Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Afrique : Brèves bancaires et financières

Banques : Brèves africaines et internationales sur les activités bancaires, financières, la coopération et le partenariat…

Par Gérard Choisnet

L’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) a signé le 7 février un accord de prêt de 73,601 milliards de yens (environ 700,9 millions $) avec le Fonds africain de développement (FAD), au titre de l’Aide publique au développement (APD). Ce prêt représente la contribution du Japon à la 14ème reconstitution du Fonds (FAD-14) et constitue le premier prêt d’APD de la JICA au FAD.

Prêt japonais de 700 millions $ au FAD

Le prêt permettra au FAD de soutenir les pays bénéficiaires pendant la période du FAD-14 (1er janvier 2017 au 31 décembre 2019), et contribuera à la croissance économique ainsi qu’à la réduction de la pauvreté dans les pays les moins développés.

« Avec ce prêt de 700 millions $ qui vient s’ajouter aux 328 millions $ sous forme de dons, le Japon a largement contribué à la capacité d’engagement du FAD pour la période 2017-2019 », a déclaré le président du Groupe de la BAD, Akinwumi Adesina, soulignant que « le Japon est le deuxième plus grand contributeur du FAD en termes cumulatifs. Le Japon a par ailleurs augmenté ses contributions de manière significative au fil du temps. » Selon l’ambassadeur du Japon en Côte d’Ivoire, Hiroshi Kawamura, « cette contribution portera la participation du gouvernement japonais à 7,3 %, contre 6,7 % pour le FAD-13. » Le versement du prêt s’étalera sur la période du FAD-14, jusqu’au 31 décembre 2019.

Le Groupe de la BID soutient Orabank

Oragroup, holding du groupe bancaire Orabank basé au Togo, a annoncé le 14 mars la réception de 40 millions d’euros à la suite de l’accord de financement signé en décembre 2017 avec la Société islamique pour le développement du secteur privé (SID), filiale de la Banque islamique de développement (BID).

Ces fonds vont permettre à Oragroup, via ses filiales Orabank Gabon, Orabank Togo et Orabank Côte d’Ivoire (ainsi que les succursales d’Orabank Côte d’Ivoire au Burkina Faso, en Guinée Bissau, au Mali, au Niger et au Sénégal), de financer de manière exclusive dans les prochains mois, des projets éligibles portés par des petites et moyennes entreprises (PME) opérant dans les pays membres de la SID. L’accord prend la forme d’un contrat de ‘Wakala’  entre la SID et chacune des filiales sélectionnées.

« Avec cette ligne de financement, nous allons augmenter significativement notre impact sur le développement économique de la région : création d’emplois, industrialisation de nos économies, transformation locale et création de valeur, redistribution de la richesse, lutte contre la pauvreté, émergence d’une classe moyenne… », a déclaré Binta Touré Ndoye, directrice générale d’Oragroup.

« Les PME sont la clé de la croissance inclusive et du décollage africain, or elles sont pour l’instant les grandes oubliées des acteurs bancaires traditionnels. Ce programme avec la SID va nous permettre de faire un pas supplémentaire dans cette direction avec une plus grande inclusion financière. »

Les PME africaines représentent 90 % des sociétés privées du continent. Parmi elles, entre 70 et 80 % sont des micro ou très petites entreprises. Mais les PME ne représentent qu’entre 20 et 30 % du PIB des pays africains contre environ 60 % dans les pays développés. Pourtant, les PME africaines tiennent la clé de l’emploi, notamment dans les zones rurales où elles sont derrière 70 % des emplois créés. Seules 6,4 % des PME subsahariennes déclarent avoir eu un accès à un financement bancaire, contre 27 % en Asie du sud-est.

Orabank a choisi fin février la plateforme bancaire numérique BankWorld de CR2 pour développer son offre numérique dans les 12 pays de l’Afrique de l’Ouest et centrale (Bénin, Burkina, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée Conakry, Guinée Bissau, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad, Togo), soit quatre zones monétaires (UEMOA, CEMAC, Guinée Conakry, Mauritanie), où Oragroup est présent.

AFRIQUE DE L’OUEST

REGIONAL

Dix nouveaux engagements de la BOAD

Le conseil d’administration de la Banque ouest africaine de développement (BOAD), présidé le 21 mars à Dakar par Christian Adovelande, a approuvé de nouvelles opérations dont 15 prêts à moyen et long termes pour un total de 190 milliards de F.CFA, portant sur le financement partiel de :

Trois projets en Côte d’Ivoire :

 -construction de barrages et aménagements de périmètres irrigués dans le district de Denguélé (régions de Kabadougou et de Folon) : quatre barrages collinaires d’une capacité totale de 21 772 199 m3 et 1 000 ha en aval des barrages dont 880 ha pour la riziculture et 120 ha pour le maraîchage. Montant : 15,5 milliards de F.CFA.

-aménagement et gestion intégrée du bassin versant du Gourou, pour renforcer et sécuriser le réseau d’assainissement du district d’Abidjan en intervenant dans les quatre communes couvertes par le bassin du Gourou (amélioration du cadre de vie ; préservation de l’environnement urbain et lagunaire; réduction de l’érosion). Montant : 29,5 milliards de F.CFA.

