projet de réaménagement ou de remise en état de bâtiments déjà existants (qui appartenaient à l’entreprise SIDER et repris par l’ANPT en 2011) est en cours afin de les exploiter dès mai prochain », et l’ANPT a prévu « un espace de 2.000 m2 qui va être mis à la disposition de micro-entreprises. »

Concernant le technoparc d’Oran, « le lancement des travaux est imminent. Le projet sera réalisé sur un terrain vierge situé à proximité de l’université. Il ne reste qu’une question administrative à régler (permis de construire) pour entamer le projet. »

A Ouargla, des discussions « sont en cours » avec l’administration locale « pour délimiter la parcelle de terrain prévue à cet effet afin d’entamer les travaux qui débuteront au courant de cette année. »

MAROC

Coopération BMCE Bank of Africa/ China Development Bank

Un mémorandum d’entente a été signé le 23 mars à Casablanca entre Liu Xin, directeur général, branche Zhejiang, de China Development Bank (CDB) d’une part, et Brahim Benjelloun Touimi, administrateur directeur général exécutif délégué de BMCE Bank of Africa et président de BoA Group, et Mohammed Agoumi, directeur général délégué, en charge de la Coordination de l’international de BMCE Bank of Africa, d’autre part.

A travers cet accord, CDB et BMCE Bank Of Africa visent à renforcer la coopération et l’investissement entre les entreprises des deux pays, en marge du mémorandum d’entente relatif à l’initiative « One Belt, One Road » signé entre le Maroc et la Chine en novembre 2017.  

Selon la BMCE Bank Of Africa, la signature du mémorandum d’entente intervient dans un contexte de développement des programmes d’infrastructure incluant transports, construction automobile, parc technologique, investissement et commerce, outre des projets de développement durable liés aux questions sociales et à l’environnement, qui renforcent la pertinence des projets précités. Par ailleurs, cet accord intervient en marge de l’ouverture imminente de la succursale BMCE Bank of Africa à Shanghai.

 Ligne de crédit de la BEI pour Attijariwafa bank

Mohamed El Kettani, PDG du groupe Attijariwafa bank, et Flavia Palanza, directrice des opérations de prêt dans les pays du voisinage à la Banque européenne d’investissement (BEI), ont signé le 5 mars à Casablanca une ligne de crédit de 100 millions d’euros pour renforcer le soutien aux petites et moyennes entreprises (PME) et aux entreprises de taille intermédiaires (ETI).

Cette nouvelle ligne de crédit octroyée à des conditions favorables grâce à la notation triple A de la BEI permettra à Attijariwafa Bank de renforcer sa capacité d’intervention en faveur des entreprises marocaines, facilitant ainsi l’accès de ces dernières à un financement attractif et adapté à leurs besoins, notamment via des maturités plus longues de prêt. Une attention particulière sera portée au secteur industriel notamment manufacturier et aux services, ainsi qu’à l’impact social de la nouvelle ligne de crédit qui devrait soutenir environs 3 500 emplois.

« Il faut retenir l’orientation à fort impact social qui sera donnée à l’utilisation de cette ligne, par le financement de projets industriels et de services qui contribueront à créer des emplois notamment pour nos jeunes », soulignait Mohamed El Kettani. En outre, « j’ai l’intime conviction que cette ligne répondra aux besoins de financement d’activités offshore orientées à l’export comme l’écosystème automobile. »

Un 4ème Trade Center pour la BMCI

La BMCI (Banque marocaine pour le commerce et l’industrie), filiale à 66,74 % du groupe BNP Paribas, a inauguré le 7 mars son nouveau centre de compétence en commerce international, le « Trade Center » de Rabat, une étape importante dans le dispositif global que la BMCI souhaite mettre à disposition des entreprises à travers le pays.