-implantation d’une unité de production de ciment par les Ciments de Côte d’Ivoire (Cimivoire), filiale du Cim Metal Group burkinabè. Une unité de broyage de clinker d’une capacité de 3 millions de tonnes de ciment par an sera installée dans la zone portuaire d’Abidjan. Montant : 25 milliards de F.CFA.

Trois projets au Burkina Faso :

-Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL) 2017-2020 dans sept régions (Sahel, Nord, Boucle du Mouhoun, Est, Centre nord, Centre est, Centre sud). Le PADEL a pour objet : la mise à disposition de kits de développement local intégré (KIT – DELI), un package d’investissements minimum spécifique à chaque région ; la mise en place d’une ligne de crédit de 25 milliards de F.CFA; et le renforcement de capacité de 48 000 Unités de production informelle (UPI). Montant : 30 milliards de F.CFA.

-renforcement du réseau d’assainissement des eaux pluviales de Ouagadougou (phase 3), par aménagement de l’exutoire à l’intérieur et en aval du parc Bangr Wéogo. Le projet réduira le taux d’habitations inondées et améliorera l’environnement urbain et la circulation des usagers du parc. Montant : 10 milliards de F.CFA.

-mise en place en faveur de Fidelis Finance – Burkina Faso d’une sixième ligne de refinancement d’investissements productifs dans les secteurs éligibles, comportant un volet « Accord cadre de refinancement (ACR) » et un volet « Ligne de crédit-bail ». Montant : 5 milliards de F.CFA.

Deux projets au Sénégal :

-Programme prioritaire de désenclavement du Sénégal (phase III) : aménagement de la route Kédougou-Salémata, de la Boucle du Boudier (phase consolidation) et de la Boucle du Fouladou, afin d’accroitre la compétitivité des zones concernées en réduisant les coûts et la durée de transport. Montant : 30 milliards de F.CFA.

-extension des capacités des Ciments du Sahel (CDS) à Kirène, par l’installation d’une troisième ligne intégrée et autonome de production de clinker et de ciment d’une capacité de 2,7 millions de tonnes de ciment par an. Montant : 25 milliards de F.CFA.

Un projet au Bénin :

-Programme d’assainissement pluvial de Cotonou (tranche d’urgence), par construction d’environ 13 410 m de collecteurs primaires dans 11 bassins versants répartis entre Cotonou Est (Tokplégbé, Finagnon, Yénawa, Gankpodo, Minontchou, Agbodjèdo et Kpondéhou) et Cotonou Ouest (Vodjè, Cadjéhoun, Haie-Vive, Cocotiers, Zogbo, Zogbohouè et Mènontin) et le pavage de quelques sections de support de ces collecteurs, soit 21% des réalisations attendues dans le cadre du Programme global. Les travaux visent à éviter durablement, à l’horizon 2020, les inondations dans 11 des 50 bassins versants de Cotonou; et à faciliter la circulation et les activités économiques dans les zones concernées. Montant : 20 milliards de F.CFA.

Le conseil d’administration a également approuvé une prise de participation de la BOAD au capital du Fonds Cauris IV pour une durée de vie de 10 ans. L’objectif est d’investir dans des PME (dont 20% dans des entreprises en création) recherchant du capital et de l’expertise, dans les régions cibles (pays de la CEDEAO hors Nigeria et d’Afrique centrale francophone). Montant : 5 milliards de F.CFA.

Nouveau système d’information SAB pour la CIF

La Confédération des institutions financières d’Afrique de l’Ouest (CIF), acteur majeur de la microfinance en Afrique subsaharienne, a confirmé son choix relatif au progiciel de gestion bancaire SAB AT pour son système d’information. Le contrat de fourniture du nouveau système a été signé le 5 mars à Ouagadougou en présence de Henri Assaf, directeur général de la SAB française, et Inoussa Savadogo et Alou Sidibé, respectivement président et directeur général de la CIF.

Regroupement de six établissements de microfinance localisés dans divers pays d’Afrique de l’Ouest : la Faîtière des Caisses populaires du Burkina (FCPB) ; la Faîtière des Caisses d’épargne et de crédit agricole mutuel du Bénin (Fececam-Bénin) ; la Faîtière des Unités coopératives d’épargne et de crédit du Togo (FUCEC-Togo) ; l’Union des Caisses mutuelles d’épargne et de crédit du Mali (KAFO Jiginew) ; le Réseau des Caisses d’épargne et de crédit du Mali (Nyesigiso) ; et l’Union des Mutuelles du partenariat pour la mobilisation de l’épargne et le crédit au Sénégal (UM-Pamecas),  la CIF est le réseau le plus puissant de microfinance dans la zone Uemoa (Afrique de l’Ouest), avec notamment plus de 4 millions de clients.

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Banker

C'est le seul magazine dédié au secteur bancaire et financier en Afrique. Deux éditions en français et en anglais couvrent la totalité du continent. African Banker est un réel outil de travail pour tout les acteurs de ce secteur. Le monde bancaire et financier connaît une croissance et une concurrence de plus en plus fortes et joue un rôle essentiel dans le développement économique de l’Afrique.

Related Posts