 « Pour la BMCI, l’ouverture de ce 4ème Trade Center s’inscrit dans la stratégie du One Stop Shop du réseau Corporate PME-PMI et Grandes entreprises », a déclaré Idriss Bensmail, membre du directoire en charge de la Banque de l’entreprise. « Cette nouvelle initiative s’inscrit dans la démarche d’accompagnement des échanges internationaux des entreprises marocaines, et dans notre stratégie de développement dans l’ensemble des régions du Royaume. Ainsi, la BMCI ouvre à sa clientèle PME-PMI et Grandes entreprises les portes d’un réseau international à travers les structures spécialisées représentées par plus de 100 Trade Centers BNP Paribas, répartis sur les cinq continents. »

La BMCI compte déjà trois autres Trade Center à Casablanca, Tanger et Agadir, ainsi que 15 centres d’affaires et agences entreprises.

Le groupe BMCI enregistrait à fin décembre 2017 un bilan consolidé de 65,7 milliards Dh et un produit net bancaire (PNB) consolidé de 3,02 milliards Dh.

TUNISIE

Appui de l’AFD à la politique de la ville

A l’occasion de la visite d’Etat du président Emmanuel Macron, le ministre du Développement, de l’investissement et de la coopération internationale, Zied Ladhari, et le directeur général de l’Agence française de développement (AFD), Rémy Rioux, ont signé le 31 janvier une convention de crédit de 77 millions d’euros en faveur du 2ème Programme d’appui à la politique de la ville (Proville 2).

L’AFD soutient par ce prêt souverain le nouveau programme sectoriel Proville 2 placé sous la maîtrise d’ouvrage du ministère de l’Equipement, de l’habitat et de l’aménagement du territoire (MEHAT) et mis en œuvre par l’Agence de réhabilitation et de rénovation urbaine (ARRU).

Inscrit au plan quinquennal de développement, ce programme vise la rénovation et l’intégration (via des travaux de voirie, de drainage, d’assainissement et d’éclairage public, la construction d’équipements sociaux-collectifs, de locaux d’activité et de lotissements sociaux) de 146 quartiers à l’échelle nationale jugés prioritaires.

Il intègre une composante de renforcement de capacités à destination de l’ARRU, des collectivités locales tunisiennes et du MEHAT (pilotage et mise en œuvre, maintenance des réalisations, développement d’outils d’urbanisme préventif etc.).

Cofinancé avec la Banque européenne d’investissement (BEI), le Proville 2 bénéficiera d’une subvention de 30 millions d’euros de l’Union européenne, gérée par l’AFD.

Soutien de la BERD à l’UBCI

Pierre Bérégovoy, directeur général de l’UBCI (Union bancaire pour le commerce et l’industrie) du Groupe BNP Paribas, et Suma Chakrabarti, président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), ont signé le 19 février à Tunis, trois accords représentant une enveloppe totale de près de 50 millions d’euros.

Le prêt de 30 millions d’euros prévu par le premier accord servira à financier les PME clientes partenaires de l’UBCI. Quelque 90% des entreprises tunisiennes sont des PME, véritable moteur de l’économie locale.

Le second accord prévoit une ligne d’accompagnement des opérations de commerce international de 10 millions de dollars qui permettra à l’UBCI de soutenir les exportations et les importations de ces mêmes acteurs de l’économie tunisienne, dans le cadre du Trade Facilitation Programme (TFP) mis en place par la BERD.

Une troisième ligne, de 10 millions d’euros, permettra à l’UBCI d’augmenter sa capacité de financement des gros projets, via un mécanisme de partage des risques. L’UBCI devient ainsi la première banque qui signe une ligne de partage des risques avec la BERD dans la région du Sud et de l’Est de la Méditerranée (SEMED).

Depuis septembre 2012, date à laquelle les opérations de la BERD ont commencé en Tunisie, la Banque a investi 540 millions d’euros répartis sur 31 projets à travers le territoire. Le soutien du développement régional du pays, en dehors de Tunis, est une priorité de la Banque, qui de ce fait a ouvert en octobre 2016 un deuxième bureau à Sfax.

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Banker

C'est le seul magazine dédié au secteur bancaire et financier en Afrique. Deux éditions en français et en anglais couvrent la totalité du continent. African Banker est un réel outil de travail pour tout les acteurs de ce secteur. Le monde bancaire et financier connaît une croissance et une concurrence de plus en plus fortes et joue un rôle essentiel dans le développement économique de l’Afrique.

Related Posts